49
Magazine Dijon

Début 2012

 N°49
 
Accueil > Les numéros > N°49 > 02 > Lady polar 2011
02

Lady polar 2011 Irène Chauvy, tueuse dijonnaise et voyageuse du temps

Il doit exister à Dijon un micro climat propice aux mystères, pire au suspens. Après Defendi, Vindy, voici Irène Chauvy, une nouvelle venue dans le monde du polar. La cinquantaine à peine passée, cette toute nouvelle romancière s’excuse, du bout de son léger accent méridional, de ce succès.


Irène Chauvy
« Je ne sais pas pourquoi on se dit un jour : tiens, je vais écrire. Ça m’a pris un jour comme les autres et depuis je n’ai pas arrêté. Le premier que j’ai écrit se passait sur douze siècles avec des tas et des tas de personnages, tellement que mes lecteurs test (ma famille) n’en pouvaient plus. Dans les suivants, j’ai tué les personnages mais ça n’était pas suffisant alors je suis passée au « je » avec un héros qui ne parle que de son présent, le XVIIIIe siècle. »

Et elle s’y plonge avec délectation, parcourant la revue Sylphide de 1863 pour habiller ses femmes de crinolines et bouillonnés. Elle lit tout le règlement de service des pompiers de Paris de 1858 pour nous décrire un sauvetage sur grande échelle ou le livre “Comment être un bon voyageur“ puisque ses héros, le capitaine Hadrien Allonfleur et son acolyte Amboise Martefon prennent le chemin de fer pour se rendre à… Dijon !
Hadrien, capitaine des cent gardes, grand, nonchalant et anxieux, chargé des enquêtes délicates fait appel à ses intuitions. On lui adjoint Amboise Martefon, vieux de la vieille qui a commencé sous Vidocq, très méthodique. Oui, sans vous dévoiler toute l’histoire, sachez que des meurtres dans l’entourage de Napoléon III, amènent ces enquêteurs dans notre bonne ville où l’inspecteur Chamy avec son accent et sa bonhomie ressemble étrangement à l’auteur… “C’est un élément en décalé. Ça ressemble à la première approche que j’ai eu de Dijon mais mon avis a bien changé depuis.”
Irène Chauvy ne veut pas savoir si son livre a du succès. “ J’ai peur du syndrome de la page blanche et je ne veux pas être stressée dans un sens ou dans un autre.” Elle a déjà écrit la suite de « La vengeance volée » mais il existe aussi un premier livre, contant les débuts des aventures du capitaine Allonfleur et sa rencontre avec Martefon. “C’est autour de ces deux personnages que l’intrigue se forme. L’histoire prend de l’ampleur autour de ce face à face” … Tout cela dans un style enlevé et entrainant à l’image d’Irène Chauvy.

Françoise Perrichet


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.