70
Magazine Dijon

Printemps 2017

 N°70
 
Accueil > Les numéros > N°70 > 06 > La Côte, le nouvel Eldorado dijonnais
06

La Côte, le nouvel Eldorado dijonnais

La Côte a la cote, en 2017. Profitez-en pour redécouvrir une route des Vins qui retrouve enfin la sincérité, l’attractivé qu’elle avait à sa création, il y a 80 ans. Tout en découvrant des chefs, des cartes qui ne se contentent pas des grands classiques de la Bourgogne éternelle. Ce n’est pas un hasard si nous avons fait, pour 20 €, un de nos meilleurs déjeuners de ce début de printemps « Chez Simon » à Flagey-Echézeaux ou au « Vintage » à Vosne-Romanée. Ou pris un bain de soleil en terrasse à Morey ou encore passé une de nos meilleurs soirées à Gevrey, dans des établissements où nous n’aurions pas forcément eu l’idée d’entraîner des amis de passage n’ayant ni la fortune de Rotschild ni celle de Trump ni même de certains candidats à la présidentielle. ■ GB


Thomas Collomb Rôtisserie du Chambertin © RP
À Vosne-Romanée,
le Richebourg casse la baraque

Dans la famille Mongeard-Mugneret, on n’a jamais cherché à épater la galerie. On fait bien, on fait bon, mais on ne s’en vante pas, aux autres de le dire. Quand le grand-père vigneron racontait - au jeune pigiste que j’étais, à l’époque - qu’il était parti en Concorde à New-York boire l’apéro avec sa femme, c’était pour ne pas employer le mot de promotion. C’était aussi une forme d’humour, bien sûr. De même, on baptisa « Vintage » le resto de l’hôtel familial, construit en contrebas de la route, juste parce qu’il y avait le mot « vin » dedans. Rien de plus contemporain en fait que ce resto accueillant, à la déco fraiche et simple, avec ses deux terrasses et son service impeccable.
En 2017, cet hôtel familial idéalement situé sur la route des Vins va casser la baraque au sens strict en créant un des plus beaux SPA de Bourgogne, avec vue sur les vignes, dans un bâtiment voisin. Idéal pour se mettre au vert, qu’on soit de passage en Bourgogne ou qu’on y vive, tout en profitant de la cuisine épatante d’un jeune chef passé par de belles maisons, Julien Viard.
Originaire de Vienne (en France), il a passé pas mal de saisons entre terre et mer (Le Lana à Courchevel l’hiver, chez Charles à Lumio l’été) avant de remonter vers le nord, forme d’humour très provençal, celui-là. Et son sens de la couleur, son goût des produits de saison font merveille, dès le menu du jour, un véritable bonheur. Profitez des beaux jours pour vous mettre au « verre », on ne va pas vous chanter les louanges du vin maison. Ici, pas de frime, juste de la convivialité, comme il se doit.

Le Richebourg-Le Vintage

Julien Viard Le Richebourg © RP
ruelle du Pont, 21700 Vosne-Romanée. Tél : 03 80 61 59 59.
Ouvert tous les jours. Infos sur le site
www.lerichebourg.com

Les soirées "tout cochon" de Thomas Collomb, à la Rôtisserie

Sans son tablier, on ne l’aurait pas reconnu, « le » Thomas. Non pas parce qu’il revenait bronzé d’une virée sportive dans la neige, mais simplement parce qu’il était heureux, les fesses chauffées par la cheminée, les mains occupées à découper des tranches fines de boudin, de saucisson ou de pâté maison, comme un cuistot à l’ancienne.
On l’avait quitté soucieux de mener à bien ses deux affaires, la Rôtisserie à Gevrey et Les Cariatides à Dijon, on l’a retrouvé tout sourire, heureux de vivre le moment présent. À savoir une soirée « tout cochon » organisée dans les caves de la Rôtisserie, avec la complicité de vignerons d’ici et d’ailleurs, qui font patienter les convives en leur faisant goûter différentes cuvées tandis que des plateaux de cochonaille circulent.
Même s’il assure toujours la logistique des « Cariatides », son établissement dijonnais, Thomas passe plus de temps sur la côte, à Gevrey mais aussi chez les producteurs avec qui il bosse. Car son rêve, maintenant, c’est d’avoir un vrai grand potager pour être autonome, ou presque. Et une vraie ferme où il pourrait élever cochons, volailles, avec un vivier pour les truites, tant qu’à faire. L’aventurier rêve de devenir fermier-aubergiste, il réussit déjà sa conversion à merveille, avec ces soirées où les habitués viennent s’encanailler. Et son « Bistrot Lucien » est maintenant un vrai resto avec une âme. Téléphonez pour obtenir les dates des prochaines soirées.

Rôtisserie du Chambertin et Bistrot Lucien

à Gevrey-Chambertin. Tél : 03 80 34 33 20. Bistrot fermé dim-lun.

Le Castel de Très-Girard fait son "coming out" à Morey-Saint-Denis

Le Castel de Très-Girard

Aujourd’hui, inutile d’arriver avec un cigare en poche et des lunettes noires pour chercher à passer inaperçu au milieu des VIP, on peut venir en jeans (pas troués, quand même) avec des mômes, pour profiter des brunchs le dimanche, de la piscine, de la nouvelle déco, et surtout de la cuisine de talent. Didier Petitcolas a le chic pour se dégoter de sacrés bons chefs, au look souvent improbable, et qui apportent chacun des idées collant à leur parcours, toujours original.
Ludovic Dumont, le dernier en date, est arrivé là par hasard, mais à lui seul il vaut le détour. Comme on ne regarde pas les émissions de télé consacrées à la bouffe, on ne l’a pas reconnu, contrairement à ses fans de Masterchef (il avait fini vainqueur en 2012).
Ludovic, c’est un sincère, un puriste. Après le repas, on aurait pu l’écouter parler des heures de cette émission éprouvante pour les nerfs qui a fait à 40 ans d’un ingénieur en électro-technique, frustré depuis l’adolescence de n’avoir jamais pu réaliser son rêve, un chef reconnu par ses pairs. Un chef amoureux des sauces (y’a pas de honte !) et bien sûr des produits. Il nous a fait saliver avec son futur dessert à la tomate, prévu pour l’été. On aurait dû suivre le conseil des habitués (reconnaissables au vin qu’ils font tournoyer dans leur verre pour épater le duc, toujours rigolard derrière son comptoir) et prendre un plat à la carte. Notre voisine nous a parlé de son travail sur les légumes, sur l’assiette, épurée, précise. Et d’un pigeonneau de Corton dont elle gardait un souvenir ému. On la croit. Elle nous a même parlé des tatouages du chef. Et des apéros-tapas à la piscine de 5 à 7 (voire plus tard, service jusqu’à 22 h). Si son mari savait…

Le Castel

7 rue de Très-Girard à Morey-Saint-Denis.
Tél : 03 80 34 33 09.
www.castel-tres-girard.com


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.