77
Magazine Dijon

Hiver 2018-2019

 N°77
 
Accueil > Les numéros > N°77 > 07 > MBA revival
07

MBA revival Zarbis les Beaux-Arts ?

Dole, Besançon, Beaune, Dijon

ont redonné vie, les unes après les autres, à leurs vieux musées des Beaux-Arts, devenus des passerelles entre l’art d’hier et celui d’aujourd’hui. Petit tour d’horizon des MBA new look. Passez l’hiver au chaud dans ces nouveaux lieux de vie reflets tout à la fois du glorieux passé régional et des inquiétudes du temps présent.


On est fier, en Bourgogne-Franche-Comté, d’être la seule région qui aura vu deux des plus anciens MBA de France rouvrir leurs portes à quelques mois d’intervalle.
Parler d’ancienneté peut faire sourire quand on pousse les portes de celui de Besançon, musée bicéphale réconciliant Beaux-Arts et Archéologie. Un MBA au sens strict n’ayant rien à voir (photo ci contre), avec ce que les officiels ont pu découvrir en 1694 lors de son inauguration. Du béton, de la lumière, des tableaux à portée des doigts des enfants, ou presque, voilà qui laisse songeur et heureux de vivre.

S’amuser au musée

On vient muser, s’amuser même, en famille, dans ce musée qui rejoint la liste de tous ceux qui ont fait l’objet d’une réfection réussie, au fil des ans, dans le monde. Amusant d’ailleurs de constater que c’est dans l’ancienne Grande Bourgogne des Ducs qu’on a vu les lieux muséographiques se métamorphoser le plus, ces dix ou quinze dernières années. De Cassel à Gand ou Bruges en passant par Malines et en attendant la réouverture en 2020 de celui d’Anvers, on a passé des heures inoubliables dans des musées restaurés qui ont su attirer un nouveau public par une muséographie ludique, une ouverture sur la ville, une boutique, un café sans parler de l’intervention de médiateurs, réels ou virtuels, n’ayant rien à voir avec les vieux gardiens de notre enfance.

Quand l’architecture se fait promenade

Après Besançon, on a eu envie de donner un coup de chapeau à l’équipe du MBA de Dole, qui depuis 35 ans n’a pas cessé de proposer des expos temporaires décalées, interrogeant notre époque d’une façon qui peut déranger, comme ce sera avec celle de la Dijonnaise Lydie-Jean-Dit-Panel, cet hiver (avant sa grande rétrospective prévue en 2020). Le lien entre ces deux musées est évident pour qui aime les architectures rationalistes, le béton et Louis Miquel. Cet architecte formé dans l’atelier de Le Corbusier a travaillé dans les années 70 également pour celui de Dijon, puisqu’on lui doit en partie l’installation de la donation Granville.

MBA revival

La guerre des musées, non ! La guerre des cités, oui !

Dijon qui ne s’est pas contenté, pour répondre au souhait de François Rebsamen, son dernier Grand Duc, de transformer entièrement le second musée de France après le Louvre a être installé dans un palais. C’est tout un quartier, désormais piétonnier, qui va revivre. D’autant plus que l’exposition inaugurale risque d’attirer les foules, même si elle ne sera pas consacrée à la gastronomie comme on l’avait espéré, en lien avec la Cité du même nom, pour le coup réellement virtuelle, par rapport à la vision qu’on vous offre dans les pages suivantes.
Quant au MBA de Beaune, qui propose cet hiver une expo interrogeant lui aussi passé, présent et futur, il pourrait créer lui aussi la surprise en lien cette fois non pas avec la gastronomie et le vin. La guerre des musées n’aura pas lieu, la guerre des Cités, si. ■ GB


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.