38
Magazine Dijon

Mars 2009

 N°38
 
Accueil > Les numéros > N°38 > 02 > Mars… et ça repart !
02

Mars… et ça repart !

Ils font partie de ceux qui ont choisi d’aborder le printemps en combattant la morosité, repartant pour de nouvelles aventures, la fleur au fusil pour les unes, le sourire aux lèvres pour les autres. Le dieu Mars dessiné par Hervé Baudry a senti lui aussi la moutarde lui monter au nez. Mars… et ça repart.


mars et ça repart

Rani, roi de la jungle urbaine

Vous ne le connaissez peut-être pas, mais lui vous a déjà certainement repéré, si vous passez chaque jour devant le Saint-Fiacre, son bar-resto ouvert sur la rue Vauban. Depuis qu’il a repris ce lieu idéalement placé au cœur de la ville, cet enfant des Grésilles est devenu l’emblême du renouveau d’un quartier endormi à l’ombre du palais de justice, à qui il a redonné vie et couleurs sans le perturber pour autant. Et ses copains d’hier (du mois ceux qui ne passent pas en fourgon, comme on lui dit pour le mettre en boîte) s’amusent de le voir installé en plein centre, près des plus grosses fortunes de la ville. Qui a dit qu’il n’y avait pas de justice ?
Ce garçon gentil, qui pourrait passer pour le gendre idéal version années 2000, a tout essayé dans sa vie (métallurgie, prothèse dentaire, hôtellerie) avant de quitter l’école de la rue pour l’école de la vie. Ce « fils de personne »
(traduisez : « j’ai vraiment rien d’un fils à papa ») est fier d’avoir pu se faire une place au soleil, mais il ne renie ni sa famille, qui vit entre le Maroc et ici, ni ses copains, qu’il salue matin et soir, chaque fois qu’il grille un feu en rentrant chez lui, dans ce quartier des Grésilles en pleine mutation…
Il méritait un coup de chapeau pour avoir réussi l’exploit, en six mois, de transformer ce bar-resto lounge mal barré en un lieu de convivialité certaine. Lui qui n’y connaissait rien en cuisine et surtout en vins a su bien s’entourer, les plats du jour à midi sont bien envoyés (et plus renvoyés), le service est tonique, la déco chaleureuse. Et la clientèle change au fil des heures. Clientèle d’habitués à midi, un poil bruyante, clientèle plus sage à l’heure du thé, elle rajeunit en fin d’après-midi. Et elle risque encore d’évoluer avec l’ouverture le soir, désormais.

Le Saint-Fiacre, 15 rue Vauban.
Tél : 03-80-35-56-42.
Tlj 10h-22h sf dim.

chamane

« Chamane » à la recherche de nouvelles énergies…

Gilles Pitoiset l’avait écrit dans la lettre adressée chaque trimestre aux commerçants du quartier Jean-Jacques, dont il fut président jusqu’à aujourd’hui : mars serait difficile. « Mars ou crêve », avait-il déclaré non sans humour, car il pensait que ce printemps allait sonner le glas de nombreux petits commerces dans ces rues naguère si vivantes.
Il a décidé, au lendemain du 1er janvier, de passer non seulement la main, mais le corps tout entier. Exit Chamane, magasin qu’on adorait car il était la porte ouverte aux rêves d’Orient, aux envies de voyage sur les pas de Marco Polo ou Corto Maltese. Gilles s’était fait plaisir en ouvrant ce lieu hors du commun, en vendant ses propres créations, au milieu des tapis, des marionnettes d’Asie, bref de tout un petit monde qui a disparu, en quelques jours, non sans regrets.
Chauffe Marcel
Car il faut bien vivre, et Chamane a rangé sa « yourte » au fond de sa cave, en attendant de la remonter l’été dans la Morvan. Il a repris le chemin du bureau, revenant à son premier métier, ou presque, puisqu’il avait créé « Technic Gaz ». S’intéressant désormais aux énergies nouvelles, au confort de la maison, il a demandé à tous ses copains de l’aider à trouver un nouveau nom. Pas facile. Les slogans, ça roulait tout seul : « Chauffe, Marcel », « Chaud d’hier », pour les uns, « Chaud devant », pour ceux qui pensent à l’avenir », « Objectif Tunes » pour ceux qui lui souhaitaient de se refaire une santé financière… Bon, après, on l’a laissé partir, penaud, tel le Petit Nicolas faisant sa rentrée des classes. Il a trouvé tout seul son nouveau nom de guerre. Si vous voyez passer des camionnettes jaunes avec un slogan en l’honneur du dieu soleil (Yellow Service), appelez-le, ça lui fera plaisir !

Gilles Pitoiset a quitté sa yourte pour le bureau - photo volta hic


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.