48
Magazine Dijon

Automne hiver 2011

 N°48
 
Accueil > Les numéros > N°48 > 03 > Que la fête commence !
03

à boire et à manger
Cuisine Bourgogne

Que la fête commence ! Y’a bon cuisin(i)er en Bourgogne

La future Saint-Vincent tournante va faire de Dijon le premier “village vigneron” sur la route des vins et des climats de Bourgogne. Une raison supplémentaire pour partir de vignes en caves et de caves en tables, cet automne, en direction de Nuits, Beaune et Chagny. L’occasion surtout, pour les gourmets, de découvrir ces nouveaux chefs qui ont fait leur rentrée à la fin de l’été, sans oublier ceux qui (re)viennent de loin.


cuisinier-en-bourgogne

La capitale de la Bourgogne, Dijon, et la capitale du bourgogne, Beaune, ont beau travailler ensemble pour la promotion des climats de Bourgogne, elles n’en participent pas moins à une nouvelle version de la fable du Lièvre et de la Tortue. Dijon la “tortueuse” a presque rattrapé cet été son concurrent et la future Saint-Vincent tournante, fin janvier, devrait permettre de poursuivre dans la voie d’un retour à une vraie fête de la vigne et du vin, si les organisateurs ne se contentent pas de parler… en vain.
Le coeur historique de la cité des Ducs a profité des barricades des travaux du tram pour faire la nique aux remparts de Beaune, qui enserrent leur ville comme les douelles d’un tonneau. Il n’y a jamais eu autant de touristes buvant un verre d’aligoté, de blanc-cassis ou de rouge des hautes-côtes dans ce qui est déjà, aux yeux des visiteurs américains ou japonais, le point de départ de la route des vins. Place de la Lib et rue Vauban, la Part des Anges, le BHV, le B9, le Café Gourmand ont fait le plein, en terrasse, de touristes jouant les connaisseurs et de Dijonnais jouant les touristes. Au point que les moins imaginatifs des restaurateurs préfèrent investir aujourd’hui dans la terrine et la charcutaille que de payer un chef pour relancer une gastronomie qui eut payé mais ne paye plus, selon eux. Voire… Un bistrot peut avoir un vrai chef en cuisine, on l’a vu au BHV, le Bar de l’Hôtel de ville. Et bien sûr autour des halles, où David Zuddas continue de faire la nique à ceux qui le croyaient mal parti. Il nous a fait rencontrer Anne Cazor, notre Fée Molécule, qui lance des cours de cuisine uniques en leur genre, managés par trois “chefs” (mot horrible que DZ déteste !) qui s’adressent aux fous, aux passionnés, aux connaisseurs voulant comprendre les règles de la cuisine d’aujourd’hui et de demain. En ces temps de rentrée, ils vous proposent des cours de rattrapage très particuliers. Et l’inspecteur Maisonnave vous donne un peu plus loin son avis sur cette cuisine de rentrée qu’il connait bien.


Il y a encore de vrais cuisiniers dans les restaurants, rassurez-vous, et ils se montrent de plus en plus, pas seulement sur les plateaux télé, mais dans leur cuisines ouvertes sur la salle, ce n’est pas nous qui allons le leur reprocher.

Gérard Bouchu


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.