77
Magazine Dijon

Hiver 2018-2019

 N°77
 
Accueil > Les numéros > N°77 > 04 > Le quizz des Ducs
04

Le quizz des Ducs


Didier Bontemps rue Dijon cochons

Philippe le Bon était-il un bon coup ?

Sa devise « aultre n’auray » peut faire sourire aujourd’hui. Tombé amoureux d’Isabelle de Portugal, à 34 ans, le bon Philippe pouvait se ranger des donzelles, personne ne remettrait en cause sa virilité. Ce duc eut une belle vie et de nombreux enfants : un de sa première femme, trois avec Isabelle de Portugal, dont Charles le Téméraire (le seul enfant du couple qui a survécu) et 26 enfants enfants illégitimes.

Sortez couverts !

Les lieux de perdition étaient connus, mais le couvre-feu évitait les errances nocturnes, qui perturbent toujours la vie actuelle. Faute de lumière, si l’on n’était pas chargé de « faire le guet », on restait chez soi. Et on se méfiait (déjà) des « estrangers ». La sécurité était, même en temps de paix, le grand souci des échevins. Aujourd’hui, elle fait toujours partie des promesses électorales.

La ville à l’époque de Philippe le Bon était-elle plus colorée qu’aujourd’hui ?

Il y avait plus de maisons à pan de bois qu’aujourd’hui, on peut donc supposer que les rues étaient plus colorées que maintenant mais le sang de bœuf ne voulait pas dire qu’on en jetait sur les façades. Et la Bourgogne n’a jamais ressemblé à l’Alsace. Ni hier ni aujourd’hui. L’architecte des monuments de France a beau soutenir le retour aux couleurs franches et naturelles d’autrefois, il n’entend pas faire du vieux Dijon un autre Colmar.

Les rues ne sentaient pas la rose ?

Difficile d’imaginer la saleté, les odeurs, les cris, la vie de l’époque. La rue du Bourg, à deux pas des Ducs, était celle des bouchers, dont la corporation ne disparut que dans la seconde partie du XXème siècle. Il n’y avait pas que les animaux qui faisaient leurs besoins dans la rue. Les riches étaient un peu plus propres que le petit peuple. Le savon existait, les huiles essentielles aussi, même si on ne les appelait pas ainsi. On trouvait de tout sur les marchés et les foires, suffisait d’avoir de l’argent.

L’important était de tenir le haut du pavé ?

Le Dijon médiéval est facile à imaginer, en parcourant une rue Verrerie restée dans son jus ou presque. Il y eut longtemps de la terre battue à la place des pavés. Dans ces rues étroites, où l’on ne connaissait pas encore les trottoirs, il fallait regarder où on mettait les chausses (d’où l’expression : « tenir le haut du pavé »). Aujourd’hui aussi, d’ailleurs. La vie dijonnaise est un éternel recommencement.

Quelle musique jouait-on au cours des soirée au palais ?

La musique de cour, forcément. On gratouillait le luth pendant que ces messieurs-dames baffraient. Gilles Binchois (1400-1460) était un musicien de cette époque dont le nom est venu jusqu’à nous à travers un ensemble contemporain fondé en 1979.


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.