42
Magazine Dijon

Avril mai juin 2010

 N°42
 
Accueil > Les numéros > N°42 > 09 > Marion Golmard
09

Marion Golmard profession scénographe

Son métier  : scénographe. Mot et situation à la mode, qu’on a du mal à cerner, comme celui de styliste fut un temps. Ne la traitez pas de décorateur, le rôle du décorateur «  étant davantage de créer l’illusion ou de leurrer le spectateur  ».
On l’imagine travaillant dans l’ombre du metteur en scène, concevant l’espace scénique, avec les créateurs son et lumière.
Sur ce terrain, Marion a fait ses preuves…
Après avoir développé un travail de plasticienne (installations, accessoires, travaux en latex, fresques) au cours de ses années d’études, elle revient progressivement sur Dijon, à partir de 2004, son diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) en poche.
À partir de 2004, elle réalise de nombreuses scénographies : membre active du collectif Sabotage (voir pages précédentes), elle travaille autour des musiques actuelles (installations pour des festivals, accompagnements graphiques et mises en espaces) et pour le théâtre (réalisation de décors et conception de scénographies).
Parallèlement, elle a investi d’autres domaines, musées, commerces  : on scénographie tout, désormais, les têtes de gondole des supermarchés comme les boutiques des antiquaires (là, Marion avait un peu d’avance, l’atavisme  !)


Reçu 7/7

C’est à Marion que les habitués du TdB doivent l’aménagement du Hall et du futur bar, lieux de rencontre, de convivialité retrouvée. Beau travail sur la récup, la théâtralité naturelle d’un lieu qui n’était pas un théâtre  : «   il s’agit d’un lieu classé, à l’origine on ne peut pas y toucher. J’ai donc décidé de laisser l’espace ouvert et de faire réaliser pour cela des constructions tels des „arrachés de décors“ qui permettront d’homogénéiser les ajouts, autour desquels le public pourra tourner, circuler, dans lesquels le spectateur pourra rentrer“.  Le décorateur-scénographe n’est jamais sous les feux de la rampe. De l‘autre côté du décor, «  il est l’interprète, il doit mettre une idée, une pensée en espace… Je travaille avec des commissaires, des commanditaires de tout bord, mon travail est avant tout d’être capable de m’adapter à la commande, au contexte culturel, esthétique et même parfois politique dans lequel elle s’inscrit  »
Elle participe aussi bien à la création d’un nouveau lieu «  show  » (La Péniche Cancale, dont nous parlons dans l’agenda) qu’au changement de look de la rue Verrerie, en donnant forme au petit théâtre de Bernard et Laurent (j’allais écrire un autre prénom, par la force de l’habitude  !), via les vitrines de Show Rooms, renouvelées toutes les 6 semaines.
Ses prochaines créations, tout commes ses interrogations sur la représentation théâtrale (illusion du réel  ? imposture consolatoire  ?) elles les réservent pour les prochaines rencontres du Collectif 7’ qu’elle a fondé en 2007 avec Elisabeth Barbazin afin de concevoir et de mettre en scène plusieurs projets dont « Spoon river – Dijon » (juill. 2007 festival #2), Pandora (oct. 2008 au CDN Bourgogne) et Mi familia (oct. 2009 à l’esp.Cult. F.Mitterrand de Chenôve).

Pas question d’amuser la galerie

Le collectif propose, tous les 7 de chaque mois à 7 heures du soir, une petite forme, une esquisse de projet, dans des lieux à chaque fois différents… Travail sur le fond, pas seulement sur la forme, pour Marion  : elle continue de faire les visuels du Collectif 7’ comme de Sabotage, tout en s’impliquant de plus en plus sur le terrain du jeu. Changement d’air ce printemps avec l’aménagement des jardins du département pour le festival «  Les Enchantés  ».
Elle s’est installée, pour travailler dans un décor à sa (dé)mesure, dans la galerie des Trois Pignons. Magasin labellisé «  Golmard  », ébénistes et antiquaires de père en fils depuis 1935. Installée sur plusieurs niveaux au bas d’une maison de drapiers du 15ème siècle en plein cœur du quartier des antiquaires, la galerie propose une sélection authentique d’objets anciens et industriels, «  mélange de pièces rares et quotidiennes dont la valeur tient autant à leur fonction, à leur esprit qu’à leur authenticité  ».
Entre murs pierre de taille et sol en béton brut, les époques, les styles se réconcilient, la table 55 de Tolix jouxtant une paire de chaises Diectoire, les boiseries XVIII ème et les lampes industrielles du Bauhaus s’échangeant des confidences. Tout cela crée un univers très personnel, rassurant ceux qui ont plus que jamais besoin de repères, et de repaires, en cette vi(ll)e.

Pour la contacter  :

Galerie des Trois Pignons, mardi - samedi 10h00 – 12h00 / 15h00 – 18h00
5 rue chaudronnerie – Dijon . Tél 06 75 47 62 59
galeriedestroispignons@wanadoo.fr
marion.golmard@gmail.com
À venir  : mariongolmard.com


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.