46
Magazine Dijon

Printemps 2011

 N°46
 
Accueil > Les numéros > N°46 > 02 > Vitalic by Fred
02

Vitalic by Fred Interview

Fred et Vitalic sont tous les deux des bébés de l’Anfer, ancienne boîte culte dijonnaise, ceci dit pour les nouveaux arrivants. Élevés au son, ils en ont toujours derrière les oreilles. Fred Poirier dit Caulier, Dj pour les amis, joue maintenant une fois par mois au Septime et Vitalic fait son show au bout du monde devant des milliers de fans. Amis dans la vraie vie, ils se retrouvent en tête à tête. Pour nous, pour vous, pour eux, surtout.


vitalic
Interview

Fred : Tu es resté fidèle à tes inspirations, pourtant tu aurais pu avoir beaucoup plus de succès en faisant plus « people » ?
Vitalic : Attention, pour quelqu’un de l’Underground Techno, je suis commercial, pour ceux qui écoutent Bob Sinclar ce que je fais est inaudible, et d’une… et de deux, la gloire et l’argent sont des mirages et je suis trop vieux pour rêver à ces trucs là. Je vis très bien, je voyage, j’ai la vie que je voulais. Je cherchais à avoir un certain succès, c’était cohérent avec mon projet. Des fois ça me traverse la tête, je me dis « tiens je vais essayer de faire mon Bob » et au final en studio, je cherche des trucs tout dingues qui vont à l’opposé. Finalement je fais ce que j’ai envie de faire et au moment ou j’en ai envie.

Fred : Tu es cigale ou fourmi ?
Vitalic : Je suis plutôt cigale. Je chante tout l’été et l’été dure toute l’année puisque je suis en Europe quand il fait beau et en Australie, au Japon ou en Amérique du Sud quand c’est l’hiver ici.

Fred : Tu passes la musique des autres, ça te plait, les Dj sets ?
Vitalic : Je ne me vois pas vraiment en Dj, c’est plutôt une sélection musicale. Je continue à en faire, comme en Chine et en Corée, parce que ça me plait, mais on me voit plus comme un musicien de live. Je ne me force pas à grand-chose en règle générale. C’est un plus, pour le fun.

Fred : On connaît beaucoup de Dj producteurs des années 90 devenus quasi anonymes. Comment tu abordes la prochaine décennie ?
Vitalic : Il y a des moments ou le fluide est là et il faut être derrière son équipement pour dire quelque chose et d’autres fois où on peut y passer des semaines entières et ne rien produire. Ça ne me fait pas peur. Si ça s’arrêtait, ça ne m’ennuierait pas plus que ça, je pense que j’aurais conscience si ça n’était plus mon truc et je quitterais ça assez facilement pour faire quelque chose d’autre. Mon show en 5 ans, en taille, en succès a vraiment progressé. Après on ne peut pas savoir, peut-être que d’un coup on est K.O. hors du son, c’est arrivé à plein de musiciens. Je ne peux pas m’angoisser à l’avance là dessus.

Fred : Très personnel : tu préfères draguer ou te faire draguer ?
Vitalic : Je ne drague jamais. Mon style de drague, c’est le no drague.

Fred : Après cette grande tournée en Australie, tu es plutôt content de revenir chez toi ?
Vitalic : Je ne fais pas comme les groupes de rock de longues périodes de concerts et ensuite un long retour en studio. En tournée, dans ma chambre, je déplie mon petit studio mobile et je fais de la musique, les deux marchent toujours en continu. En ce moment je fais un peu plus de tournée, même si je commence à baisser mon rythme de dates pour le prochain album.
Mon studio à Dijon, c’est comme un cuisinier avec sa cuisine où il a ses marques. J’aime bien terminer mes morceaux chez moi et travailler mon live à Dijon. J’aime rentrer mais j’ai la bougeotte, au bout de quelques jours j’ai envie de repartir. C’est un rythme pris comme ça. Malgré tout je suis né ici, j’ai ma famille, mes amis, je n’ai pas envie de faire une croix dessus.

Fred : Tu changes de style entre chaque album, tu n’as pas peur de décevoir tes fans ?
Vitalic : Le son change, c’est risqué évidemment mais le plus gros risque c’est de ne rien changer, de rester sur place. J’ai fait un album disco, je n’ai plus envie d’en faire un autre. M’enfermer dans mon propre son me fait peur donc, en général, je fais l’opposé de ce que j’ai dit juste avant. Mon dernier album était très instrumental, aérien et contemplatif, le prochain sera assez dur, punk avec des vraies voix, des intervenants.

Fred : On va te voir à Dijon ?
Vitalic : ça n’est pas signé !

Albums : Ok Cowboy 2005, V Live 2007, FlashMob 2009
Fred Poirier dit Caulier – Dj set une fois par mois au Septime


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.