66
Magazine Dijon

Printemps 2016

 N°66
 
Accueil > Les numéros > N°66 > 05 > Le petit théâtre de Carole Desmarais
05

Le petit théâtre de Carole Desmarais

Carole n’en finit pas de rencontrer des personnes intéressantes. Cette fois ce sont des « gens de scène », comme les appelle notre Québécoise préférée, qui lui ont fait découvrir leur « petit » théâtre. Du plus petit au plus grand, l’artiste désormais dijonnaise nous fait découvrir l’univers de ces passionnés. Avec ses mots et sa vision du monde, optimiste, colorée.


Carole Desmarais

« Le petit Théâtre Ombrateke », le plateau live de Radio Cultures Dijon !

19 rue de la Préfecture

25 à 30 personnes, assises sur des banquettes, à la bonne franquette. Ce n’est pas le grand confort, mais la chaleur y est bien humaine.
« Il Piccolo Teatro » ! J’ai beaucoup aimé. Fondateur du festival Italiart, Vincenzo Cirillo, plasticien doué pour la parole, l’anime et Francesca Sebastiani, comédienne de formation, l’accompagne tout en douceur. Vincenzo est un personnage passionné que j’ai connu à la radio. J’aurais bien de la peine à le définir, tant il veut faire plein de choses et a des rêves à assouvir. Son œuvre actuelle se construit au fil des semaines dans ce tout petit espace qu’il a agencé de façon minimaliste.

L’atelier d’expérimentation du mardi soir (20h/22h, jusqu’à fin juin) est destiné à tous. J’y passai un excellent moment à écouter ces deux voix remarquables, celle de Francesca douce et ronde, et celle de Vincenzo, bien chantante. C’est une québécoise qui ose dire cela ! D’autres artistes peuvent demander à se produire chez « Ombrateke ».
Découvrez leur travail sur Facebook : Petit Théâtre Ombrateke, ainsi que Cirillo Vincenzo, et Francesca Sebastiani, sur leur page facebook.
Réservations possible par téléphone au 03 80 58 00 03
www.malastranafestival.it

LGK

7 bis rue Parmentier

Pour vous présenter ce théâtre, je dois d’abord vous parler de mon chien, car c’est chez son vétérinaire que je découvris ce merveilleux petit théâtre caché dans son caveau. Je m’y fis donc inviter par l’un des comédiens de la pièce William Pig. Le lieu bien installé, les fauteuils, la scène et les éclairages, me surprirent : je n’étais pas chez des amateurs !
Ludovic Chantraine en est le fondateur-directeur, et Franck Furic, le cofondateur. Ludovic a fait le cours Simon à Paris dès l’âge de 17 ans et a suivi d’autres formations par la suite. Depuis quelques années, il a ouvert son propre atelier de théâtre. La formation y dure deux ans et en finale, la troupe y joue une pièce mise en scène par Ludovic. Lui-même y participe comme comédien, et mon vétérinaire préféré y œuvre comme technicien-éclairagiste, les soirs de représentation.
Ludovic travaille souvent avec des masques d’inspiration Comedia del Arte. Il enseigne le jeu de l’acteur, et apprend à ses élèves que l’émotion doit habiter le corps, avant la pratique du texte. D’autres compagnies peuvent venir jouer au LGK, sur demande.
Sur Facebook : Compagnie Théâtrale L.G.K.
Site : lgk.free.fr
Réservations par e-mail : lgk@free.fr ou par téléphone au 03 80 71 20 56 pendant les heures de bureau.
Dates à retenir : représentation de William Pig les 18 et 29 avril.
Théâtre - William Pig © DR

Simon Goldin, le Québécois chantant !

Domicilié à Dijon, en tournée dans toute la France

« T’es québécoise ? » « Oui, toi aussi, t’es du Québec ? »
Originale entrée en matière, pour deux Québécois assis à l’Alchimia, bien loin d’un véritable hiver montréalais ! Lui, il a sa petite fille endormie sur ses genoux et nous retrouvons vite le chemin de notre jeunesse au Canada. Mais vivant en France et heureux d’y être, nous parlons de nos activités réciproques. Simon raconte des histoires en chansons. Ce sont ses textes qu’il met en musique et qu’il nous offre, au son de sa guitare. Pour les connaisseurs du Québec, je dirai qu’il a appris la guitare avec le fils de Plume Latraverse. Imaginez-le montant les escaliers en fer forgé de la rue Saint-André, à Montréal, sa guitare sur le dos. Il aime écrire en vers, des histoires mi-vécues, mi-imaginées, en essayant de résoudre la tragédie de façon heureuse. Il veut nous rendre la joie, et croyez-moi il nous la donne au cœur ! Simon, c’est notre « portageur-chansonnier , puisque c’est notre célèbre Gilles Vigneault qui l’inspira avec son « chant du portageur » (l’homme qui porte son canot sur le dos, lorsque la rivière n’est pas navigable).
Alors ne manquez pas son spectacle sincère et vivifiant au son de sa voix porteuse d’histoires d’outre- mer, et même de partout, puisque c’est l’être humain qu’il raconte et touche de près !

Sur Facebook : Simon Goldin et quelques dates à retenir près d’ici :
21 mai : Petit Théâtre Ombrateke Dijon
3 juin : Médiathàque de Corpeau
23/24 juillet : Festival d’été de Meloisey -
8 octobre : médiathèque Port du Canal à Dijon.


 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.