54
Magazine Dijon

Printemps 2013

 N°54
 
Accueil > Les numéros > N°54 > 02 > La ville dont ils sont les héros
02

La ville dont ils sont les héros

Les reconnaissez-vous ? Héros de légende, au sens strict - une grosse légende, pour une grande photo -, ils participent à notre actu.
Les voilà réunis pour la première (et dernière fois) afin de fêter la réouverture du palais des ducs, le temps d’un banquet pas très républicain, dans la salle la plus célèbre, quelque peu relookée (pour plus de véracité, voir plus loin le dossier : On a retrouvé le palais caché des ducs). Une salle qui, une fois débarrassée des tombeaux qui l’encombrent, pourrait renouer avec les fastes du Dijon d’autrefois.
Bon, d’accord, on a triché un peu avec la vérité historique. En ces temps troublés, il fallait bien essayer de vous rendre le sourire. Lisez plutôt les pages suivantes pour en savoir plus sur ce qui se mijote dans la cuisine et à la cour des ducs.


ville-heros

De gauche à droite, et sans coloration politique :

Yves Jamait (la voix de Dijon, sur tous les répondeurs de la ville), notre hérault. Plus fort que le barde dans Asterix, il se devait d’être de ce banquet !

Pierre Bolze, adjoint à la politique de la Ville et à la réglementation de Beaune, qui se verrait bien à Dijon, et qu’on ne voudrait pas décourager...

Françoise Tenenbaum, la dame de fer de la ville, celle qui n’hésite pas à croiser le fer avec ses adversaires, et qu’on croise souvent.

François Rebsamen, qui en a assez qu’on le prenne pour le dernier duc régnant et pourrait bien revêtir un jour d’autres habits. Pas un saint, mais un politique efficace, adroit, à gauche aussi, du moins. Certains aimeraient le voir plus au centre. Au centre-ville, bien sûr !

FX Dugourd, longtemps prince-consort, sacré aujourd’hui prince Vaillant. Le hasard l’a placé à côté de celle que nous avions intronisée dans un précédent numéro future mairesse de Dijon, à l’horizon 2020, sans penser que d’autres, à commencer par FX Dugourd lui-même, d’un autre bord politique pourtant, y pensaient aussi !

Nathalie Koenders, donc, notre adjointe sportive préférée, qui va devoir affronter aux beaux jours la fronde des cafetiers-restaurateurs en mal de terrasse. Elle aura la course des garçons de café, le 18 mai, pour s’entraîner.

Emmanuel Bichot, maire de Saint-Romain, lui aussi dans la course pour Dijon ? S’il peut nous ramener la vigne à Dijon, on l’adopte !


Christine Martin, l’adjointe à la culture, qu’on aimerait encore plus si elle arrivait à déplacer les groupes de rock et les musicos orphelins de salle, obligés de jouer dans des lieux souvent inadaptés (comme la Ferronnerie) vers les salles vides du musée. Il y en a quelques unes, ça tombe bien !

Alain Houpert, l’homme qui se vante d’avoir connu nombre de Dijonnaises, professionnalement parlant, et qu’on aimerait bien entendre parler de culture, pour voir ce qu’il a -lui- dans le ventre...

• Et en guest star, Ming, bien sûr, le seul artiste à aller boire des pots avec le président Hollande lors de sa virée dijonnaise. Là, faudra chercher un peu pour le trouver... dans ce montage inspiré à Françoise Perrichet par une série télé historique célèbre

■ GB


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.