34
Magazine Dijon

Avril 2008

 N°34
 
Accueil > Les numéros > N°34 > 02 > Vent de folie douce aux musées
02

Texte : Gérard Bouchu / Patrick Lebas
Photo : BingBang

Vent de folie douce aux musées

C’est la grande tendance de ce siècle : partout s’ouvrent des chantiers destinés à redonner aux musées une nouvelle vie, ou même une vie tout court, pour ceux qui en manquaient cruellement.


C’est peu dire qu’on attend avec impatience la phase active des travaux qui devraient remettre sur le devant de la scène notre « vieux » musée des Beaux-Arts. Faites un tour place des Ducs, et levez le nez : pour la première fois de votre vie, peut-être, et de la sienne, sûrement, le musée fait sourire, avec ces portraits décalés nous invitant à pénétrer dans une drôle de machine à remonter le temps. Il vous reste juste quelques jours pour voir une dernière fois le musée en l’état, après, la toilette commence. Il faudra attendre au moins 2012 pour voir s’ouvrir les fenêtres de la galerie de Bellegarde sur un jardin en voie de métamorphose lui aussi. Et pour prendre un verre à la future caféteria dans la cour. En attendant, les évènements vont se multiplier, au fil des semaines, de

Ville en chantier,

jour comme de nuit (le 17 mai, grande « nuit des musées » !)
Car le musée ne s’endort pas, il s’éveille à la vie, et vous êtes invités à suivre, au fil des mois, sa métamorphose. Une métamorphose dont la réussite devrait changer définitivement l’image de la capitale de la Bourgogne. Voyez ce qui se passe dans les autres grandes villes. Depuis la réouverture de son musée Granet, les visiteurs se bousculent à Montpellier, et les frères Pourcel, les chefs étoilés de la ville, se félicitent d’avoir installé une « caféteria » de choc à l’entrée du musée, car elle ne désemplit pas.

Et en dehors de Dijon ? Le reste de la Côte dort… Pardon ! Faites erreur ! La Côte d’Or toute entière semble s’éveiller depuis quelques mois d’un long sommeil imposé par une méchante fée, au point que nos souvenirs du vieux musée d’Alésia, comme celui de Châtillon, nous feront sourire rétrospectivement, quand une muséographie contemporaine nous rendra Vix et ses trésors, qui n’auront plus rien à envier aux musées archéologiques les plus réputés. Et on va pouvoir enfin redécouvrir, dans une dimension spatio-temporelle enfin à la hauteur, Alésia, village mythique qui a fait rêver tous les lecteurs d’Alix ou d’Astérix, mais qui faisait déchanter tous ceux qui osaient s’aventurer dans ce coin de France n’incitant pas jusqu’ici aux gauloiseries.

visiteurs enchantés !

Les voyageurs du temps, qui, venant de Paris ou d’Outre-Manche, depuis dix ans, s’arrêtaient en Puisaye devant les remparts du chantier de Guédelon, avant de remonter les routes du Morvan jusqu’à Bibracte, vont pouvoir découvrir d’autres chantiers d’importance dans les mois à venir. En espérant qu’ils repartiront enchantés (de nous avoir connus, bien sûr !)
Téléphonez au 03-80-74-52-09, pour connaitre le programme du mois, au musée des Beaux-Arts, ou laissez votre email sur : museedesbeauxarts@ville-dijon.fr
GB


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.