59
Magazine Dijon

été 2014

 N°59
 
Accueil > Les numéros > N°59 > 03 > We love Franche-Bourgogne
03

Par Carla Garfield et Gérard Bouchu

We love Franche-Bourgogne

D’accord, ils auraient annoncé leur mariage en plein hiver, on aurait dit non. Mais là, en plein été, comment ne pas craquer pour des balades insolites, du sud de la Bourgogne au nord de la Franche-Comté. Quoique, la Franche-Comté, on n’a pas encore eu le temps d’y aller, l’hiver dure jusqu’en juin là-bas, nous a-t-on dit, il y a encore des loups... On attend de trouver un bon guide pour vous y mener plus tard. Par ailleurs, comme on vous parle beaucoup de la Côte qu’on a d’Or, plus loin, on s’est un peu calmé dans nos choix de proximité. Difficile, difficile... Il y a tout plein d’endroits qu’on adore, et qu’on adorerait vous montrer, mais on n’est pas encore l’organe de communication de la Franche-Bourgogne, on attend la nomination de son président, et ensuite on vous promet qu’on trouvera de quoi remplir ces pages avec des annonces, délirantes ou non, car il faut aussi se ménager des plages de repos. Sous les pavés de texte, la plage, wouah !!!


Pique-nique dans le vignoble

L’important est de trouver sa voie (Lao Tseu)

Allez, on commence par le plus beau coin de la Bourgogne du Sud, une virée entre Chagny et Cluny en passant par Cormatin, son château, ses jardins, son potager, son festival d’été dans la grange ou au théâtre de verdure (www.chateaudecormatin.com). Allez boire un verre en sortant au Papyllon, la voie verte passe à côté, mais les amateurs de bière qui s’arrêtent chez Wolfgang pour déguster une de ses fameuses bières allemandes n’ont rien de petits saints, on vous dit ça en passant si vous avez tendance à confondre Taizé, à côté, avec ce coin si agréable à vivre. Cluny, vous n’avez pas besoin de nous pour visiter, quoique... Appelez le plus étonnants des érudits locaux pour une visite sous les étoiles en costume d’époque. Gérard Thélier, historien local, conteur et guide conférencier, vous propose une soirée aux flambeaux qui devrait vous permettre de découvrir Cluny autrement.
Port. 06-78-97-28-40. Et si vous cherchez où manger sain, bien, pas cher et folklo à la fois, une seule adresse : le café du Centre, près de l’office de tourisme.


Pique-nique montmartrois, dans le vignoble de Viré-Clessé

De Cluny, prenez les chemin de traverse pour rejoindre Viré-Clessé. Frédéric Carrion, restaurateur tout en contrastes et en intensité, a relifté avec sa tendre épouse un ancien relais de poste du XVIIème en hôtel de charme avec jacuzzi privatif, chambres et suite totalement décalées. Au milieu des grands crus de Viré, il fallait oser. Cassez la tire-lire ou les prix en allant sur internet (www.relais-de-montmartre.fr), goûtez à sa cuisine « d’instant et d’instinct » qui donne du terroir une vision tonique et savoureuse. Dormez sur place et partez le lendemain à bicyclette pour un pique-nique fabuleux dans le vignoble. S’il vous a à la bonne, et s’il a le temps, Frédéric vous emmènera faire un tour en jeep jusqu’à la Saône. S’il vous prend l’envie d’une friture, il ne vous tiendra pas rigueur si vous programmez une nuit sous les étoiles dans un ancien relais de halage devenu une table extra : Jean de Saône, à côté de Montbellet. Au fait, pourquoi Montmartre, à votre avis ? Tout bêtement parce que le village de Viré était jumelé le temps des vendanges avec celui de Montmartre...

Mont-Saint-Jean, c’est mon(t) bonheur

Une merveille de petit bourg féodal, pittoresque à souhait au sommet de sa butte. Belle promenade sous les arbres menant au château actuel qui est le vestige d’une forteresse dont les origines remontent au Xe s. Remarquable église Saint-Jean-Baptiste, dont certaines parties datent du XIIe s avec quelques transformations au fil du temps. Arrêtez-vous, l’après-midi, pour visiter entre 15h et 18h le musée de la Vie rurale et de l’église XIIe et XVe. Puis au Café associatif Le Là Itou si c’est ouvert (mer et ven à partir de 18h). Au Là Itou, on cultive humour, fantaisie et recettes originales ; entre les soirées contes, concerts, boum, brocante, le programme est chargé ! Un lieu de charme, une maison d’hôtes pas comme les autres : le Château Les Roches (lesroches-burgundy.com). Une belle folie Art Nouveau au cœur de ce village médiéval...

