71
Magazine Dijon

Été 2017

 N°71
 
Accueil > Les numéros > N°71 > 09 > Le carnet estival de Miss Cancoillote
09

Le carnet estival de Miss Cancoillote

Passez à la 4 B :

découvrez un Besançon Bio, Beau & Bon !

Ça sent bon l‘été, à Besançon. On a l’humeur vagabonde et joyeuse, l’envie de boire des canons en terrasse et de partir à la découverte des nouvelles shops, de nouveaux restos. Non, en Franche-Comté, on ne se nourrit pas que de saucisses de Morteau, de bresi et autres fromages fondus locaux. En hiver peut-être, faut faire du gras. Certains en sont encore à l’andouillette AAAA, nous on passe au BBBB.
Suivez le guide, pour un été Bisontin, Bio, Bon et Beau !


Au Tandem, on sème

Bêtises et Volup’thé

Impossible de ne pas s’arrêter chez Eglantine à l’angle de la rue Bersot, pour une pause gourmande « santé-bien-être », dans un décor onirique et atypique, façon « Alice au pays des merveilles ». Un monde enchanté et complètement hors du temps. On aime (en général, les filles) ou on aime moins (les mâles, les vrais qui aiment la viande rouge et les frites), mais il faut avouer que la visite vaut le détour, pour les yeux, déjà, mais surtout pour nos papilles en quête d’une cuisine saine et naturelle. Spécialités maison conçues à partir de produits naturels, bios pour certains ou locaux pour d’autres. Pour les régimes contraignants, Eglantine propose également des menus végétariens, végétaliens, sans lactose ou sans gluten. Une adresse plutôt girly à tester entre copines !
Bêtises et Volup’thé : 79 rue des Granges à Besançon
03 81 50 83 45 - Ouvert de 12 h à 22 h sans interruption

Gloria Mea Fides…

Gloria Mea Fides

« Ni 100 % bio, ni 100 % végétarien, ni 100 % sans lactose et sans gluten, mais 100 % authentique et généreux ». Gloria Mea Fides milite pour un mode de vie sain, écologique et savoureux. Aux manettes ? Martin et Chloé, deux globetrotters qui se sont inspirés de concepts découverts au gré de leurs voyages et qui ont décidé de poser leurs valises dans la boucle bisontine. Ensemble, ils adoptent une démarche responsable, qui fait la part belle aux maraîchers et producteurs locaux passionnés, aux produits de saison. La plupart des produits sont sans lactose, parfois sans gluten, souvent bios et certains burgers se déclinent en « veggie’s ». Tout s’emporte, avec en prime, un bel emballage compostable.
Gloria Mea Fides : 3, rue Rivotte à Besançon – 09 86 79 53 05 gloriameafides.com

Basilic Instant 

Basilic Instant ne paye peut-être pas de mine mais derrière sa façade se cache une petite adresse devenue très rapidement « the place to bio » des végétariens et amateurs de « bien manger » au centre-ville, voir même des vegans. Là encore, du bio, du bon, du local en pagaille, façon self-service, l’accueil et la convivialité en prime. Les recettes changent tous les jours, composées de fruits et légumes bios achetés aux Jardins de Cocagne, au marché ou chez Biocoop. Les œufs fermiers sont issus de poulaillers locaux et les produits laitiers de l’ENIL (Ecole nationale d’industrie laitière) de Mamirolle (le pays du fromager chanteur). Et pour jouer dans l’originalité – pas facile quand on ne fait que du végétarien - Catherine, la patronne, relève le défi en alliant légumes oubliés et épices pour obtenir des plats traditionnels aux accents orientaux.
Basilic Instant : 93 rue des Granges à Besançon – 03 81 83 17 78

Besac, capitale du bio !

Signe des temps, l’enseigne Biocoop a ouvert son 3ème magasin en lieu et place de l’ancienne supérette Spar de la Place Leclerc. Nom de code : Vesonbio… Jeu de mots que les locaux appréciéront. On ne va pas décrire l’enseigne qui a, aujourd’hui, largement fait sa place sur le marché du bio, mais ce qu’il faut préciser c’est, que sur Besançon, elle tisse petit à petit sa toile, du centre-ville à la périphérie. Plus qu’un simple réseau de commerçants, Biocoop souhaite aussi peser sur les choix de société et partage son projet avec d’autres acteurs : salariés, consommateurs, producteurs et partenaires.

Pachamanca : bio ou local !

Pachamanca : bio ou local
Laura Soto est un drôle de petit bout de femme au caractère bien trempé. Née d’une maman péruvienne, aujourd’hui résidente bisontine, cette ex-ingénieure d’à peine 30 ans, a décidé de tout plaquer il y a plus d’un an, pour monter sa petite entreprise de cuisine péruvienne. Sur son site internet, elle propose une carte variée de produits aux sonorités chantantes : empanada de carne, linaza, aeropuerto de quinoa, papa a la huancaina, rocoto relleno, alfajores ou encore mazamorra morada... Laura ne cuisine que des produits bios ou locaux (sauf pour certains produits qu’elle ne trouve qu’au Pérou) et propose également, chaque semaine, ses plats sur les marchés bisontins. Petit à petit, l’oiseau fait son nid et la jeune femme compte déjà une clientèle fidèle ! Pachamanca.fr

