50
Magazine Dijon

Printemps 2012

 N°50
 
Accueil > Les numéros > N°50 > 02 > MuséoParc Alésia : VERCINGETORIX
02

MuséoParc Alésia : VERCINGETORIX

Le futur de l’Histoire

Non, les Gaulois ne mangeaient pas des sangliers à chaque repas et ne taillaient pas de menhir. Et non Alésia ne doit pas être le prétexte à un nationalisme exacerbé comme il le fut au XIXème siècle et dans nos livres scolaires. Le MuséoParc, loin des clichés, révèle ce qui s’est vraiment passé là en 52 av JC, comme si vous étiez.
Par Eric Chariot


MuséoParc Alésia

Le MuséoParc représente le futur de l’Histoire,

quand on la vit et la revit, qu’on s’y amuse autant qu’on s’y instruit, le tout en grandeur nature. Il fait ce que tout passionné d’archéologie rêve en secret quand il visite un site : le voir s’animer, entendre les épées fracasser les boucliers, sentir ce vertige qui l’amène dans l’autre temps. S’y voir... tout simplement.
Alors bien sûr, il reste cette statue monumentale de Vercingétorix à proximité du site archéologique. Cette statue pleine d’anachronismes, faite à l’image de Napoléon III jusqu’au dernier poil de moustache, qui dépeint l’idéal franchouillard du guerrier romantique rendant les armes avec honneur, se sacrifiant pour la patrie. Ça c’était l’histoire de l’Histoire, quand les empereurs et les politiques la réécrivaient pour exacerber dans la nation des forts sentiments (peu) glorieux.
C’est un peu plus bas, dans la plaine, que l’on ira chercher l’avenir de l’Histoire, celle issue de l’analyse passionnante des archéologues scientifiques. Celle aussi qui sait se restituer au public pour devenir jeu, pour devenir aventure, pour devenir culture.

Plus qu’un musée, une attraction !

Car le MuséoParc, c’est plus qu’un Musée, c’est un Centre d’attraction. C’est une manière moderne, animée, vivante, de présenter la bataille. Loin des vitrines figées (même si elles peuvent aussi vous submerger d’une émotion par le saut temporel qu’elles représentent), on utilise ici tous les moyens modernes de la muséographie. Un film vous resitue le contexte et les étapes du siège. Un diorama (reconstitution en 3 dimensions) vous immerge dans le monde de l’époque en relief. Des bornes interactives bien sûr mais aussi des reconstitutions de véritables armes de guerre des Romains comme le bien nommé « scorpion » ou la catapulte. La galerie du combat vous impressionnera, avec ses statues immenses des combattants des deux camps, tant vous aurez l’impression d’être petit au cœur de la bataille, au milieu de guerriers féroces de trois mètres de haut. Il y a même des lunettes magiques : vous regardez dans une longue vue par la baie vitrée et vous voyez le paysage de l’époque se superposer à l’actuel, avec les camps romains implantés d’un côté et l’oppidum gaulois de l’autre.


L’histoire dont vous êtes le héros

Lorsque l’on croise le bloc massif du MuséoParc dans la plaine, il semble faire écho, dans le paysage et dans l’évocation, à l’oppidum gaulois d’Alise : une enceinte fortifiée qui cacherait ses secrets… Mais qui au fond serait prêt à se rendre pour que son contenu soit révélé au monde et que ses trésors soient essaimés aux quatre vents. Et c’est par vous et par l’immense colonie des abeilles visiteuses (on attend 120 000 personnes par an) que cette ruche de la connaissance disséminera son miel, par le bouche-à-oreille.
En fait, le concept est simple : vous faire prendre part à l’Histoire. Il se présente comme une vaste enceinte circulaire dont vous êtes le centre. Au fil de la visite vous allez vous rendre compte de l’affrontement, de l’opposition, et vous aurez l’occasion de vous retrouver dans chaque camp.

Ici vous êtes gaulois et assiégé.

Voici exposés votre épée, votre bouclier, votre casque, votre tenue
militaire, représentée dans les détails jusqu’à la moindre fibule. Voici
comment vous vivez, voici votre armée.
Là vous êtes romain et assiégeur. Voici vos armes meurtrières et votre
panoplie de soldat. Voici votre régiment en ordre de marche. Le coin
armée gauloise / armée romaine est sans doute le plus riche en terme
de reconstitution d’objets.
Un autre espace s’ouvre à vous. Ici vous êtes Vercingétorix, ou du
moins ce que l’on suppose de lui, car il n’en a finalement été fait aucune
description précise. Là vous êtes César, son ambition, son art de la
guerre, ses écrits…
Les plus petits s’y croient aussi avec les jeux de construction de maisons
romaines ou de maisons gauloises.

à table

Tout en Gaule se finit par un banquet, c’est bien connu ! Au MuséoParc, vous pourrez manger romain – la cuisine « exotique »
de l’époque – ou gaulois avec des associations inédites. Pour une pause plus tranquille, il reste deux adresses qu’on aime bien dans le village lui-même :

Alésia Bar-hôtel-restaurant : 16, rue du Miroir. Bonne petite carte au bistrot, au déjeuner comme au dîner. Mais l’endroit est aussi connu pour son ambiance festive souvent musicale.
Tél. 03-80-96-19-67. Fermé dim soir. Menu le midi 13 €. Carte 18-25 €.

Auberge du Cheval Blanc : 9, rue du Miroir. Belle salle aux pierres apparentes, avec feu de cheminée aux jours gris. Boeuf charolais, produits du potager et du marché. Belle carte de saison.
Tél. 03-80-96-01-55. www.regis-bolatre.com  Tlj sf lun et mar soir, et dim soir. Le midi, sf dim formule 15 € et menus 18 €, puis 23-46 €.

L’aventure en grand !

Alors il est temps de vivre l’aventure en grand. A l’extérieur, vous vous sentirez combattant devant la reconstruction des lignes de fortification grandeur nature (un peu comme ce qui avait été fait à l’archéodrome de Bourgogne, sur l’aire de l’autoroute A6 à Beaune). Et plus vrai que nature, vous y croiserez des légionnaires romains, qui vous feront vivre la vraie vie quotidienne d’un camp romain, avec entrainement aux combats et aux manœuvres… Comme si vous y étiez !

Et allons encore plus loin, en assistant, du 5 au 12 mai à la marche Autun Bibracte Alésia. Une véritable colonne de légionnaires part à la poursuite de Vercingétorix sur le chemin pris jadis par ses troupes. Une marche sportive de 120 km avec tout l’équipement bien lourd du légionnaire, mais surtout une démarche d’archéologie expérimentale, pédagogique et ludique sur 7 jours. A chaque étape seront proposés conférences et ateliers.

Cette fois vous y êtes ! En 52 av JC !

Visite du Centre d’interprétation et des vestiges de la villa gallo-romaine :
tlj 9h-18h (19h juil-août). Entrée 10,50 € (9 € le centre seul).

Pour tout renseignement sur le MuséoParc Alesia

Tél. 03-80-96-96-23.
www.alesia.com Pour préparer votre balade, rdv sur le site
www.cotedor-tourisme.com


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.