62
Magazine Dijon

Printemps 2015

 N°62
 
Accueil > Les numéros > N°62 > 03 > Tattoo... pour être heureux
03

Tattoo... pour être heureux Poses intimes

Découvrez le nouveau portfolio d’Alexis Doré, qui vous permettra de vous glisser dans l’intimité des tatoués et des tatoueurs, sans voyeurisme, sans crainte non plus. Pour nous guider dans cet univers crépusculaire, DZ, chef surdoué et surtatoué tout à la fois. Si l’habit ne fait pas le moine, la peau, elle, fait le tattoo. On vous présente en fin de dossier quelques tatoueurs ayant accompagné pour certains la naissance d’un véritable phénomène de société, et un livre qui fait le point, mieux que nous ne saurions le faire.


david-zuddas-tatouage

David Zuddas : le Japon dans la peau !

DZ entrera un jour au livre des records. Pas seulement pour avoir été un des trublions les plus intéressants de la cuisine française de ces vingt dernières années, mais aussi pour être devenu le chef le plus tatoué de France.
Et là Michelin peut aller se rhabiller, et tous les critiques aussi.
On savait depuis deux décennies qu’il avait le Japon dans la peau, aujourd’hui il le prouve, en poursuivant son projet d’une couverture complète du corps, tête et mains exceptées, car il serait dangereux pour un cuisinier de s’exposer entièrement. Non par crainte des critiques, mais des brûlures.

Après la révolution des chefs sortis des cuisines pour prouver qu’ils en avaient sous la toque, on assiste selon lui à la révolution esthétique des tattoos. Avec une clientèle en mutation, féminine à plus de 60 %, et montrant une sensibilité à fleur de peau là où certains ne voyaient jusqu’alors qu’exhibitionnisme de la part de mâles voulant prouver leur virilité.

Encore faut-il arriver à sentir cette sensibilité. Le courant est passé entre David Zuddas, cuisinier qui vit au quotidien avec une geisha dans la peau, et Alexis Doré, le photographe punk qui ne cache ni ses piercings ni ses tatouages, moins emblématiques certes, tout en ne révélant rien de ses blessures secrètes.
Avant de confier à Arnaud le soin de tatouer son mollet - un tatoueur avec qui il a pu établir une relation humaine, ce qui, de sa part, est le compliment suprême -, David a accepté de se mettre à nu dans sa baignoire, pour ouvrir cette série noire imaginée par Alex. Une série qu’il poursuivra dans les mois à venir avec les toilettes au fond du jardin des maraîchers qu’il ira shooter, très certainement.
On attend maintenant de déguster le maquereau volant non identifié,
qui n’a pas du finir dans la poêle, celui-là. Tout un symbole. Car ce poisson, peu prisé des gourmets français, est un des préférés des japonais. Saba.
On connaissait la reine, voilà le poisson roi.

■ Gérard Bouchu

D Z’envies : 12, rue Odebert, 21000 Dijon.
Tél : 03 80 50 09 26. www.dzenvies.com


style="display:block"
data-ad-client="ca-pub-8840480987621836"
data-ad-slot="1210280801"
data-ad-format="auto">


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.