40
Magazine Dijon

Octobre Novembre 2009

 N°40
 
Accueil > Les numéros > N°40 > 07 > Sortez prendre l’air !
07

agenda électrique
Sortir Dijon

Sortez prendre l’air ! théâtre, musique, festivals - Sortir Dijon


Sortir Dijon

La famille en collectif

Un spectacle qui soit visible sur la durée, c’est rare. Autant dire que c’est même exceptionnel, les salles de spectacles dijonnaises ne pouvant que rarement se permettre de programmer plus de trois à quatre fois une pièce. Pourtant, cela permet au spectacle de se « faire », de trouver son public, tout comme au bouche-à-oreille de fonctionner. C’est l’une de ces exceptions qui se produit cet automne.
Le collectif 7’, fondé par Elisabeth Barbazin, comédienne, et Marion Golmard, scénographe, propose sur une quinzaine de dates Mi Familia, soit « ma Famille ». Cette pièce, écrite par l’auteur contemporain urugayen Carlos Liscano nous raconte avec un humour souvent grinçant une drôle d’histoire de famille. Dans cette fable, on n’hésite pas à vendre les enfants, lorsqu’il s’agit d’acheter un frigidaire, par exemple. Quitte, par la suite, à retourner au marché chercher de nouveaux enfants en vue d’une fête de famille et cette fois se débarrasser des grands-parents... Théâtre mêlant démence et humour, dénonciation et cocasserie, Mi Familia interroge avec une forme de tendresse et d’ironie nos idées sur la famille et ses prétendues valeurs... Voilà certainement l’une des raisons pour lesquelles le Collectif 7’, compagnie à la mixité artistique assumée, a décidé de s’attaquer à ce texte contemporain. Mi Familia nous offre une création énergique, traversée par l’esthétique déployée par une équipe conjuguant le dialogue entre les arts au singulier : pour chacun de ses spectacles, l’équipe s’attache à réunir vidéos, musiques et jeux sur un même espace. Le plateau devient un lieu de respiration et de dialogues croisés. Avec Mi Familia, la dizaine d’artistes réunis entend, une fois de plus, nous faire découvrir un auteur contemporain, tout en contribuant à la diffusion des arts vivants sur le territoire régional. Caroline Châtelet
Mi Familia : Chenôve, Espace Culturel François Mitterrand, jusqu’au 29 octobre, les mardis et jeudis à 20h / Dijon, Bâtiment G du parc de la Toison d’Or, du 23 au 28 novembre
Mi Familia

labomatique

Têtes chercheuses

Le festival Labomatique investit Dijon d’ici peu, histoire de nous inviter à réinventer ensemble la conception des arts visuels.

À Dijon, lorsqu’un nouveau projet se prépare, on en parle. C’est le propre des villes à taille humaine : l’information circule, tourne et retourne, tant et si bien qu’elle prend parfois des proportions folles... Tenez, prenez par exemple l’association les Derniers Hommes. Cette jeune équipe, emmenée par Charlotte Kaminski et Romain Moretto organise cette année la première édition de son festival Labomatique. L’événement, qui aura lieu du 12 au 22 novembre investira, outre l’atheneum, la bibliothèque municipale et la Vapeur, le théâtre Mansart. Le théâtre Mansart, c’est la belle salle de spectacles située en lisière du campus universitaire, qui après moults rebondissements s’apprête à reprendre d’ici quelques mois. Et bien Labomatique se déroulant, donc, au théâtre Mansart, certains bruits ont circulé annonçant la reprise du lieu par la jeune équipe... Rien que ça ! Ça a même, paraît-il, discuté sec autour de cette nouvelle « direction »...
Si des rumeurs courent encore, Les Derniers Hommes – et ils ont bien raison – préfèrent, eux, s’amuser de la chose, tant elle est énorme. D’autant qu’avec l’approche du festival, l’équipe a fort à faire. Déjà connus pour leurs créations théâtrales (Une Saison en enfer autour de Rimbaud et Il n’y a plus rien, spectacle basé sur des textes de Léo Ferré), leur revue d’art graphique en ligne et en version papier (Querelle), les Derniers Hommes franchissent ici une nouvelle étape, avant le lancement d’un portail numérique courant 2010 (soit un centre de ressources sur internet consacré aux arts de la scène et aux nouveaux médias).
Prévu à un rythme biennal, Labomatique s’annonce comme un temps fort, fenêtre ouverte sur les arts vivants et leur multiples possibilités d’existence. Ce festival hybride entend, en effet, accueillir des spectacles ‘saute-frontières’, qui se baladent allègrement entre théâtre, vidéo, musique, danse, arts plastiques, et même poésie, se moquant bien des querelles de chapelles culturelles. Labomatique nous promet donc une promenade festivalière originale, dont le seul mot d’ordre serait la rencontre entre multimédia et médiums. On pourra, ainsi, découvrir une petite dizaine de spectacles ou concerts (coup de cœur personnel d’ailleurs sur le duo Battling (((...))) versus la musicienne Christelle Séry), en savoir plus sur la façon dont les arts de la scène s’approprient les nouveaux médias en Europe, ou encore s’essayer à un stage autour de la danse et des arts numériques. Tout ça à des tarifs carrément abordables, seul le concert à la Vapeur dépassant les 10 euros (les autres rendez-vous étant plus proches des 5...). Et comme l’événement ne se reproduira pas avant deux ans, et que d’aucuns disent déjà que les Derniers Hommes seront à ce moment-là directeurs de la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) Bourgogne, il s’agit d’en profiter ! Caroline Châtelet
Labomatique, arts de la scène et nouveaux médias du 12 au 22 novembre à Dijon
www.lesderniershommes.com
www.labomatique.com


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.