64
Magazine Dijon

automne 2015

 N°64
 
Accueil > Les numéros > N°64 > 02 > Nathalie Franceschi
02

Nathalie Franceschi scientifique, comédienne et danseuse


Nathalie Franceschi
Nathalie Franceschi sur le film Carma, réalisé par Olivier Philippe © photographeronline.fr

Une femme qui sait tout faire toute seule (comme toutes les femmes, en fait). À 13 ans, Nathalie Franceschi sort en boîte pour la première fois. Il faut dire qu’elle danse depuis déjà dix ans. Du classique, certes, mais sa maman lui fait confiance. À 16 ans, elle décroche son bac scientifique et commence à travailler. Pas de télé ni de jeu vidéo, par contre, elle dévore les livres et les revues. À la fac, « comme j’ai toujours tout fait en même temps, je me suis inscrite en géologie et biologie à Dijon et en psycho par correspondance ». Nathalie accompagne aussi son aventurier de père sur la jonque La Boudeuse et sort, après neuf ans d’études post-bac, une thèse de « biologie évolutionniste du comportement animal, et spécifiquement sur la manipulation parasitaire. Les parasites qui manipulent leur hôte, c’est passionnant, un truc de dingue. »

La danse finit par la rattraper. « On m’a répété pendant ma thèse que je ne pouvais pas être une bonne danseuse et une bonne chercheuse. Il a fallu faire un choix, j’aurais aimé ne pas avoir à le faire. » Nathalie travaille comme danseuse, en indépendante ou en troupe, depuis 2001, animant des stages et des cours particuliers. Du flamenco surtout, la belle en a naturellement le physique, le rythme et la chevelure. Toute petite déjà, Nathalie était « folle amoureuse de Guy Williams », le seul, le vrai Zorro sur son cheval cabré. Comme la plupart des femmes qui se font seules, elle sait tout faire, cabaret, Bollywood, variété, danses du monde, du Moyen-Orient et israélienne, danses latines et de couple…
Le parquet ne lui suffisant pas, la dijonnaise arpente désormais les planches et les plateaux de cinéma.

La précarité ? « Ce n’est pas une angoisse pour moi au quotidien, je n’ai pas un naturel anxieux. J’ai cette chance là, je ne m’inquiète quasiment jamais de rien. Ça reste précaire, ma mère s’inquiète, c’est sûr, mais je gère plutôt bien. C’est un travail qu’on assimile à une passion, on travaille plus que les autres. Je n’ai pas de jours fériés, pas de dimanches. Regarder les annonces de casting, postuler, c’est du non-stop. Si on veut réussir quelque chose, il faut être à fond tout le temps. »

Stage flamenco sur Dijon :

7 & 8 novembre. Contact & infos : nathalie.franceschi@wanadoo.fr


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.