44
Magazine Dijon

Octobre novembre 2010

 N°44
 
Accueil > Les numéros > N°44 > 02 > Dans la série «  Petites rencontres entre amis  »
02

Dans la série «  Petites rencontres entre amis  »

Jonathan Singaye et Annabel Lanier parlent des «  Insatiables  », un feuilleton qui «  Voo  » fera voir
la vie (dijonnaise) en bleu et noir... si Voo Tv est toujours au rendez-vous... à suivre...


Difficile de formuler ce qui a donné naissance à une double histoire, celle des «  Insatiables  », ces personnages aux rêves sans limites, et celle de l’aventure longue et semée d’embûches qu’est l’écriture et le développement d’un projet de ce type. Difficile de se regarder assez, nous qui avons plutôt envie de donner à voir... À voir et à entendre une histoire née il y a plus d’un an, accoudés au comptoir avec un café et un carré de chocolat aussi noir et amer que peuvent l’être nos personnages.
Difficile, quand, pour l’instant, ce qui nous revient, ce sont surtout des questions, que nous sommes loin d’être les seuls à nous poser. Comment parler du monde dans lequel nous vivons mais sans s’y engluer ? Comment interroger le réel sans nous y enfermer ? Comment ne pas perdre de vue le plaisir qu’il y a à le disséquer, jusqu’à en faire surgir l’absurde étrangeté ?
Peut-être, en partageant avec d’autres le plaisir de jouer avec ce réel, de le recomposer pour le voir et le donner à voir autrement ? Peut-être, sans doute, en acceptant le risque d’inventer un récit qui ne vise pas un public cible de soi-disant ménagères, ados pré-pubères ou fans de Dexter (même si nous le sommes aussi), mais qui se donne à découvrir peu à peu, comme les saveurs que nos personnages dissimulent sous l’enrobage des confiseries qu’ils fabriquent.
Peut-être, enfin, en n’oubliant pas  notre jubilation lorsque nous avons découvert les audaces narratives ou esthétiques dont ont fait preuve certaines séries récentes, diffusées sur ce qu’à l’heure de la prolifération des LCD, on appelle encore, paradoxalement, le petit écran (Trueblood, vous connaissez  !?). Des fictions souvent venues des Etats-Unis et qui ont su rendre accros des spectateurs peut-être un peu écœurés par trop de recettes standardisées. Accros au point de télécharger insatiablement leurs séries préférées, au risque d’être punis un jour par Hadopi  ?
Soit, Dijon ce n’est pas tout à fait Hollywood même si la soudaine multiplication des tournages dans la cité lui confère parfois des allures de studio à ciel ouvert. Et si les moyens sont tout autres, c’est peut-être la nécessité d’inventer les formes propres à une fiction tournée dans une ville singulière qui nous a poussés à relever ce défi. Ce qui a donné naissance aux Insatiables, c’est peut-être le plaisir de ne pas se préoccuper de savoir si l’on mange trop sucré, trop salé, ou trop gras. L’envie de laisser nos personnages fumer et se goinfrer de chocolat… C’est peut-être juste un désir de liberté.


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.