80
Magazine Dijon

Automne 2019

 N°80
 
Accueil > Les numéros > N°80 > 05 > Une côte qui a la cote
05

par Gérard Bouchu

Une côte qui a la cote Nouvelles tables, nouveaux chefs, nouvelle vie dans les vignes…

On a profité de la fin des vendanges pour aller faire un tour dans les caves et les cuisines de villages vignerons qui restent toujours au top 10 des escapades gourmandes chères aux amoureux de la Bourgogne et du bourgogne.


thomas collomb

Thomas Collomb n’en fait toujours qu’à sa tête, à la Rôtisserie du Chambertin

Tant mieux, on ne s’ennuie pas avec ce grognon attachant qui trace sa route au milieu des vignes du Chambertin tout en rêvant parfois de tout lâcher pour un tour du monde ou pour un refuge (de luxe, quand même) en Savoie, sur les terres de son enfance. Le compromis, ce fut ce décor de chalet inoui implanté au milieu des murs de la vieille Rôtisserie du Chambertin. Un lieu hors du temps, et pourtant terriblement contemporain, pour cette Table d’hôte destinée à compléter, dans le haut de gamme, son bistrot Lucien qui continue de faire le plein à chaque service, dans la joie et la bonne humeur. Comme il y a quand même moins de Russes et de mecs friqués à Gevrey qu’à Courchevel, il a revu la formule lancée il y a plus d’un an pour plaire aussi bien aux vignerons qu’au guide Michelin ou aux Suisses. Avec un menu le midi qui honore la région autant que l’invité, si on est dans les affaires. Et comme les affaires vont mal, rien de mieux qu’un menu à 32 € dans un gastro. Entre le cochon fermier bio de Mr Nocquard, servi avec panais et jus de jambon, le vol au vent et le porcelet de la Ferme du Poiset, vous devriez trouver votre bonheur, d’autant que le cadre n’a pas changé.

03 80 34 33 20. www.thomascollomb.fr
Côté bistro, compter 23-28 € pour le menu tradition, 33-38 €
pour le menu découverte. Côté gastro, la Table d’hôte propose désormais le midi un menu à 32 € ; celui du soir est proposé à 68 €. Resto fermé dim-lun ; bistrot fermé mar-mer

À Morey-Saint-Denis, le Castel de Très-Girard a retrouvé la patate

Valait mieux, après avoir brûlé en partie au printemps. Nouvelle déco supervisée par Joy Grimal, nouveau style de cuisine aussi, toujours sous la direction d’Olivier Perreaut. La nouveauté, ce n’est pas seulement le sourire à l’accueil de Didier Petitcolas, qu’on a jamais vu si heureux. Même s’il se reproche d’avoir trop parlé de simplicité, de retour au produit auprès de ses potes restaurateurs. Du coup, plus personne sur la côte ne veut faire dans l’alambiqué, le chichiteux. Ce qu’il veut, c’est qu’on vienne chez lui passer un bon moment, avec des potes vignerons ou avec des amis appréciant les vins de ces potes-là. La salle, réaménagée, est grande ouverte sur un paysage dont on apprécie la vue en toutes saisons (pour la piscine, en revanche, repassez dans quelques mois). La carte s’est simplifiée, donc, on fait dans le terroir sans lourdeur, dans le plaisir simple de partager un poulet de Bresse rôti avec une purée sublime, dans le machon à toute heure (que du bon, là-aussi) et dans les conseils avisés d’un sommelier pas constipé. Et le must, c’est la table dressée en cuisine pour un groupe d’amis, qui vont profiter des plats et des envies du moment du chef, puisqu’on est à La Table d’Olivier.
03 80 34 33 09 www.castel-tres-girard.com - Ouvert 7j/7 Menu du jour 24-28 €.
À la Table d’Olivier, formule unique en 4 services 50 €


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.