56
Magazine Dijon

Automne 2013

 N°56
 
Accueil > Les numéros > N°56 > 02 > L’INTERVIEW : Arnaud Clément
02

L’INTERVIEW : Arnaud Clément


Arnaud-Clement Arnaud Clément @Carine06

1-2 - T’as gagné au loto, et le choix c’était Key Biscane, Palm Springs ou Dijon. Comme t’avais un pote dans l’organisation, t’as pu avoir Dijon ?
C’est clairement parti de mon amitié de longue date avec Antoine. Il a été moteur sur ce projet et j’ai suivi l’aventure par amitié et par intérêt pour les vins.

2-2 - Tu es alcoolique, à la dérive, tu n’as plus de permis, alors Dijon, il y a le TGV, quoi de mieux pour picoler à l’œil qu’une aventure vino-amicale : le Doctor Wine ?
C’est presque ça…sauf que j’ai encore mon permis ;-)

3-2 – Tu passes de la gare à la cave puis de la cave à la gare, alors à Dijon, ce que tu connais le plus, c’est le panneau bleu sur le quai de la gare, et tu trouves qu’il est très très joli ?
Je viens effectivement la plupart du temps en train et j’ai vu la gare évoluer ces derniers temps… Mais je reste souvent plusieurs jours pour déguster dans les domaines et passer du temps avec mes amis.

4-2 – Est-il vrai qu’en fin de déguste, tu as voulu travailler tes premières-deuxièmes dans la cave, qu’Aubert de Villaine a eu toutes les peines du monde à t’en dissuader et qu’il a été obligé de te promettre une allocation tellement exceptionnelle que tu bois de la Saint-Vivant au changement de côté ?
Si seulement ! Cela dit, j’ai effectivement eu la chance de rencontrer Aubert de Villaine qui transmet si bien son savoir sur la Bourgogne et les vins… Il est aussi passionné de tennis, donc nous n’avons jamais assez de temps pour couvrir tous les sujets !

5-2 – Je peux imaginer une sélection en tant que déboucheur officiel ? J’ai toujours rêvé de porter le survet’ de l’équipe de France !
On fait en sorte d’être sérieux justement en Coupe Davis ! Mais pourquoi pas, le dimanche, pour fêter une victoire ;-)

6-2 – Après le tennis, c’est obligé de rester dans le tennis, sinon on se plante ou on peut faire ce qu’on veut, même chanteur ?
Disons que beaucoup restent dans le tennis, mais Yannick nous a en effet montré que tout était possible. J’ai, pour ma part, eu l’opportunité exceptionnelle d’enchaîner très vite sur la Coupe Davis, qui représente tellement de choses pour moi.


7-2 – Vraiment entre nous, les yeux dans les yeux, c’est du off, ça sort pas du magasin : les Bordeaux c’est vachement surfait, non ?
Rien ne vaut un grand Bourgogne

8-2 – Tu détestes quoi, quand tu es à Dijon ? (Ne répond pas rien, sinon je vais être obligé d’inventer un truc et ça va faire de la peine à quelqu’un.)
Franchement pas grand-chose… Désolé, mais rien ne me vient à l’esprit, à part la météo dernièrement… Et les travaux du tramway… Mais il faut reconnaître que la ville est plus belle et plus touristique désormais !

9-2 – Sachant que Dijon a été élue centre du monde, joyau de France, plus belle ville de l’univers et coin de paradis par un jury impartial composé à 100 % de Dijonnais depuis au moins 3 générations, comment expliques-tu le fait de ne pas y vivre toi-même ? C’est un manque d’ambition ou de moyens financiers ? (Sinon j’ai des adresses, je peux te trouver un studio pas cher.)
J’ai dû rater cette enquête ;-) J’aime beaucoup Dijon, mais ma maison est à Aix-en-Provence. J’ai grandi là-bas et je suis très attaché à cette ville/région.

10-2 - Le vin est-il meilleur sur place dans la cave avec le vigneron, ou tu retrouves l’émotion à chaque fois ?
Il est en tout cas plus intéressant quand on sait exactement d’où il vient, qu’on connait le vigneron et la philosophie derrière. J’adore visiter les domaines et passer du temps avec les vignerons, on comprend forcément mieux les vins.

11-2 – Ton meilleur souvenir de ta vie du monde (à part ta rencontre avec ta femme bien sûr !), c’était noté quoi sur l’étiquette ?
Cela ferait un peu « cliché » de revenir sur la plus grande émotion de ma vie… Alors je vais faire un petit contre-pied et plutôt parler de ma dernière très grande sensation, ok ? Un Charmes-Chambertin 2004 du Domaine Arlaud !

12-2 - A part la verticale sur 20 millésimes en Cros Parentoux, tu dois avoir des projets, peut-être un peu de tennis ?
Je n’ai qu’un seul projet tennistique actuellement, gagner la Coupe Davis avec l’Equipe de France ! Et là tu pourras venir en tant que déboucheur officiel ;-)

13–2 – Est-ce vrai que tu ne connais ni DSK ni Dodo la Saumure ?
Je connais un Dodo mais cela ne doit pas être le même ;-)

14–2 – Qu’est-ce qui te fait pleurer en ce moment (interdiction de citer des hommes politiques Français) ?
Je suis plutôt de nature optimiste… Ou verre à moitié plein… Il y a par contre des gens qui me font pleurer de rire. Raphaël Mezrahi, par exemple avec son concept « La nuit de la déprime » ou encore un journaliste à Dijon qui fait des interviews décalées !


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.