37
Magazine Dijon

Décembre 2008

 N°37
 
Accueil > Les numéros > N°37 > 05 > La cuisine côté… cours
05

Texte : Gérard Bouchu
Photo : Thomas Hazebrouk

La cuisine côté… cours « Et vous, oserez-vous ? »

Tout le monde a assisté, fasciné, à l’ouverture de l’Atelier des Chefs. Des cours de cuisine ludiques pour retrouver la frite et avoir la pêche, en plein cœur de l’hiver. Dernier avatar d’une mode lancée par Jean-Paul Thibert, entre autres grands chefs, il y a six ans : depuis le Tout-Dijon craque pour cette nouvelle formule de gastronomie conviviale !


Et vous, oserez-vous ?
La tendance du nouveau siècle ? Snober les grandes tables pour recevoir chez soi, mais pas en toute simplicité : quand « on invite », c’est pour se mettre en scène et montrer qu’on sait cuisiner : « goûtez, c’est moi qui l’ai fait »… Quelle différence avec le siècle précédent ? Avant, c’est de mère en fille (ou en fils) que le savoir-cuisiner se transmettait. Depuis le « bugg »
de l’an 2000, tout est à recommencer. Pour rattraper le temps perdu, les trentenaires et autres orphelins des décennies suivantes se sont mis à dévorer magazines et bouquins de cuisine, avant de se décider à retourner à l’école : celle des grands chefs, connus ou reconnus (il y a une nuance !)
Les chefs jouent d’autant plus le jeu qu’ils trouvent là une façon nouvelle de rentabiliser leur savoir, certains y prennent même plaisir, ça se voit. Mais c’est pas donné à tout le monde de se transformer en professeur pour initier à leur savoir-faire des élèves de 7 à 77 ans.

L'Atelier des Chefs

L’Atelier des Chefs : vitrine pour tous !

Le concept est connu et a fait, en peu de temps, la fortune des deux frangins qui ont eu la bonne idée de mettre à la portée de tous l’apprentissage d’une cuisine de chef que l’on déguste ensuite, en toute simplicité. Paris a lancé la mode, et les Ateliers fleurissent un peu partout : avant New-York, c’est Dijon qui crée l’actualité, ce mois-ci, à travers une boutique d’un rouge pétant qui a redonné des couleurs à tout le quartier des Antiquaires.
Plusieurs formules, pour vous inciter à sauter le pas, à des prix qui ne font pas « criser ». 17 € le midi, dessert et café offert, pour un plat préparé vite fait bien fait, 36 € le soir pour un cours d’une heure dans la bonne humeur, sur un thème annoncé sur le site Internet. Le prix d’une soirée de théâtre avec repas compris, car chacun se donne en spectacle pour les autres, sous le regard d’un jeune chef pédagogue qui a le sens du timing. On apprend des petits trucs qu’on croyait être les derniers à ne pas connaître (techniques, etc), on s’amuse à utiliser le syphon pour le dessert, moyen détourné de vous donner envie de l’acheter ensuite. Car il y a une boutique, bien sûr, puisque le concept était destiné au départ à mieux vendre les produits maison. Mais c’est sympa, et on a envie de revenir, c’est bon signe. D’autant qu’il y a plein d’idées-cadeaux pour les fêtes (coffrets de 39 à 49 €).

Thibert, Salera, Isnard et les autres

jean-paul thibert
On reviendra, au fil des mois, sur tous ces ateliers de cuisine, qui fleurissent désormais sur Dijon et sa région. A commencer par celui des vétérans, Jean-Paul Thibert et Monique Salera, deux chefs à qui l’on doit, pour l’un, la découverte d’une « nouvelle cuisine » dans les années 80, pour l’autres des plats traditionnels du sud-ouest : après avoir vendu chacun leur restaurant, ils continuent d’œuvrer, dans leur propre maison d’habitation, pour le salut public. Pas de site internet pour ces irréductibles, mais une liste de cours qui affichent complets déjà pour la plupart. Pas de vente de produits, ici, mais un partage des connaissances, et plus si affinités (car chacun d’eux a un bon carnet d’adresses). L’amusant, c’est de retrouver aujourd’hui l’Auberge de la Charme, à qui on doit tant d’heureux souvenirs de magrets et autres plats roboratifs à l’époque de dame Salera, reprise par un chef bon vivant, Nicolas Isnard. Avec David Lecomte, son chef-associé, il redonne vie au terroir en l’adaptant aux techniques actuelles, et apprend à ses élèves les mariages de saveurs, les épices et les astuces des grandes toques. Ces « démonstrations » culinaires se déroulent les lundi de 9 h à 12 h, avec dégustation à l’issue. Tarifs de ces trois grands chefs :
entre 80 et 100€. Si les prix vous semblent dissuasifs, ou si la rencontre vous impressionne, vous pouvez toujours retourner… au lycée. Ou tenter votre chance auprès des associations qui fleurissent ici et là. N’hésitez surtout pas à nous donner vos propres impressions, et nous faire part de vos découvertes, dont on parlera dans les prochains numéros ! Alors, votre tablier, vous l’enfilez quand ?


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.