46
Magazine Dijon

Printemps 2011

 N°46
 
Accueil > Les numéros > N°46 > 02 > Les Dijonnais du bout du monde…
02

Texte : Divers
Photo : DR

Les Dijonnais du bout du monde… et d’ailleurs !

Partir-Revenir. Ce pourrait être ça la devise de ces Bourguignons, que certains imaginent passant leur vie entière à l’ombre de leurs clochers, alors que les livres, les films et les reportages se multiplient pour montrer que nous sommes une race d’aventuriers. Mais si, sans rire !
Bon, d’accord, parfois, on a été un peu poussés. Pas forcément, comme les Basques ou les Normands, pour des raisons économiques. Certains sont allés, grâce à ça, conquérir le nouveau monde. Les grandes familles Béké des Antilles ont eu comme ancêtres des moins que rien venus des côtes françaises, on ne le dit pas toujours.


Les dijonnais du bout du monde

Je pense à eux au retour d’une balade dans les îles pour préparer un guide. Ce genre de chose sympathique, malgré les moustiques, que je n’aurais jamais faite si on ne m’avait pas glissé une peau de banane sous le pied, il y a vingt ans, pour m’inciter à quitter la Bourgogne ! Mon humour m’avait valu d’être viré du Bien Public, je l’avais un peu cherché, faut dire, et il n’était pas question à l’époque d’appeler Reporters Sans Frontières. Je ne suis jamais allé en Australie, mais j’ai adopté la technique du boomerang : je suis toujours revenu. S’échapper, pour quelques jours ou quelques années, c’est toujours bon.

J’ai retrouvé, au hasard de la vie, en Europe comme en Asie, des personnages étonnants qui sont nés ou passés un jour ou l’autre par Dijon, certains en jurant de n’y jamais revenir, d’autres avec la nostalgie du passé. « Jamait plus jamais », qu’il disait, le dernier comique en date, croisé à l’aéroport de Marrakech !

Certains aventuriers dijonnais, dont on a beaucoup parlé dans le précédent numéro, partent au bout du monde ou même plus loin, réaliser leurs rêves, et les nôtres. Beaucoup d’acteurs, d’humoristes nés ou passés par ici repassent déjà par là, on vous en parle un peu plus loin. Il y a toujours un Ming en transit ou un Vitalic qu’on voit prendre leur petit déj’ en paix place de la Lib, sans qu’on leur demande d’interview ou de dédicace. Ce qu’ils ne pourraient faire à Tokyo ou à New-York, peut-être.

On ne compte plus les vignerons qui ont quitté, à un moment ou un autre, la route des grands crus pour aller prendre l’apéro à Neuve-York, comme nous avait dit un célèbre vigneron de Vosne-Romanée, qui en profitait pour faire des affaires. D’autres sont allés planter des vignes beaucoup plus loin encore. D’autres encore quittent tout pour aller faire un tour du monde en solitaire, ou presque, le bateau étant une bonne occasion de changer de vie et d’horizon tout à la fois. Certains ont gagné de l’or au milieu du désert, comme le concepteur beaunois de « La Boisson en Or » que tous les spectateurs du petit écran ont pu redécouvrir lors du reportage Sept à Huit diffusé sur TF1, fin janvier.

Un petit tour d’horizon, au sens strict, pour vous changer les idées, voilà ce qu’on vous offre pour démarrer ce mag réalisé avec le concours de ceux qui sont partis un mois, un an, ou plus à l’étranger, ceux qui y vivent encore, le temps d’enregistrer un disque, créer un commerce ou une œuvre d’art… Et ceux qui reviennent, parce qu’ils ont leurs racines, leurs amis, leurs habitudes ici. Ainsi va la vie.

Gérard Bouchu


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.