Bibracte

Pas si Autun que ça ! Bonne franquette même, et bien vivante l’été, au point qu’on y passerait volontiers la nuit. La grande nouveauté est la numérisation 3D du portail de la cathédrale. Très réussie et didactique. La cathédrale elle-même est enfin entièrement restaurée et reste un petit bijou de l’architecture religieuse bourguignonne. Pour un shopping insolite, une galerie associative a ouvert dans le Cellier du Chapitre (juste en face), et pour les amateurs de charcuterie authentique (du Morvan), une seule adresse : chez Gautier, 5 rue St Christophe, à côté du lycée Bonaparte. Une petite charcuterie à l’ancienne, où tout est fait maison, avec jambons et saucissons qui sèche au plafond. Excellent ! Découvrez sinon Le Monde de Don Cabillaud, un resto pas triste dont on vous parle par ailleurs. Et allez écouter de la musique en terrasse au Café des Tilleuls. Petit tuyau, si vous voulez vous offrir la totale, avec l’expo « De Goya à Delacroix » en prime, et des gallo-romains en jupettes, gardez-vous pour le week-end du 2 août, ça va être grandiose, comme dirait Lucette. Sinon, vous avez le nouveau spectacle son et lumière autour de Jules César ! Ils sont fous ces Autunois.
Pour tout savoir : www.autun-tourisme.com

Vézelay

Au pied de la basilique de Vézelay, sur la place de la Basilique, posez-vous en terrasse au SY. Deux associés venus l’un de Guadeloupe, l’autre du Sri Lanka ont ouvert ce bar à vin, bar à cocktail à ses heures, qui fait aussi resto le midi et soirées jazz de temps à autre. Passez-y en allant faire un tour à la brasserie de Vézelay, à Saint-Père (boutique et Beer Garten !) Que ça ne vous empêche pas bien sûr d’aller zieuter les chapiteaux étonnants à l’intérieur de la basilique, ni de faire un tour au musée Zervos, installé dans l’ancienne maison de Romain Rolland. Il y a des soirs où “Vézelay s’enflamme” et d’autres où c’est plus calme, mais ce bourg perché et déjanté tout à la fois (il n’y a que la foi(s) qui compte, c’est bien connu) est toujours aussi magique.
Balades insolites à télécharger gratuitement sur le site
www.tourisme-yonne.com (où vous trouverez bien sûr toutes les infos de l’été qu’on ne vous donne pas ici).

Etre serein à Noyers

Immortalisé par la fameuse « Famille formidable », ce merveilleux village tapi sur les bords du Serein (dans l’Yonne, précisons !) vous ramènera dans un moyen-âge agréable et bien plus propre que le vrai ! Ne loupez pas les boutiques d’artisans et quelques très bon restos, comme celui des Millésimes, dans cette impasse du Poids-du-Roi (parlera-t-on un jour pareillement du poids d’un certain président de la République ?) conquise par une famille de restaurateurs-épiciers-charcutiers-oenologues pas comme les autres, les Paillot... On vous conseille sinon les pique-niques inoubliables en bord de rivière. Et pour séjourner, notre coup de coeur : les chambres d’hôtes de Rita Florin, dans un ancien office notarial qu’elle a rendu méconnaissable (Le Tabellion)
www.noyers-et-tourisme.com

Rêver à La Borde

Sur la route de Saint-Fargeau (pour les fans de Sons-et-Lumières au château !), faites une pause dans ce magnifique jardin « remarquable » conçu de toute pièces par un couple d’amoureux hollandais en 1997. Belle expo d’art contemporain avec des artistes de haut niveau, tous installés dans la région : Eugénie Jan, Clarke Drahce ou encore Eric Schenker. Et si vous êtes fatigués, tentez une étape tendre et très luxueuse dans leur superbe gîte !
Jardin de La Borde – Leugny (89) 06 86 47 69 01
www.la-borde-maison-hotes.fr

