48
Magazine Dijon

Automne hiver 2011

 N°48
 
Accueil > Les numéros > N°48 > 08 > Que veut dire Symbolisme ?
08

Que veut dire Symbolisme ?

Si l’on s’en tient au sens étroit et étymologique, presque rien. Si l’on passe outre, cela peut vouloir dire : individualisme en littérature, liberté de l’art, abandon des formules enseignées, tendance vers ce qui est nouveau, étrange et même bizarre…” Remy de Gourmont


La Sulamite dévoilée de Gustave Moreau
La Sulamite dévoilée de Gustave Moreau

Alors là, rien ne pouvait me faire plus plaisir qu’un petit tour par le symbolisme à la rentrée ! Mes premières amours en matière plastique s’appelaient Munch, Odilon Redon, Klimt et bien d’autres dont Gustave Moreau. Fatigués de peindre des nymphéas, des bottes de foin ou des guinguettes au bord de la Marne, quelques artistes tournent le dos à l’impressionnisme pour se replonger dans les bouquins et tout y passe : la Bible, la mythologie, les légendes et croyances et surtout la poésie. La vérité qui se cache derrière les apparences devient alors pour les Symbolistes un thème privilégié. La solitude et la mort ou le fantastique et l’imaginaire sont, avec la femme, les premiers sujets de leur peinture.

Le musée des Beaux-Arts, fier de son tableau de 9 mètres carrés, le plus grand que Gustave Moreau ait peint, et de ses acquisitions plus récentes de dessins préparatoires, nous présente ici une étude complète de cette gigantesque toile. Œuvre de jeunesse, elle illustre le viol de la Vierge de Sulam par des soldats ivres, extrait du cinquième chant du Cantique des Cantiques, poème hébraïque attribué au roi Salomon.

L’exposition réunit pour la première fois autour du tableau dijonnais près de trente études préliminaires, gouaches et huiles, aquarelles et dessins au crayon présentés en feuilles isolées ou en carnet.
C’est du deux en un : non seulement vous découvrez un artiste, mais vous pénétrez avec lui dans les affres de la création, suivez le cheminement du petit croquis jeté sur un carnet, en passant par le doute et l’aquarelle jusqu’au vernis final. Une invitation à entrer dans l’intimité d’un tableau et de son processus artistique, de la première esquisse à la composition définitive.

Pour parfaire l’exposition, le musée propose des visites commentées les vendredi et samedi, des ateliers de dessin le dimanche, des nocturnes le mercredi, un invité le jeudi…
Il ne vous reste plus que le lundi pour visiter à Paris le musée national Gustave-Moreau, véritable petit joyau, demeure familiale transformée en 1895 par le peintre pour y créer ses ateliers. Un fouillis fin XIXe vous y attend aussi bien dans les salles de réception que sur les murs des étages supérieurs surchargés de tableaux dont la fameuse Salomé. Du plaisir à l’état pur !

14, rue de La Rochefoucauld 75009 PARIS
info@musee-moreau.fr
Du 15 octobre au 16 janvier 2012 – Musée des Beaux-Arts Dijon
La Sulamite dévoilée - Genèse du Cantique des Cantiques de Gustave Moreau.


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.