80
Magazine Dijon

Automne 2019

 N°80
 
Accueil > Les numéros > N°80 > 10 > Rentrée mouvementée au grand théâtre de Dijon
10

Rentrée mouvementée au grand théâtre de Dijon Des livres qui nous parlent...

… ou qui parlent de nous !

La présentation de la saison lyrique a coïncidé avec la découverte d’un cadavre au domicile d’une ancienne chanteuse d’opérette. De quoi faire le bonheur des médias, déjà présents depuis une semaine à Dijon pour assister à la conférence de presse donnée autour du squelette retrouvé dans les caves des Ducs. Celui d’un des enfants qui avaient grandi dans ce même théâtre, un quart de siècle plus tôt.


Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’actualité, en cette fin d’été 2017, rappelons simplement qu’un fait divers sordide avait attiré à Dijon nombre de médias, dont certains n’avaient pu s’empêcher d’ironiser sur une ville si douce à vivre, disait-on. Une équipe d’archéologues avait retrouvé, dans les sous-sols de l’ancien palais des ducs de Bourgogne alors en travaux, les restes d’un enfant disparu un quart de siècle plus tôt. Un journal daté du 22 décembre 1990, découvert près du squelette, avait permis de faire le lien avec ce qui s’était passé à la même époque, sur la scène du théâtre voisin.

Le suicide du baryton qui tenait le rôle principal dans l’opérette La Veuve Joyeuse, à la fin de la première représentation, n’aurait jamais été remis en question si un des deux témoins n’avait été son fils, qui l’avait vu tomber depuis la passerelle utilisée pour régler les éclairages. Un garçon traumatisé devenu un adulte à problèmes, même s’il n’était pas seul, apparemment, de ses « copains d’avant », à avoir connu une enfance perturbée.
Le seul autre témoin était un garçon de son âge, que personne ne reverra plus. Vivant, du moins, puisque c’est son squelette qui est réapparu, dans les sous-sols de l’ancien palais des ducs. ■

Tueurs d’opérette - livre
Couverture et dessin signés Germain Huby, artiste plasticien et prof à l’ENSA de Dijon, auteur d’un roman graphique présenté cet été dans Bing Bang : Le Bruit des Mots.

Une vieille affaire...

Le roman publié chez Z’EST Éditions revient sur une époque où tout n’était pas toujours aussi rose, dans le monde de l’opérette et de l’opéra, qu’on pouvait l’imaginer vu de la salle. Parmi les anciens du théâtre, convoqués par le SRPJ Dijon, certains vont devoir partir à la découverte d’un passé que beaucoup espéraient enterré depuis un quart de siècle.

À commencer par le fils du chanteur assassiné, qui va réussir à faire sortir des placards d’autres morts suspectes de chanteurs, metteurs en scène et autres proches du petit monde du Grand Théâtre de Dijon, disparus depuis plusieurs décennies.
Sans oublier une collection originale de petits cercueils en carton, retrouvés pour la plupart près des cadavres. Une tradition lancée autrefois par des artistes désireux de se venger, l’envoi de petits cercueils ayant précédé de véritables meurtres.
Entraînés dans un univers où certains ont appris à jouer un double jeu pour survivre, un quart de siècle après la mort de géniteurs inconscients du mal qu’ils avaient fait, les enquêteurs comme les journalistes présents auront du mal à accepter la vérité.

Dijon, Paris et Amsterdam, toiles de fond d’un drame de la vengeance

Les enquêteurs, officiels ou non, finiront par oublier leurs mésententes pour affronter sur leur terrain ces enfants nés dans un monde d’opérette, mais passés trop vite du rose bonbon au rouge sang et au noir complet, ce qui ne veut pas dire qu’ils n’auront pas profité de la vie, aussi courte fut-elle pour trois d’entre eux.
Ce récit s’achèvera loin de la scène dijonnaise, à Amsterdam, à quelques pas des canaux, où ce ne sont pas seulement des canards qu’on retrouvera en train de barboter, dans l’ambiance glauque d’un petit matin pluvieux. Lorsque le rideau retombera sur ce drame de la vengeance, restera à certains la lourde tâche de décider quelle part de vérité dévoiler dans les journaux.
Un voyage dans le temps du théâtre accompagné d’une balade actuelle au fil des rues ou des canaux, entre Paris, Dijon et Amsterdam, en compagnie de quelques monstres sacrés d’hier, d’aujourd’hui et peut-être de demain, car l’histoire pourrait continuer un jour prochain, certains personnages étant du genre indestructible. ■ GB


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.