Le moyen-âge à la Viollet-leDuc

La Rochepot, c’est un rêve pour les amateurs de moyen-âge et “d’héroïque fantaisie”. Reconstruit de toute pièce par Charles Suisse, disciple de Viollet-Leduc à la toute fin XIXè à la demande de la femme et du fils du président Carnot, qui ne le verra jamais, il réunit tout ce qu’on savait à l’époque sur cette époque très idéalisée. Pendant 25 ans, cet énorme chantier permis à la population locale, sans ressources du fait du phylloxera, de survivre. Désormais classé, c’est à dire qu’il restera toujours tel qu’il est dans son jus, avec ses pierres, ses tuiles et ses meubles, il est ouvert tout l’été (tlj jusqu’à fin septembre, sauf les lundis et mardis. Tél : 03 80 21 71 37). Ne manquez pas ça. Et profitez-en pour allez faire la fête dans les vignes, du côté de Nolay, avec le festival “De Cep en Vigne”, début août. Pas triste du tout non plus.

La Franche Bourgogne en survol

Ici, point de trop hautes montagnes et de courants délétères. Les douces courbes de nos pays se survolent et pour cela, il existe tout un tas d’aéronautes qui peuvent nous aider à le faire tant en Bourgogne qu’en Franche-Comté. Ce n’est pas donné (comptez au moins 200 € pour un vol d’une à deux heures) mais il existe plein de formules, et c’est une très bonne idée de cadeau ! Et pour découvrir cette pratique, rencontrer des « montgolfiers » venus du monde entire, faire des baptêmes en montgolfière ou tout simplement en prendre plein les mirettes, foncez aux Montgolfiades de Dole du 11 au 14 juillet prochain.
Montgolfiades doloises : www.atmosfeerique.org - pour voler : Beaune-Montgolfières – Air Escargot – Bourgogne Montgolfières

Les marins d’eau douce sont sympas !

Savez-vous qu’à 20 mn de voiture, vous pouvez vous évader complètement, pour une soirée sur le plancher des vaches... ou quelques jours pour une croisière ? Tout ça à St-Jean-de-Losnes, un port réputé mondialement pour le tourisme fluvial en Bourgogne. Les vendredis de juillet, des bons groupes de musiciens, jouant du rock au pop en passant par le latino animeront les quais bordant la Saône, les restaurants se couvriront de lampions, et le 14 juillet, c’est soirée guiguette ! À nous les jupes à fleurs, les canotiers et le chachacha ! Sinon, ne manquez pas le musée de la batellerie, simple et instructif sur cet autre petit monde.
www.stjeandelosne.fr

Des voyages salés...

A une petite heure de route, un lieu magique et royal. La Saline royale d’Arc-et-Senans se met aux couleurs du voyage du nomadisme avec les 15 jardins éphémères du “festival des jardins” et l’expo “les Arpenteurs” dans laquelle 14 artistes donnent leur interprétation du voyage et de l’exil. Et pour mieux en profiter, on peut même y dormir dans des chambres épurées, design et tout confort, le tout dans un calme total. Un moment magique hors du temps qu’on vous conseille vraiment, à associer à une séance de balnéo ou un massage à Salins-les-Bains ! Et pour combler votre appétit, vous pourrez tester l’humeur du chef, très locavore, au Bar des Salines, sinon le Grapiot à Pupillin vous propose une cuisine pleine de charme en plein milieu des vignes d’Arbois.
www.salineroyale.com
chambres de 84 à 113 € avec menu du jour à 18 €
www.thermes-salins.com
Le Grapiot - Rue Bagier, 39600 Pupillin – tél : 03 84 37 49 44

En voiture, Hercule !

Voyager comme au siècle d’avant le siècle dernier, c’est encore possible à quelques kilomètres de Pontarlier avec le Coni’Fer, le train le plus haut du massif du Jura. Dans ce train restauré avec amour par une association locale, on pourra parcourir la ligne mythique Pontarlier-Vallorbe à travers les pâturages du Haut-Doubs. Pendant tout l’été, les trajets sont quotidiens, et de nombreuses animations proposées. Mais pour se prendre pour Agatha Christie ou Hercule Poirot, quoi de mieux que de réserver un trajet-repas dans un vrai wagon du mythique Orient-Express ?
www.coni-fer.org - réservations : 03 81 49 10 10


 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.