J’ai des carottes dans mon panier

Deux initiatives locales encore discrètes mais qu’on adore : « le Panier de la serre » et le tout nouveau « Place du local ». Seuls intermédiaires entre les producteurs et le client, les deux sites internet proposent, pour l’un, une offre de fruits et légumes bios, pour l’autre, une incroyable variétés de produits locaux, allant de la viande, aux produits laitiers, en passant par l’épicerie, les boissons, la cosmétique et j’en passe. C’est simple et rapide : on clique sur les produits de notre choix, on règle la note (pas trop salée, par principe !) et on se fait livrer (à domicile ou sur des points de livraison). Les produits du Panier de la Serre, tous bios, sont en priorité issus de producteurs bourguignons ou francs-comtois. Quant à Place du local, les trois jeunes compères à l’origine de cette toute récente entreprise, ont réussi à trouver cette très large palette de produits, à moins de 100 km de leur ville, soit Belfort. Vive le circuit court !
www.lepanierdelaserre.com | www.placedulocal.fr

Acheter ses produits bios… à la gare

Chaque jeudi en fin de journée, le parvis de la gare Viotte se transforme en marché bio. Un service déjà mis en place dans certaines gares françaises, comme à Dijon, et permettant aux citadins ou voyageurs allergiques aux grandes surfaces, de remplir leur frigo de produits sains, dès leur sortie du train. Régulièrement, sept producteurs locaux, maraîchers, fromagers, charcutiers, boulangers, vendent ainsi chaque semaine, leurs produits labellisés bio. Les clients sont là (souvent plus que les producteurs eux-mêmes victimes d’une offre, un peu carencée). La marchande explique pourquoi ses œufs ont des couleurs différentes. Le maraîcher donne ses recettes. La ferme d’Uzelle parle de ses bêtes avec passion. On en oublierait presque le cadre un peu tristounet des lieux.
Marché bio de la gare Viotte : tous les jeudis de 16h30 à 19h

« Street Culture » cultive la rue

Voici la nouvelle adresse phare pour les adeptes de la culture de rue. “Street Culture” propose des longboards, des « penny » - petites skateboards d’initiation - mais aussi, des aérosols et des accessoires pour la pratique du graffiti et de la ride. Les connaisseurs apprécieront la qualité des articles présentés et vendus à des prix abordables. Très pros, les vendeurs maîtrisent leurs produits sur le bout des doigts. Mais l’équipe à la barre ne compte pas s’arrêter là, puisqu’au-delà de la gamme de vêtements qu’elle a récemment développée, elle compte bien insuffler sur Besançon l’esprit underground en organisant de nouveaux événements.
Street Culture : 8, rue de la Madeleine à Besançon

La Conserverie du Monde

Allez faire un tour au Marché Beaux-Arts : des milliers de couleurs, projetées par les dessins parfois « vintage » des conserves, dénichées par Franck Bourgault, un passionné, qui après avoir appris l’art culinaire et exercé dans la restauration durant une vingtaine d’années, a décidé de se tourner vers l’épicerie fine spécialisée. Des recettes aux saveurs authentiques et naturelles, des poissons achetés dans les criées les plus proches de leurs lieux de transformation, des pêches côtières respectant les valeurs d’un métier difficile. Sardines millésimées, encornets en bouillabaisse, moules à l’escabèche de chez Espinaler, chipirons à la basquaise et autres coques au naturel, tout est bon ! Même le site internet est à tomber !
La Conserverie du Monde : 2, rue Goudimel à Besançon
conserveriedumonde.fr

Le resto indien qui cartonne !

restaurant indien « Bombay »
Le nouveau restaurant indien « Bombay », était attendu par les bisontins en manque de nans et autres currys de qualité. Beaucoup ont testé et tous ont adoré. Le bouche à oreille a rapidement fait son chemin. Il a d’ailleurs été dit par les plus fins connaisseurs que l’adresse était la meilleure de la ville. Du coup, les amateurs locaux de cuisine indienne et pakistanaise défilent au 3 rue d’Anvers. On y va pour l’accueil, c’est indéniable, mais surtout pour la cuisine 100% maison. Les plats sont préparés de manière traditionnelle - au tandoori, bien sûr, pour les pains - et mijotées avec les meilleures épices, par Waqar et son épouse, un couple charmant et accueillant, arrivé du Pakistan il y a une dizaine d’années.
Bombay : 3, rue d’Anvers à Besançon - 06 47 63 42 72

Pophair, le salon sur-mesure

Ce salon de coiffure, nouvelle génération et unique en France, a été imaginé par Jean-Christophe Robelot. Passée la porte du 19 rue Proudhon, on se croirait plutôt dans une boutique. L’homme d’affaire a donc bousculé les codes du salon traditionnel pour aborder le problème à l’envers. Une grande première ! Des messages « Testez-moi » accrochent le regard, une table centrale présente produits innovants, miroirs, petites fiches et bonbonnières. Pourtant en y regardant de plus près, on finit par y deviner les bacs et fauteuils, discrètement situés. On s’installe à la table centrale, thé ou café en main, pour y discuter de notre chevelure. Courts ou longs, frisés ou lisses, colorés, bruns, roux, blonds, une ou deux gammes de produits nous sont conseillées. On teste, on sent, on décide et direction le bac. Un concept qui devrait faire des petits dans d’autres villes françaises.
Pophair : 19, rue Proudhon à Besançon

Le café en boîte !

La Boîte à Café © C.Dufay
La « Boîte à Café », est le nouveau lieu de rendez-vous des bisontins plus ou moins matinaux. Avant d’aller au bureau, on s’accoude au zinc, on lit son journal, on discute avec les équipes (au top,) capuccino à la mousse de lait en main – très vite en bouche. Torréfié en Franche-Comté, le café qu’on y boit ici, ressemble au plus près de ce que faisait Mokador en 1936. Un mélange gardé secret, évidemment. Il se consomme chaud ou froid. On l’accompagne des pâtisseries de Cocoëlle. On y discute du très bon amaretto, « du vrai amaretto » selon Charles Rième, le patron des lieux. L’ambiance d’un café français des années 30, de la musique à la déco…
La Boîte à Café : 39 Grande Rue à Besançon


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.