62
Magazine Dijon

Printemps 2015

 N°62
 
Accueil > Les numéros > N°62 > 08 > Soumission - Roman
08

Soumission - Roman Michel Houellebecq

" Soumission " : y croire ou pas ?

On a tout dit sur le dernier roman de Michel Houellebecq, « Soumission ». Mais faut-il croire en cette fiction ? Faut-il prendre au sérieux le futur qu’il nous annonce ? Voici quelques éléments de réponse.


Soumission - Roman
« Soumission », de Michel Houellebecq
Flammarion, 21 €.

Le cadre, d’abord : l’action se passe en 2022. La soumission dont il est ici question est celle de la France à la loi de Mahomet, la charia, adoptée par notre pays suite à la démission de nos hommes politiques, dont personne il est vrai ne saurait actuellement exalter le génie.

Voilà pour le nœud de l’intrigue, qui a au moins le mérite d’être clair. Mais lorsque l’on pose la question de savoir si l’hypothèse de départ est plausible, les choses ne sont plus aussi évidentes. En bonne rhétorique, il y a ceux qui jugent possible cette interprétation de l’islam en tant que volonté de puissance se déployant irrésistiblement dans l’espace occidentalo-européen. Et les autres, qui nient ce fait et accusent l’auteur d’islamophobie.

En l’occurrence, le problème est d’essence politique : la France a depuis longtemps déjà – 1905 – reconnu comme une réalité inaliénable la séparation de l’Eglise et de l’Etat, ce qui n’est pas le cas de l’islam. Alors on s’interroge : faut-il tempérer cette religion sans dieu à laquelle nous sommes attachés, la laïcité, ou bien transiger et l’amender ? La liberté ne se négocie pas, avancent les uns. Oui, mais jusqu’où peut-elle aller ? se demandent les autres.

La réponse tient en fait dans une courte phrase : Houellebecq n’a pas voulu écrire un ouvrage de politique fiction, mais une simple fiction ; un roman. Le grand talent de l’auteur est de jouer sur les cordes sensibles de notre société ouverte : la mondialisation est venue s’inviter dans les débats et a fait se déplacer le curseur des valeurs fondatrices avec lesquelles nous nous sommes construits. Ce qui fait que, presque malgré nous, nous nous interrogeons. Le roman en question ici ne constate en fait qu’une chose : l’entrée de l’universel dans le destin du particulier, en l’occurrence le triste héros de l’histoire, et le nôtre, par capillarité. Ensuite, c’est au lecteur d’interpréter comme il le souhaite le texte qui lui est soumis.

Bien plus, je pense que le véritable héros de l’histoire n’est pas l’islam, mais plutôt le décadent Joris-Karl Huysmans, écrivain convulsif de la fin du XIXe siècle. Un homme de lettres, donc. La littérature, voilà la véritable religion de Michel Houellebecq. Son seul dieu…

Dès lors, prendre au sérieux une fiction, c’est donner au genre romanesque une importance qu’il semblait avoir abandonnée au fil de son histoire. Acceptons donc d’être scandalisés, intéressés, indignés, bousculés en un mot. Cela en dit long sur le talent de l’auteur. Talent que l’on ne saurait lui dénier. Alors, lisez donc « Soumission ». Et vous comprendrez que le roman, en tant que tel, est loin d’avoir dit son dernier mot.


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.