75
Magazine Dijon

Été 2018

 N°75
 
Accueil > Les numéros > N°75 > 09 > L’aligoté
09

L’aligoté l’invité surprise de l’été

Cet été, pour la première fois peut-être, l’aligoté s’invitera dans votre verre, en petite tenue. Ce cépage détesté, parfois pour de mauvaises raisons, n’a plus besoin du cassis pour teinter sa jolie robe... Resté (trop) longtemps dans l’ombre du Kir, il prend aujourd’hui sa revanche. Seul.


1er Salon de l'aligoté
Il aura fallu une association pour sortir l’aligoté du caniveau. Piétiné par les buveurs d’étiquette, boudé par certains vignerons, ce cépage blanc s’était presque fait oublié. Même à Bouzeron, où il est pourtant planté à gogo, son nom avait disparu de l’étiquette… comme pour ne pas nuire à cette appellation montante de la côte chalonnaise. Un vilain petit canard, trop longtemps noyé dans le blanc cass’, un blanc méprisé par la terre entière, sous prétexte d’une acidité exacerbée. Sorti presque honteusement à l’apéritif, voire oublié (volontairement) au fond de la cave, l’aligoté a pourtant toute sa place en Bourgogne. Issu d’un croisement entre le gouais blanc et le pinot noir, l’histoire de ce cépage remonte (au moins) au 17ème siècle. À l’époque, dans la région, il est comme un poisson dans l’eau : il squatte même quelques coteaux réputés (en Corton-Charlemagne ou en Montrachet). Forcément, quand le phyloxéra débarque, au 19ème siècle, ça met un peu la pagaille dans les rangs. Une fois la crise, tant bien que mal essuyée, les vignerons ont délaissé l’aligoté, au profit d’un chardonnay plus prometteur (surtout pour leurs comptes en banque). Et le peu de ceps préservés ont été relégués en 8ème division, sur des terroirs tout pourris et souvent hyper mal exposés. Bref, l’aligoté est puni à tous les niveaux. Sur ces sols riches et profonds dont personne ne veut, le petit cépage blanc se bat pour sauver sa peau, mais rien n’y fait : la maturité est rarement au rendez-vous, la complexité fout le camp et l’acidité squatte le verre. Opération gâchis enclenchée ! Sans parler d’une AOC peu qualitative créée à la va-vite et qui le dessert plus qu’autre chose. Là vous réalisez, que le petit coco revient de loin. Il doit son salut à une poignée de vignerons, les « Aligoteurs », capables de tout pour leur cépage chouchou. Au printemps dernier, ils ont balancé un pavé dans la marre de chardonnay en organisant le premier salon entièrement dédié à l’aligoté. Bon c’est vrai, y a quelques années, l’acquisition d’un domaine à Bouzeron par Aubert de Villaine (patron de la Romanée Conti), avait déjà donné un petit coup de pouce à notre cépage maudit, mais là, les vignerons bourguignons ont frappé fort : en une journée, fièrement plantés derrière leur tonneau, tire-bouchon à la main et avec, comme seules munitions, leurs canons et leurs gouailles, ils ont balayé toutes les idées reçues. La claque. La grande : en ce jour ensoleillée d’avril, l’aligoté n’est pas seulement buvable, il est incroyablement bon. Déroutant aussi, tant il colle à la peau de chaque vigneron. On voyage d’un terroir à l’autre, on savoure les histoires de ces viticulteurs rebelles, venus nous dire, juste à la force d’un verre, que la vérité est ailleurs. Cet été et pour longtemps encore, la vérité est dans l’aligoté.

Pour suivre l’aventure Aligoteurs,
pointez-vous sur Facebook

PUBLICITÉ :

WE LOVE ALIGOTÉ

WE LOVE ALIGOTÉ
LA ROUTE DES VINS
Parce que nous n’avons jamais considéré l’aligoté comme un cépage de seconde zone, nous lui avons réservé une place de choix dans notre sélection : travaillé avec le même sérieux que le chardonnay (considéré comme plus noble) il se révèle plein de caractère, fidèle reflet de son terroir, pouvant se montrer d’une complexité et d’une longueur insoupçonnable… Une culture exigeante, en gobelet ou cordon de Royat, un élevage soigné, en cuve inox ou en barrique, feront toute la différence et donneront à chaque cuvée son originalité, apportant minéralité ciselée ou rondeur mesurée. Il y a de la variété dans les Aligotés ! Avis à l’amateur qui fuie le « Bourogne Aligoté »… l’appellation bas de gamme pour kir carencé a fait son temps ! Invitez le à votre table, il fera merveille avec poissons et crustacés, et accompagnera vos fromages de chèvre ou jambon persillé comme jamais un chardonnay ne l’a fait. LA ROUTE DES VINS, Aligo…phile depuis 14 ans

Retrouvez tous ces vins dans notre Cave et découvrez une sélection de plus de 800 références, en Bourgogne et bien au-delà !

La Route des Vins

1 rue Musette, DIJON
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h30
www.la-routedesvins.fr

Benoit Ente

Vigneron discret de Puligny Montrachet, Benoit Ente produit un Aligoté sur de très belles parcelles aux abords de Puligny. La dégustation est toute en finesse, minéralité et fraicheur. Venez découvrir les 2016, d’un équilibre remarquable en gardant une belle gourmandise !


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.