57
Magazine Dijon

Hiver 2013-2014

 N°57
 
Accueil > Les numéros > N°57 > 04 > Tchin, Dijon !
04

Tchin, Dijon ! Ting DING et Bing BANG


Nous n’avons (presque) pas touché au témoignage de Ting Ding, qui fait partie de la nouvelle génération chinoise amoureuse du vin de Bourgogne. Une lettre comme un « au revoir » à Dijon, à déguster par petites gorgées.

Avant d’avoir commencé mes études sur le vin à Dijon, je n’avais pas d’idée au sujet de cette ville bien que je sais que la Bourgogne produit très bon vin du monde.
On m’a dit de Dijon que c’est une ville du vin, réputée également pour sa moutarde et pour sa chouette porte-bonheur à qui j’ai adressé mon vœu le plus cher dès le premier jour ! J’ai savouré ici une importante gamme de vin bourguignon à la robe élégante et au nez savoureux, leur prix bon marché défie toute concurrence vu la qualité du produit. Nous avons également des vins bourguignons en Chine mais le prix ne s’adresse hélas qu’à une clientèle très aisée c’est donc une chance d’avoir devant soi des prix aussi abordables pour ces formidables vins.
Les vins de Bourgogne, sont à mon humble avis les meilleurs du monde, parmi des vins les plus chers et convoités. Pour les amateurs de vins, ces mots marquent la qualité d’un grand vin de bourgogne : pinot noir, chardonnay, aligoté, Vosne-Romanée, côte de nuit, côte de Beaune, les grands crus...

Ting-Ding dans les vignes

ting-ding Ting DING

Chaque année la région attire des foules de touristes et d’amateurs, surtout lors des événements de la vente aux enchères aux hospices de Beaune. Le premier week-end de mon séjour je suis partie rendre visite à la vigne de Romanée-Conti, et je n’ai su exprimer mon enthousiaste à la vue de la croix. Je viens de participer au préambule de la dégustation des millésimes 2013 de la 153e vente annuelle des vins des hospices de Beaune. Découvrir le vin 2013 avant sa mise en vente, c’est comme assister à la naissance d’un bébé. Les étiquettes n’étaient toujours pas posées sur le verre des bouteilles !
Et c’est durant ce séjour que j’ai fait des découvertes gastronomiques, place Émile Zola. « Le Germinal » , sa spécialité est un emblème même de la gastronomie française : les cuisses de grenouille. Son plat vedette est « Cuisses de grenouilles la crème ». En Chine nous mangeons les grenouilles mais préparées d’une autre façon avec d’autre ingrédients. L’autre restaurant typiquement bourguignon, « L’épicerie & Cie », ne le ratez sous aucun prétexte si vous souhaitez découvrir la cuisine traditionnelle de la région.
La vie à Dijon est un lieu de repos, un lieu où s’exprime la créativité. Idéal pour étudier dans le calme. Tous les coins sont sereins pour ouvrir un livre et le lire. Les activités sont nombreuses pour s’épanouir et faire des rencontres. Des activités comme la foire, les concerts, les dégustations de vin. Les habitants nous ouvrent le cœur. La ville possède beaucoup de rues étroites et labyrinthiques où je m’étais très souvent égarée, par chance des gens m’aidaient à retrouver ma route. Pour un étranger qui souhaite étudier et qui se passionne pour la gastronomie, s’il aime la France traditionnelle, Dijon en est la ville idéale. Dijon se découvre et se redécouvre.

■ Ting Ding


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.