64
Magazine Dijon

automne 2015

 N°64
 
Accueil > Les numéros > N°64 > 11 > Marie-Claire Vallet
11

Je vous salue Marie !

Marie-Claire Vallet Présidente de Côte-d’Or Tourisme

Même si elle venue tardivement à la politique, Marie-Claire Vallet n’est pas du genre à avancer sur la pointe des pieds.


Marie-Claire Vallet

La petite fille de la campagne – élevée au grand air dans la Nièvre – est devenue, en 2014, une élue des champs dans des territoires ruraux facilement tentés par les extrêmes. « La percée du FN aux dernières élections européennes m’a stupéfaite. Ça a été le point de départ d’une vraie réflexion : rapidement, m’engager politiquement est devenu une évidence ». Elle fait donc campagne à la campagne et devient conseillère départementale du canton d’Auxonne et conseillère municipale à Pontailler-sur-Saône avec la ferme intention de « construire demain ». Pour elle, proximité rime avec bon sens : « Il ne faut pas oublier les préoccupations de ceux qui nous ont élus. L’important c’est de penser global mais d’agir local ». Mais depuis le printemps, Marie-Claire Vallet est aussi la nouvelle présidente de Côte-d’Or Tourisme. Son nouveau job ? Faire la promo du département en valorisant notamment le patrimoine, mutualiser les compétences des acteurs touristiques et apporter toute l’expertise nécessaire aux porteurs de projets. Et même si elle débute sa présidence en beauté avec un joli label UNESCO pour les Climats, elle est parfaitement lucide sur l’ampleur de la tâche : « Ce classement, ce n’est pas une fin en soit. C’est une chance pour la Côte-d’Or et c’est surtout un challenge à relever ». Les 15 à 20 % de touristes supplémentaires qu’on nous promet, il va falloir les accueillir dignement et même, soyons fous, leur donner envie de rester plus longtemps. Rando, vélo, balade sur l’eau… C’est clair, Marie a du boulot.


1- Le moment, le jour où vous avez regretté d’être une femme ?

Je ne suis pas du genre à regretter... Et je me sens bien en femme.

2- Le moment, le jour où vous auriez rêvé d’être un homme ?

Lors d’un gala étudiant, pour chanter du Joe Cocker ou de Leonard Cohen !

3- La femme que vous auriez pu épouser ?

J’épouse surtout des idées et des valeurs… Mais comme j’admire les personnes qui ont à la fois une culture classique ou historique tout en ayant un pied dans la réalité, je dirais Fred Vargas, auteur(e) de polar.

4- Votre idée d’un homme, un vrai…

Honnêtement, c’est pareil, hormis physiquement bien sûr ! Je n’aurais pas été un être humain si différent, pourtant… À bien y réfléchir, si j’avais été un homme, je me serais peut-être engagée en politique plus tôt.

5- Le moment, le jour où vous avez « profité » du fait d’être une femme ?

Profiter ? Jamais ! Ou seulement dans la mode ! J’aime me faire plaisir.

6- L’évolution et l’avenir des femmes dans votre secteur d’activité ?

Cette question est presque sexiste et je travaille justement pour qu’on ne la pose plus… Il n’y a pas de rôle dévolu exclusivement aux femmes en politique.

■ EC


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.