60
Magazine Dijon

Automne 2014

 N°60
 
Accueil > Les numéros > N°60 > 05 > Quatre restos dijonnais jouent la carte "années 60"
05

Quatre restos dijonnais jouent la carte "années 60"

Pendant un mois vous allez pouvoir retomber en enfance (pour certains), redécouvrir des plats qui faisaient le bonheur des enfants de l’époque et de leurs parents (œuf corse, comme aurait dit Fernandel). Quand on ne faisait pas encore tout un plat de la cuisine et rien ne vous empêche de vous y mettre à votre tour. Une soupe de légumes pour humecter l’estomac, une purée-saucisse avec un trou dans la purée pour le jus de la cuisson, une tarte au fromage ou une quiche, sinon... Plats simples de tous les jours, plats de famille pour permettre de supporter une semaine de dur labeur ou d’école publique. Ragoût de mouton ou boudin aux pommes, pour suivre, à moins que du foie de veau à la persillade ne vous tente. Gardez une place pour le pain perdu (plat riche d’une pauvre époque), la semoule ou les pommes au four, un délice automnal. Pour le repas dominical, rappelez-vous que c’était synonyme d’ennui en général, de tablée familiale avec œufs mimosas et viande en croûte, en général, de brochet en gelée les jours fastes. Bon appétit !

Pendant un mois, quatre valeureux défenseurs d’une cuisine qu’on adore, mine de rien, vous proposent, un jour par semaine, de renouer avec la serviette autour du cou et les plats des années 60. Vous les connaissez peut-être, mais on vous les présente quand même.


Angie Faites « marché » !

miss Angie

Un bar qui renoue avec la vie des Halles et du quartier, où l’on mange, rigole, fraternise, joue aux cartes, jusqu’à plus soif (façon de parler !)... C’est comme ça que je le présentais, son bar pas si louche que ça, à miss Angie, il y a quelques mois. On vient chez elle manger le plat du jour préparé par son paternel le midi. Un plat du marché, un vrai : un pot au feu ou un bavette aux échalotes qui fond sous le couteau, car dans la famille on ne joue pas avec la qualité ni avec la santé. On peut s’offrir des escargots, avec l’arrivée de l’hiver, tandis que les voisins refont le monde autour d’un bœuf bourguignon. C’est un vrai bistrot comme autrefois, et son menu années 60 est dans le ton maison.

menu-angie
Menu Angie
15,00€
- Jambon Persillé
- Saucisse Purée
(de Montbéliard et très bonnes patates)
- Pain perdu (avec une glace vanille !)
- Un verre de Côte du Rhône offert (remplacé par un verre de beaujolais le 3è jeudi du mois)

LE JEUDI


Le Petit Bouchon His name is James

Le Petit Bouchon

Un des derniers vrais bistrots que compte encore le quartier République. James et Christelle Diolot ont tenu bon, entre un chantier du tram et un de la Résidence ayant enlevé les derniers restes de parfums de cassis qui flottaient dans le quartier depuis le départ de Lejay-Lagoute. Venez déjeuner sain et vrai dans ce bistrot incroyable avec ardoises au mur et nappes à carreaux. Les plats suivent l’humeur de James et de la saison, autant dire qu’ils changent pas mal. Si vous adorez la tête de veau, vous devriez être à la fête, le chef a une bonne tête. Il va même cuisiner à domicile et vous aurez alors de l’œuf mayo revisité. Pour nous, il a préparé un menu années 60 à sa façon, et pas question de le contrarier en demandant si c’est de la poule au pot ou au riz, non mais, qu’il a préparé.

PtIT-BOUCHON-POULE-AU-POT
Menu Petit Bouchon 19,50€
- Soupe en entrée
- Poule au riz sauce blanche
- Pomme au four (et à la groseille !)
- Un verre de vin rouge Hortas 2011 offert
(et pas bouchonné !).

TOUS LES JOURS

L’Alhambra Les petits plats dans l’écran

L'ALHAMBRA PORTRAIT

N’allez pas attendre devant le vieux cinoche Alhambra qu’on vous prépare un en-cas, même si le lieu ferait un malheur, dans le style années 60. Ce sont les folies de l’autre Alhambra qui nous intéressent, ce café des copains de la rue Marceau qui fait partie des derniers petits bistrots où l’on aime se retrouver le midi, autour de la place de la République. Ambiance familiale décontractée, équipe qui connaît son boulot, en salle comme en cuisine. Bon menu du jour le midi, entrées et plats traditionnels de brasserie. Il y a aussi des sandwichs pour les gens pressés, des croques et des omelettes pour manger sur le pouce, une seconde salle pour qui veut avoir un peu de tranquilité. C’est ouvert de l’heure du café-croissant à celle de l’apéro-saucisson, fermé à l’heure où les restos de nuit voisins s’animent.

ALHAMBRA-BOUDIN
Menu Alhambra
14, 60€

- œufs mimosa
- Boudin aux pommes
- Riz au lait

LE MARDI


L’Âge de Raisin L’âge de déraison

L'Âge de Raisin

La gouaille dans l’assiette et le verre, au cœur du bout de la rue Berbisey. La nappe vichy à carreaux rouges et la caricature des Tontons Flingueurs donnent le ton, la clientèle aussi. Que du bon, du pas-faux-fait-maison, de l’authentique cuisine de femme, et c’est pas une critique (sinon, on va se prendre des baffes à la récré !). Des vins sélectionnés avec autant d’amour que de pratique. Des plats mitonnés avec soin, des légumes de saison et des viandes aux sources irréprochables, on vous le dit et le redit, au fil des numéros de Bing Bang, qui en a fait une de ses cantines... Nadine propose en plus un menu thématique par semaine, élaboré à partir de produits frais, artisanaux, et de légumes bio. Cool.

AGE-RAISIN-ARCHIS-PARM
Menu
L’Âge de Raisin 20€

- Un Kir ou un Communard
- Les Harengs Pommes à l’huile
- Le Hachis Parmentier
- La Tarte aux Pommes et Coing

sur réservation,
servi tous les soirs sauf dimanche


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.