71
Magazine Dijon

Été 2017

 N°71
 
Accueil > Les numéros > N°71 > 05 > Rencontre avec Anthony Bellevrat
05

Rencontre avec Anthony Bellevrat rocker et passionné de musique classique

Roll over Beethoven*

Au premier abord, Anthony Bellevrat (qu’on appelera « Antho ». C’est plus cool) présente tous les signes extérieurs du rocker moyen : converses aux pieds, cuir perfecto sur les épaules et…cheveux peroxydés vert/turquoise. A 30 ans (« putain, ça y est, je suis vieux ! » lâche-t-il), il est chargé de diffusion pour le spectacle Mélodies en Court auprès de l’association Plan 9. Son dernier concert à l’Auditorium ? « Les leaders de Schubert. Ses tubes, quoi. ».


Rencontre avec Anthony Bellevrat rocker et passionné de musique classique. © RP

Comment il est venu au classique ? « J’avais terminé d’écouter tous les albums de Rancid*, et puis j’avais plus rien. Alors au lieu de continuer avec Marilyn Manson, j’ai bifurqué vers Chopin (rires) ». Quand on lui demande si c’est sa famille qui l’a lancé dans le classique : « Que nenni, mon pote ! Je me suis fait tout seul ! ». Ses chouchous ? Les romantiques. Chopin, Listz, Schubert, etc. trônent dans sa discographie à côte des Cramps, de Demented Are Go** et d’Eddie Cochran. « Il faut le dire, j’ai fait 80 % de ma culture musicale dans le genre en écoutant Radio Classique. » avoue-t-il.

Il raconte une de ses dernières soirées à l’Opéra : « J’ai été voir l’Orféo et j’ai croisé Christine Martin*** dans la file d’attente. Je lui ai dit en rigolant : « alors Christine, on est encore les deux seuls rockers ce soir ! ». D’ailleurs, l’Orféo, il a plutôt aimé : « j’ai adoré la mise en scène. Il y a des scènes de sexe et d’alcool. D’ailleurs, les vieux du public ont hué le metteur en scène à la fin. »

« J’ai adoré la mise en scène de l’Orfeo. Pas mal de scènes de sexe et d’alcool ! »

Dans ce qui se fait à l’Opéra, Antho se défend de tout aimer : « il y a de tout ! La Traviata, c’est super facile d’accès, il n’y a que des tubes ! Mais j’ai été voir Pelléas et Mélisande de Debussy, eh bien j’ai rien pané ! (rires) ». D’ailleurs, apparemment, il n’est pas le seul rocker à faire le déplacement les soirs de représentations. « Il y a pas mal de jeunes à l’Opéra en fait. La dernière fois, on était 3 ou 4 à avoir les cheveux verts ! ».

Il reste pas mal de travail pour rapprocher les deux mondes. Une fois qu’il s’était payé une place au 3e rang pour un concert où on donnait Beethoven, Antho s’est assis à côté d’une dame assez âgée. La réaction ne s’est pas fait attendre : « elle m’a regardé avec des yeux écarquillés et a serré son sac à main contre elle ! ».

*Groupe punk-rock américain culture. Allez donc écouter ça !
** Un super groupe de psychobilly germano-hollando-britannique. Les rois de la scène dans le genre.
***l’adjointe déléguée à la Culture (entre autres). Christine a été batteuse il y a pas mal de temps dans un groupe post-punk qui s’appelait Norma Loy. Quand même. ■ MC


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.