45
Magazine Dijon

Décembre 2010 - Janvier février mars 2011

 N°45
 
Accueil > Les numéros > N°45 > 02 > Spécial Givrés !
02

Spécial Givrés !

Nos givrés, c’est un peu comme les marrons glacés  : ils sont étranges vus de l’extérieur, mais quand on les croque, on en redemande. Ils sont nombreux chez nous, climat oblige. Dans l’équipe, on en a quelques-uns, voire quelques-unes que ce thème a inspiré, tant pis pour vous. Qui se ressemble s’assemble  : il a suffit qu’on mette le nez dehors, entre deux flocons (et deux flacons, car fallait se réchauffer) pour qu’on croise quelques drôles d’oiseaux, en cours de migration, car les givrés, c’est bien connu, ne tiennent pas en place. Bing Bang s’est payé le portrait de quelques-uns, partant au soleil à l’autre bout du monde, ou pédalant dans un frigo, mais il y en a d’autres qu’on a mis au frais. Accrochez-vous  : ils ne dégivrent pas, ils décoiffent.


Christophe Lebrun : un givré… qui ne perd pas le Nord

Christophe Lebrun

Nous avons rencontré Christophe Lebrun fin novembre, à l’heure du café, au Comptoir des Colonies. « Devinez ce que je vais faire en Laponie le mois prochain ? » nous demande-t-il malicieux. « Ben, le Père Noël ?! ». Eh bien non, nous sommes tombés à côté du traîneau. Christophe va participer au Marathon le plus froid du monde, et si Jésus marchait sur l’eau, lui, c’est sur la mer qu’il va courir. Sur la banquise de l’Arctique, plus précisément. Et le pays du vieux barbu tout de rouge vêtu lui servira de mise en condition. Sa préparation est particulièrement originale : Christophe court et fait du vélo sur un home-trainer installé dans un congélateur, à côté des boîtes de pizzas, dans les chambres froides de l’entreprise STEF-TFE. L’extraterrestre en raquettes à neige qui court sur la plage du lac Kir, c’est également lui. Il y en a même qui disent qu’on le voit discuter avec l’Ours Blanc du jardin Darcy, sûrement pour demander des conseils sur ses cousins (bi)polaires. Cet ancien libraire est un sportif accompli, adepte du vélo, de la course à pied, du parapente. Il a fait de nombreux trails à travers le monde : les Foulées de la Soie en Chine (2007), la Trans-Cappadoce en Turquie (2008), les Foulées de Samarcande en Ouzbékistan (2009). Le 7 avril 2011 sera une date à retenir : Christophe sera le premier Bourguignon et le seul Français (aux dernières nouvelles) à courir le Marathon du Pôle Nord. Plus fort que Superman et Phileas Fogg réunis, Christophe fera dix fois le tour du monde en quelques heures, sur un parcours circulaire de 4,2 kilomètres. C’est pour faire connaître l’association « A chacun son Everest » de Christine Janin, médecin et alpiniste, qu’il s’est lancé dans cette aventure  ; une association qui aide les enfants atteints du cancer à guérir en leur fixant des défis tel que l’ascension du Mont Blanc en été. Et comme Christophe Lebrun est aussi violoniste, pianiste, et trompettiste, c’est à peine franchie la ligne d’arrivée qu’il sortira sa trompette pour fêter sa victoire en musique.
Par Véronique Witkowski

Pour suivre l’aventure et le soutenir :
christophe.lebrun@nouvellesimages.com
www.polenord2011.blogspot.com
www.achacunsoneverest.com
www.npmarathon.com

Jean-François Buoncristiani : une glace (italienne) au Sahara

Jean-François Buoncristiani
Certains givrés reculent très loin les limites de la congélation. Le géologue dijonnais Jean-François Buoncristiani bat des records puisque c’est en Afrique qu’il part étudier... les glaciers. Pour être exact, les glaciers fossiles. Ce géologue du CNRS, maître de conf à l’université de Bourgogne, spécialiste des grandes glaciations préhistoriques, conduit avec son labo de biogéosciences des recherches de pointe sur les traces laissées par les glaciers il y a plusieurs millions d’années. A quoi ça sert ? A comprendre comment le climat évolue. Namibie, Maroc, Angola, Gabon... Jeff sillonne le monde pour comprendre ce qui lie le climat, le paysage et l’érosion. Quand il met les voiles, c’est en équipage sur le trois-mâts d’exploration La Boudeuse avec le capitaine bourguignon Patrice Franceschi. En parallèle il envoie ses étudiants aux quatre coins du monde mener des travaux de prélèvement pour comprendre comment fondent les glaciers d’aujourd’hui. Anne-Claire Chaboureau en particulier, qui a passé des semaines en solitaire ou presque sur (et sous) le glacier des Bossons, dans les Alpes. Une Shéhérazade des neiges qui ferait fondre un iceberg. Découverte passionnante : les glaciers du Mont Blanc captent le CO2... A l’heure où vous lirez ces lignes Jean-François Buoncristiani arpentera le Niger - Bénin, avant d’embarquer pour le Venezuela. Un Italien sous les tropiques.
Par Olivier Mouchiquel

Sophie de Courtivron : le tour du monde en sautillant

Sophie de Courtivron
C’est au Bar de l’Aventure - tenu par la Fnac au Cinéma Olympia, à l’occasion du 19e Festival international des Ecrans de l’Aventure - que nous avons retrouvé la jeune et jolie Sophie de Courtivron. Petite frimousse et moral de fer : elle y présentait, aux côtés de deux aventuriers chevronnés, son récit de voyage Le nez au vent (Editions Les 2 Encres).
Cette mini bourguignonne a bouclé, en un an, neuf mois et quelques sauts de puce, un tour du monde sans prendre l’avion. « Pour le coup, ça ne m’a pas coûté cher » lance-t’elle avec un sourire banane. « N’importe qui peut faire la même chose que moi » ajoute-t’elle. Il suffit de faire le premier pas. Sophie démissionne donc d’un super job et la voilà partie, avec pour seuls compagnons « 4 bosses (c’est le nom de mon galurin) et un bâton ». Allez, en vrac, quelques pays traversés à pieds : Autriche, Russie, Mongolie (les pieds ont dégusté...), Chine, Costa Rica, Nicaragua, Mexique... La bicyclette ? Oui oui, en Hongrie, au Honduras et au Costa Rica. Le bateau ?
Sous toutes ses formes : barquettes, voiliers, cargos, des îles San Blas du Panama à l’Atlantique, sans oublier les porte-conteneurs qui l’ont portée de Shenzen à Los Angeles. Et pour pimenter le tout, quelques ascensions :
le Cerro Chirripo (3820 m), l’Ixtaccihuatl (5286 m)... Retour en France : Sophie de Courtivron est désormais journaliste, et continue ses drôles de pérégrinations. Des raids rigolos comme « Walkin’ in Scotland », ou « De la Bourgogne aux Pyrénées à pinces », avec un copain. Avec Sophie, suivie de très près par ses sponsors bourguignons, Eurogerm, France 3 et les autres, les choses sont simples. On dort « dans des granges paillues, sous le porche d’une église, dans une scierie, une cahute à outils, une voiture, un garage... » Moins on a de moyens, plus c’est facile : la contrainte crée la motivation et la ressource. Un constat que font tous les aventuriers rencontrés aux Ecrans. Ils galèrent tous. Mais une galère, ça vogue.
http://d.decourtivron.free.fr
O.M. 


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.