65
Magazine Dijon

hiver 2015

 N°65
 
Accueil > Les numéros > N°65 > 03 > Norredine Dahès
03

Norredine Dahès Monsieur Bing Bang Besançon, c’est lui !


Norredine Dahès

Norredine Dahès :

« Je suis amoureux de la vie et de ma ville »

Norredine, lorsqu’il nous a vus débarquer à Besançon, souriait de façon tellement éclatante qu’on a d’abord cru qu’il n’avait jamais vu de Dijonnais auparavant... Bon, d’accord, il reçoit certainement plus de Bisontins bon teint ou de Suisses friqués (je suis le roi du pléonasme) que de Dijonnais frigorifiés croyant qu’un rendez-vous dans le Doubs se faisait chemise ouverte, même en décembre.
En fait, ce qui faisait marrer le très sérieux directeur associé de l’agence Big Bang, c’était de pouvoir découvrir les zozos qui avaient commis un crime de lèse-majesté en écrivant un mag estival un poil irrévérentieux sur son pays. Des mecs qui foutaient le binz partout, ou plutôt le BING, puisqu’on avait depuis 15 ans un BANG en commun, alors que son agence voyait BIG depuis 25 ans (au point qu’il a failli perdre des clients qui faisaient la confusion).

Et si on a pu donner de l’origine de Bing Bang une version qui nous plait bien (on tape à gauche comme à droite, c’est notre force, notre faiblesse aussi), plus personne ne sait a priori qui a eu l’idée saugrenue d’appeler BIG BANG une agence spécialisée au départ dans le monde de l’audiovisuel, son créateur, Patrick, étant à l’époque intermittent du spectacle. Époque que Norredine n’a pas connue, vu son âge, même si ce garçon a su très tôt qu’il n’allait pas passer sa vie à regarder le Doubs couler sous les ponts. Encore étudiant, son côté battant séduisit le créateur de l’agence, qui a fini par confier à celui qu’il appelait sa « panthère » les clés de Besançon, lui-même continuant de s’occuper de l’agence de Lyon.

Dijon-Besançon,

deux vases communiquants ?

Depuis, l’agence, qui occupe, à droite du funiculaire, les locaux de l’ancienne entreprise d’horlogerie bisontine Tribaudeau (ça compte, en Franche-Comté !) s’est ouverte sur bien d’autres domaines d’activité. On lui doit notamment la communication du tramway, de la Cité des Arts et du projet urbain du passage Pasteur.

Norredine nous a fait découvrir ses lieux préférés, en ville (voir nos pages restos). Lieux branchés, mais pas que, même si ce sont les projets locaux autour du web, de la culture, de la vidéo qui font partie des boulots actuels de ce petit beur trentenaire qui vit mieux sa ville natale que bien d’autres. Ses interlocuteurs ont oublié qu’il est d’origine kabyle, pour ne plus voir que sa valeur, au point qu’on lui a même confié le dossier de la filière porcine en Franche-Comté, un comble.

« Besançon et Dijon sont deux villes complémentaires ». Norredine attend avec impatience la fusion avec Dijon, ville par laquelle il n’avait fait que transiter (« J’ai quand même été diplômé en communication internationale dans la capitale des Ducs, c’est classe ! »), et où il pense qu’il y a du travail à faire. Ne serait-ce qu’en faisant comprendre aux Dijonnais qu’il y a une ville à découvrir, à une demi-heure de TGV, avec des bars, des restos, des musées, des spectacles. Une vie, quoi...

■ GB


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.