77
Magazine Dijon

Hiver 2018-2019

 N°77
 
Accueil > Les numéros > N°77 > 07 > Palais des ducs de Bourgogne
07

Germain Arfeux

Palais des ducs de Bourgogne Save the dates !


Chouette Dijon par © Didier Bontemps
1137 La ville de Dijon est ravagée par un immense incendie. Son palais, qui se trouvait alors rue de l’école de droit, part en fumée. On décide d’en construire un nouveau, à son actuel emplacement, mais ce n’est encore qu’un gros tas de cailloux en forme de château fort.

1366 Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, découvre avec effarement le taudis plein de courants d’air qui doit lui servir de palais. Il décide de s’en faire construire un qui soit plus digne de sa ducale majesté et lance la construction de la tour Neuve, ainsi que des cuisines à huit feux. On peut enfin y banqueter dignement ! On mène bon train au palais : les enfants sont élevés dans le premier étage de la tour Neuve tandis que la duchesse Marguerite se distrait dans la basse-cour, où elle élève des poules, des paons et un porc-épic.

1371 Installation des premières latrines. On commence à respirer un peu mieux.

1417 Un incendie dévaste une partie du palais. Les bas étages ont été épargnés par les flammes, mais il faut retaper tout le reste...

1419 Philippe le Bon arrive au pouvoir. 600 ans après, son fantôme reviendra inaugurer son nouveau palais.


1431 René d’Anjou, duc de Bar, défait à la bataille de Bulgneville, est emprisonné au 1er étage de la tour Neuve. En souvenir de sa captivité, la tour est renommée Tour de Bar.

1433 Philippe le Bon aime le luxe, et pas qu’un peu. Le palais qu’on lui a légué est encore trop mesquin pour un duc tel que lui : il fait reconstruire les cuisines et édifier le logis ducal. Pour surveiller les bandes de pillards qui rodent dans les environs, il lance aussi la construction de la grande tour qui porte aujourd’hui son nom. Enfin le palais commence à avoir de la gueule ! Le voilà digne de la maison Bourgogne. Désormais, ce sont près de trente cuisiniers qui peuvent s’occuper de la bouffe pour les gueuletons du duc. On y organise des banquets gargantuesques qui s’apparentent à des orgies !

1502 Encore un incendie ! Cette fois ce sont les appartements qui sont emportés. On reconstruit ce logis, toujours dans un style gothique, mais dans un style gothique flamboyant cette fois. C’est plus approprié.

1610 Le duc de Bellegarde, gouverneur de la province, fait construire la galerie qui relie le logis à la tour de Bar.

1658 Le roi Louis XIV vient séjourner quelques jours au palais de Dijon. Il passe ses journées à jouer à la paume et ses soirées à faire donner du violon pour de jolies jeunes filles. Un poète local vient même lui déclamer une ode en patois dont il ne comprend pas un mot. Il se plaît bien dans cette ville, mais il trouve ce palais trop vétuste. On gèle dans ces vieilles chambres.

1681 Louis XIV décide de moderniser tout ça. Sous la direction de Mansart débutent d’immenses travaux qui vont durer plus d’un siècle. On dégage la place qui entoure le palais, pour y former un hémicycle, puis on construit le grand corps de bâtiment aux deux grandes ailes blanches qu’on connaît aujourd’hui. Tout est bâti en grand style, bien français, bien classique, bien ordonné, bien symétrique. Louis XIV s’y serait senti comme chez lui, mais comme tout n’est achevé qu’en 1783, il mourut bien avant d’avoir pu en profiter.

1767 François Devosge fonde une école de dessin hébergée dans le palais. Cette école se dote d’un musée destiné aux élèves en1787, qui devient public en 1799.

1790 Les États de Bourgogne, qui occupaient les lieux, en sont chassés par la Révolution.
1809 La mairie leur chipe la place.

2006 François Rebsamen, à la suite de Philippe le Bon et de Louis XIV, décide de moderniser le palais. Il installe un toit doré dans la cour de Bar qu’il fait paver de plaques de béton brun et lance des travaux de rénovation qui vont changer sinon la face du monde, du moins celle du quartier.

2019 Fin des travaux et réouverture en mai du musée des Beaux-Arts.


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.