54
Magazine Dijon

Printemps 2013

 N°54
 
Accueil > Les numéros > N°54 > 07 > Le mba renaît !
07

Le mba renaît ! demain, un nouveau musée pour épater la toison d’or...


Musée des Beaux Arts © Asylum
mba-dijon

La fin de la première tranche des travaux du musée des Beaux-arts s’achève. Le 18 mai, lors de la Nuit des Musées, vous pourrez découvrir en avant-première les nouveaux espaces muséographiques destinés à réunir, des caves au grenier, les pièces emblématiques du musée couvrant la période allant du Vème au XVIème siècles. Des lieux en adéquation désormais avec les œuvres présentées.
Où était le logis des ducs ? Il faut bien le chercher (voir texte précédent). Les magnifiques cuisines, la salle des Gardes, la tour Philippe le Bon et plus ancienne encore la tour de Bar, le passage des ducs : autant de bâtiments ou de salles dispersées au sein d’un palais voué à des tâches administratives après avoir été bien isolées entre elles par le « rewriting » de Jules Hardouin-Mansart et de ses successeurs.
Mais pour une fois, le maire occupant les lieux s’est inquiété de cet éparpillement. Peut-être le fantôme de Philippe le Hardi est-il venu l’inspirer ? Imaginons ce qu’il lui a dit ! « Que de murs à traverser pour passer de ma grande salle à ma tour. Quant aux cuisines, je n’en parle même pas…J’ai beau passer les murs grâce à ma qualité de fantôme, c’est tout de même affligeant pour moi de ne pas retrouver la majesté de mon palais. »
Majesté… C’est bien ce que Philippe le Hardi aurait l’impression de retrouver en se faufilant sur le chantier du musée. La première tranche est justement cette remise en valeur et en unité de la partie médiévale.
L’accueil se fera dans une belle et vaste salle où s’inscrivent déjà des portes en accolade gothiques restaurées ouvrant sur le parcours et permettant aussi déjà de voir l’ancienne échansonnerie (à partir de 1960, on y a mis les armures du musée) complétement liftée et accessible d’emblée. Ensuite on fait un chemin qui tient un peu du dédale, entre les échafaudages des travaux et les multiples escaliers. Le fléchage sera le bienvenu mais on entre dans l’émerveillement par l’éclairage que donne la « peau » des murs et des escaliers : la pierre de Bourgogne y est dans toute sa splendeur avec sur cette carnation pâle des coups de fard ocre ou doré.
Mais c’est surtout le retour du faste des grands ducs que l’on sent revivre : éblouissement total dans la salle des Gardes. Les tombeaux ont beau être encore masqués, le spectacle de l’immense cheminée complétement ravalée et sur le mode mineur, celui des portes en accolade est magnifique. Ils se détachent sur les murs traités en enduits dans une palette de rose-cassis. C’est une pure merveille qui classe d’emblée le musée des Beaux-Arts dans l’excellence.
Ne nous demandez pas comment nous en sommes ressortis. Bref, il y a eu un passage dans la salle nouvellement créée à l’étage surajouté et dotée d’une grande verrière pour admirer côté pile le panorama côté hôtel de Vogüe. Et de là aussi, côté face, on peut voir la place de la Libération.
Et puis une salle à la voûte en berceau lambrissée abritera des collections Renaissance.
On en ressort émerveillés. Le duc lui a certainement dû se faufiler sur son tombeau. Certes les pleurants manquent toujours. Qu’ils en profitent, la rigolade est bientôt finie. Ils vont retrouver leur planque au pied des ducs.
Après leur tour du monde, ils ont regagné enfin le territoire national et plus précisément le musée de Cluny à Paris où ils seront exposés jusque fin mai, ultime étape avant de retrouver pour longtemps leur place au cœur du musée des Beaux-Arts de la ville de Dijon, dès septembre 2013. ■ MCP


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.