79
Magazine Dijon

Été 2019

 N°79
 
Accueil > Les numéros > N°79 > 07 > Quoi de neuf dans le monde de la gastro bourguignonne ?
07

Quoi de neuf dans le monde de la gastro bourguignonne ?


Côté grandes tables, à Dijon, David Zuddas et Angelo Ferrigno sont dans les starting blocks. On a hâte de découvrir le futur espace de restauration, clin d’œil au street art à l’italienne, tout à côté du D Z’envies. Quand à l’ex-chef étoilé et brillant tout à la fois des Cariatides, il s’apprête à jouer une carte locavore haut de gamme, rue Jeannin.
D’autres adresses gastronomiques devraient avoir changé de main, d’ici l’hiver. Si William Frachot envisage de quitter ses fourneaux, fin janvier, c’est seulement le temps d’une soirée, pour assurer la restauration de la future Saint-Vincent tournante de Gevrey. « Tout va bien mais on n’en parle pas, c’est incroyablement frustrant », peut-on lire dans la bouche du chef dijonnais doublement étoilé, dans la lettre d’Atabula du 17 juin, qui détaille les 30 tables françaises où on mange le mieux.
D’autres restaurants auront réouvert quand vous lirez ces lieux, comme le Castel de Très-Girard, phénix renaissant de ses cendres. Ou changé de main, c’est la vie. ■ GB

▲ Le bel été du château de Sainte-Sabine

Il y avait du beau monde et du beau temps pour lancer la saison, savourer le plaisir d’une partie de campagne dans ce lieu grand ouvert sur la nature et la vie aux alentours. Jean-Louis et Susanne Bottigliero étaient entourés de leur équipe tonique habituelle, dirigée désormais par Philippe Parra, compagnon de route depuis 40 ans du propriétaire des lieux.
Une septième saison, déjà, pour ce château perdu dans la campagne, entre Pouilly-en-Auxois et Chateauneuf, qui a un pied dans le Morvan, depuis l’arrivée dans les cuisines de Benjamin Linard.
Un petit gars du coin, comme se présente ce jeune trentenaire formé chez Lameloise et chez Loiseau. Pour voir du pays, il est allé en Savoie cueillir les herbes sauvages et communier avec la nature (au Flocon de Sel). Grâce à Georges Blanc, il s’est retrouvé chef de cuisine. Et grâce à Sainte Sabine (bénie soit-elle), il va pouvoir profiter de ses jours de congés pour aller à la cueillette des champignons dans les bois du Morvan tout proche, où il est né. Si vous rêvez d’un déjeuner au soleil, léger, au calme, avec vue sur le parc, l’étang, jouez « l’instant brasero » : légumes de saison, viandes et poissons grillés à savourer et partager. La vraie vie de château à prix doux.
Château de Sainte Sabine : 8, route de Semur, 21320 Sainte-Sabine. 03-80-49-22-01. www.saintesabine.com Resto fermé mer midi en saison, lun-mar hors saison. Doubles 115-250 €.
Menus 28-33 € (déj en sem), puis 45-65 € ; menu dégustation 80 €. 

● Brèves de comptoir ●

Ritchie’s restaurant & diner ►

L’adresse la plus rock’n’roll du moment, on l’a découverte en revenant du château de Sainte-Sabine, comme quoi, on ne dira pas qu’on est élitiste, dans ce mag. À découvrir si vous partez depuis Dijon à la découverte du Morvan. À la sortie de la quatre voies, prendre la direction d’Arnay-le-Duc. Sur la gauche, en pleine Zac, un lieu improbable sorti tout droit d’un vieux rêve de rockers ayant un peu abusé de la tequila. Face au Courtepaille, un wagon aménagé aux couleurs de l’American Dream. Burgers, tapas, tacos, salades. Fauteuils jaunes confortables, tubes rocks dans les têtes, et bières dans les verres. À l’accueil, Eddie ou Sébastien, pas triste, déjà.
Zac portes de Bourgogne, Créancey. Port : 06 52 59 02 88

■ Le Comptoir de la Chouette

a ouvert ses portes rue de la Chouette. Tenu par l’équipe qui a racheté la concession de la Buvette, sous les Halles, le lieu a essentiellement une vocation touristique, mais rien n’empêche d’y aller jouer les touristes. Il y a des escargots et des grignoteries sympas pour prolonger l’apéro.

Takaya Uchida

■ Face à la Préfecture, il va falloir attendre encore un peu pour profiter de la cuisine de Takaya Uchida, qui n’en finit plus de repeindre en bleu le vieux café de la Pref. Cuisine française, on précise, réalisée par un jeune chef japonais formé aux Cariatides, entre autres.

▲ Au gré de mes envies

15 rue Berbisey, c’est le nouveau lieu de rendez-vous pour qui veut manger zen, sain, délicieux, dans un décor rafraichissant. Hui-Fen, originaire de Taiwan, ouvre et cuisine au gré des ses envies. La terrasse est agréable, l’accueil aussi. Du fait minute, à base de produits dont la provenance est indiquée.
Tél : 03 80 41 15 42 Ouv mer-sam.

■ Samourai Sushi

s’installe à Dijon, au 18 de la rue Chaudronnerie (à l’angle de la rue Lamonnoye). On avait bien aimé, rue Bersot, à Besançon, cette drôle d’enseigne créée par Jocelyn Lamy. Grande diversité de sushis, nigiri, maki, sans oublier les big roll qui font la fierté d’une enseigne qui entend rester abordable tout en étant qualitative.

■ En face la cité…

Vous ne devriez pas avoir de mal à repérer ce nouveau resto, 8 rue du Faubourg Raines, à Dijon, juste en face de la future cité de la gastronomie. La pause de la première pierre, cet été, devrait donner le vrai coup d’envoi d’un projet qui va occuper le terrain et les esprits dans les deux années à venir. Allez vous mettre en terrasse ou derrière les vitres de ce petit resto pour surveiller les travaux, tout en profitant de la formule du midi (09-53-51-16-23). L’ancien propriétaire possédait également le 41, avenue Carraz, à Chenove, devenu aujourd’hui Chez Louise, une autre adresse vantée par le bouche à oreille.

■ Week-end gourmand du Chat perché !

Tous à Dole fin septembre. Ça commence par les rencontres régionales à la Commanderie le 27, mais les 28 et 29, c’est Dole tout entier qui devient un village gourmand. Brunch dominical sous les halles. Résa et infos sur :
www.weekend-gourmand-dole.fr


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.