75
Magazine Dijon

Été 2018

 N°75
 
Accueil > Les numéros > N°75 > 04 > Les carnets de Miss Cancoillotte N°75
04

Les carnets de Miss Cancoillotte N°75

On ressort les claquettes, les chapeaux de paille, les débardeurs et on se laisse aller, les cuisses à l’air, nez au vent et yeux grands ouverts, là où notre bonne humeur nous mène… A Besançon, l’été, règne une douce torpeur de vivre. Pour vivre et ressentir la ville sous le soleil, on diminue le rythme et on le cale sur celui de la cité… car c’est elle qui donne le tempo, capitale du temps oblige ! Cet été, on casse les codes et on bouscule les tendances avec Miss C., le temps d’une journée. Itinéraire hors des sentiers battus dans la ville aux sept collines !


Gare d'eau © Bea Keusch

7h30

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ! Direction la Gare d’eau où ses quais verdoyants sont propices à la méditation. Ici, amateurs de tai‑chi et de yoga se côtoient pour des exercices souvent improvisés en solo, parfois organisés en groupe. Ambiance décontracte avec clapotis de l’eau en fond sonore. On mate les bateaux de plaisance qui passent, en position « chien tête en bas », puis on pousse la curiosité un peu plus loin jusqu’à l’écluse de Tarragnoz, à deux enjambées de là, histoire de taper la causette avec les touristes à bord.

9h

1802 © restaurant 1802
Café-croissant au milieu des marronniers de la Place Granvelle, accolée à la cour du Palais. On opte pour la jolie terrasse du 1802 avant de choper un Vélocité garé tout à côté et rejoindre l’effervescence matinale du Marché Beaux-Arts. Cette fois, on mise espagnol à la Bodega du Soleil, une nouvelle épicerie-bistrot-tapas où l’on fait le plein de charcuterie ibérique pour l’apéro de ce week-end. On complète avec quelques sardinades achetées à la Conserverie du Monde – qui en passant vient d’ouvrir sa petite terrasse - et on s’enfile un deuxième café (italien cette fois-ci) chez In-Fine avant de filer pour une séance de sport un peu spéciale.

10h30

Plogging avec Thibaut Baronian ©DR
Rendez-vous à la Rodia pour notre moment de sport écolo-responsable. Nom de code : plogging, du verbe suédois « plocka upp » (ramasser les ordures) et de « jogging ». En clair, on collecte les déchets sauvages en faisant son jogging, une nouvelle tendance initiée par un sportif suédois et développée à Besançon par des traileurs qui viraient rouge en voyant le nombre de déchets le long des sentiers. Et c’est ainsi que le 6 mai dernier, le « Run city clean » est né. Sur le parcours jalonnant les quais du Doubs, allant de la Rodia à la Malate, en passant par Velotte, une cinquantaine de traileurs, dont Thibaut Baronian et Sangé Sherpa, ont déjà rempli deux grosses bennes à ordures. Comme quoi, la ville a bien mérité sa réputation de pionnière du développement durable et capitale de la biodiversité !

12h30

Little Italy Shop
On teste « Little Italy Shop » au coeur de notre triangle d’or : square Saint-Amour, rue Bersot, rue Morand. Ambiance Mulberry Street à New-York même si, ici, c’est pizzas, pastas, mozzarella, charcuterie à la carte. Une fois les portes poussées, l’immersion est plutôt réussie, notamment grâce à la déco et à une équipe 100% napolitaine et sicilienne. La marque dijonnaise a prévu de s’étendre hors frontières régionales : Cap Ferret et Lyon. Tant qu’à faire...

14h

© Lolly's
Time for shopping ! On dresse la check-list des dernières nouveautés : côté déco, le danois Sostrene Grene attire les foules féminines depuis son ouverture en mai dernier. On file faire un tour chez Lolly’s, la toute dernière confiserie hypra colorée. Confiseries en vrac, pâtes à tartiner Fluff, M&M’s aux parfums inédits, bonbons Jelly Belly, Hershey’s et autres Nerds… On repart avec 3 paquets sous le bras ! Aucune volonté !

16h

Les secrets du Heurtoir © DR
Tea time ! Après notre séance de Yoga matinale, on mise sur notre capital santé. Un nouveau salon de thé spécialisé dans les pâtisseries végétales nous attend. Chez Cocoëlle, les sucreries et autres gourmandises ne contiennent aucun produit animal. Notre 3ème café de la journée (bio cette fois-ci) accompagne les biscuits, cookies, forêts noires ou autres gâteaux aux carottes. On en profite pour réserver une place au prochain atelier-cuisine de Noëlle.

16h45

Cité des Arts - © ville de Besançon
Pour digérer, on part flâner le long du Doubs, côté Cité des Arts. Là, la conception surréaliste de l’architecte japonais Kengo Kuma s’impose, reflétant ces jeux d’ombre dans la rivière toute proche. On prend place sur l’une des marches face au Doubs ou sur la terrasse du petit bar-restaurant « Le Pixel », offrant aux badauds les derniers rayons de soleil. L’ambiance y est particulière. Le temps semble s’être arrêté. L’esplanade ouverte mais abritée de la Cité des Arts s’anime doucement. Des artistes arrivent pour répéter leurs numéros d’équilibrisme ou de danse. Les premiers élèves sortent du conservatoire, instruments en main. De son côté, immense et surprenant, le Frac, Fonds Régional d’Art Contemporain de Franche-Comté, laisse entrer quelques visiteurs intimidés. Cet endroit a quelque chose d’intemporel, de poétique.

17h30


Avec la bande, on s’était promis de tester ensemble le nouvel escape game bisontin « Les secrets du heurtoir ». Sur les bords du Doubs, à Battant, dans une salle à l’ambiance années 70 et 80, on a 60 mn pour s’échapper de là. On se prend au jeu. Après quelques fous rires et prises de tête sur des épreuves de logique, on arrive enfin à sortir. La recette fonctionne. Le groupe ressort soudé !

18h30

Chez César © DR
On passe choper notre ami de toujours chez César. Depuis que ce salon de coiffure-barbier-tatouage a ouvert, notre hipster de pote y est toujours fourré. Normal à vrai dire. L’ambiance lui sied à merveille. C’est dans ce décor, entre influences industrielles et atelier, qu’officient deux amis d’enfance réunis autour de leur passion pour les tendances, en particulier la mouvance hipster !

19h

Quais de Besançon © Jean-Claude Jacottot
Apéro time ! Cette fois, on met de côté notre traditionnelle virée (Café Poste, Café Bohème et « Chez Momo ») pour une soirée découverte. Deux nouvelles adresses à tester : l’Ephéméride et le Chill-out bar. On décompresse dans le premier, où l’endroit se veut « comme chez mamie mais en plus classe ». On commande des plateaux inspirés des apéritifs dinatoires. Les patronnes, deux copines, sont accueillantes. On sait qu’on y reviendra, peut-être plus entre copines. Autre ambiance au Chill-Out bar, où des fonds sonores de reggae, de dub et de funk nous accueillent. La déco est chinée, récupérée, transformée. Aux murs, les clichés du photographe bisontin, Antoine Saba, qui a immortalisé de nombreuses fois le festival No Logo. La nuit est tombée depuis longtemps déjà. On rentre à pied le long des quais illuminés. Besac, la nuit, on ne s’en lasse pas ! ■


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.