64
Magazine Dijon

automne 2015

 N°64
 
Accueil > Les numéros > N°64 > 11 > Stéphanie Porcheret
11

L’itw de J.G. Groscon

Stéphanie Porcheret

STEPHANIE PORCHERET dirige l’entreprise Papiers de Soi qui crée des faire-part sur mesure pour les particuliers et de la communication sur mesure pour les entreprises, elle fait aussi des photos (de « travail » et d’art) qu’elle a déjà exposées et qu’elle diffuse quotidiennement sur les réseaux sociaux elle a aussi créé « Cuivre », boutique en ligne d’objets de déco vintages, graphiques, et ethniques.


Stéphanie Porcheret

Stéphanie Porcheret, tu fais quoi quand tu dors pas ?

Je rencontre des gens, des particuliers ou des professionnels, et je les interroge très longuement soit sur leur couple, leurs goûts, leur rencontre, leur vie, leur entreprise, leur activité… de façon à trouver le détail qui explique tout ou qui raconte tout le reste.
Il en va de même pour les objets que je sélectionne ou les photos que je prends, cela doit raconter une histoire que l’on peut reconstituer à partir d’un détail et que j’ai envie de faire partager, de révéler. Je cherche à être un révélateur, dans tous ces domaines. Tout cela fait que je ne dors pas beaucoup !

Y’en a pas marre des gonzesses qui font un peu de graphisme, un peu de déco, manquerait plus que tu aies des chambres d’hôtes ou que tu sois végétarienne, on est dans le cliché, les bobos c’est pas fini ?

Eh bien non, moi j’en ai pas marre, je suis végétarienne et j’assume, j’adore recevoir, mais je ne ferai pas de chambres d’hôtes.


Es-tu coureuse ?

Oui, je m’y suis remise il y a peu, et c’est addictif ! Le but est de s’entretenir, pas de rattraper Usain Bolt !
J’ai besoin de me défouler, j’aime l’endurance. En général je cours avec mon chien dans des chemins de campagne avec souvent mes enfants qui m’escortent en vélo, ce sont de très très bons moments !

Tu fais quoi quand tu ne travailles pas ?

Je m’occupe de mes enfants et je fais des photos, je ne peux m’empêcher d’en faire, pas un jour sans photo, j’ai toujours mon appareil dans mon sac et au cas extrêmement rare où je ne l’ai pas avec moi, il y a le portable. J’ai la prétention ou l’illusion de lutter contre le passage du temps grâce aux photos, grâce au témoignage de ce qui a été, j’ai l’impression de moins perdre ces choses, ou ces situations ou ces sensations.

Tu changerais quoi dans ta vie ?

Probablement rien… Je suis plutôt heureuse de ma vie et d’un naturel optimiste. Je vois toujours le verre à moitié plein.
J’ai eu une enfance heureuse, des parents qui sont toujours top, des enfants qui le sont aussi et même un amoureux ! J’aimerais juste retenir un peu le temps, revoir les gens disparus…
Et aussi avoir le ventre un peu plus plat !

Des vacances parfaites c’est quoi ?

Se poser avoir du temps, avoir à portée de la main les bouquins que je n’ai pas eu le temps de lire pendant l’année, une chaise longue, une température chaude mais pas trop, le tout dans le patio d’un riyad au Maroc qui est un pays que j’adore. Dans ma boutique Cuivre, il y a beaucoup d’objets que je ramène de mes voyages au Maroc, mais attention, pas du lieu commun de bazar à touristes, des objets sobres et graphiques qui disent la qualité des artisans qui les ont conçu plutôt que leur origine.
Il faut aussi pendant les vacances prendre de belles photos, aller au restau et flâner dans une belle ville.

Une idole, un modèle, un exemple ?

J’admire ceux qui restent zen en toutes circonstances et aussi ceux donnent leur vie aux autres. Moi j’aime les gens, mais j’ai besoin de m’isoler, de me retrouver dans mon jardin secret.
Les gens dévoués aux autres me fascinent. Sinon je n’ai pas de grand modèle ou d’idoles, je n’ai jamais voulu faire comme les autres.
En même temps, mon grand-père était relieur, mon père imprimeur et moi je suis toujours dans le papier. En CE1, j’avais demandé à mon père des chutes de différents papiers et j’avais fait des collages pour fabriquer une carte de vœux personnalisée pour chacun des élèves de ma classe, ceux que j’aimais le plus ont eu les plus belles !

Dijon pour toi, c’est quoi ?

C’est ma ville natale, ce sont mes racines. J’aime sa taille humaine qui permet de la traverser et de la quitter facilement, j’aime qu’il y ait tout ce qu’il faut au niveau des boutiques et des restaus. J’aime son architecture, j’aime le centre, la rue des Forges, la rue Verrerie, la rue Chaudronnerie, la rue Amiral Roussin où mon grand-père était relieur.
J’aime aussi les œufs en meurette (ceux de ma grand-mère étaient les meilleurs du monde !).


www.papiersdesoi.com
www.cuivre-laselection.fr

Sur Facebook
https://www.facebook.com/Papiers-de-Soi
www.facebook.com/detailsgraphiques
www.facebook.com/cuivrelaselection
Stéphanie
Papiers de Soi - 06 63 08 50 19
www.papiersdesoi.com


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.