36
Magazine Dijon

Octobre 2008

 N°36
 
Accueil > Les numéros > N°36 > 10 > Josée Drevon La Dame de Kaamelott
10

Josée Drevon La Dame de Kaamelott

Non, ne vous ruez pas sur votre programme TV, les derniers épisodes de la célèbre série ne sont pas programmés pour l’instant sur M6. Rappelez-vous plutôt vos souvenirs de théâtre, quand la troupe d’Alain Mergnat faisait encore les beaux soirs du Parvis Saint-Jean...


Elles étaient deux, en ce temps-là, deux sœurs de théâtre, toujours ensemble : la blonde Elizabeth Barbazin, mère poule adorable, que l’on retrouve aujourd’hui au Parvis (relooké d’ailleurs par un de ses poussins, Marion Golmard), la brune Josée Drevon, que j’aurais tant voulu voir jouer la méchante sorcière dans un remake de Blanche-Neige.

La famille Astier vous salue bien !

Quant on la connaît un peu, c’est une femme formidable, Josée, d’une sensibilité toujours à vif, au point que cette rencontre a failli tourner au vinaigre, dans son petit appartement près du marché, à Dijon, où elle revient se resourcer de temps à autres, près de sa mère. Car le photographe avait voulu la photographier avec le reste de la famille dans un article de « Gala » présentant la série vedette de M6 comme une « affaire de famille ».
Le reste de la famille, au cas où vos n’auriez pas fait le rapprochement, remplit les murs du salon : Lionel, le père, bête de scène découvert il y a une vingtaine d’année sur la scène du TdB, dans « Mort d’un critique », roi-lion pas commode non plus, qui a réussi à amadouer notre panthère, devenue mère , et même doublement, puisqu’on l’a retrouvée, sur scène, jouant précisément « Les mères » avec Dame Barbazin. Autre époque…
Son fils, Simon, ressemble à son père encore plus qu’à son demi-frère, Alexandre, le créateur de la série TV, originaire de Lyon comme le reste de cette famille recomposée que les familiers du feuilleton doivent connaître par cœur, tout comme la quête du Graal, remise à la sauce lyonnaise au fil des saisons (vous trouverez toute la série en DVD).

Une fois tourné le dernier épisode de la série Kaamelott, Josée Drevon est revenue chez elle à Dijon.

Une autre quête !

Mais Josée n’est pas là pour vendre Kamelott (elle avoue en riant que son rôle dans le feuilleton lui a valu 30% de réduction sur une robe, dans un magasin où on l’avait reconnu ! »). Curieuse de la vie, elle adore aller au théâtre voir où ses copines de l’époque « en sont de leur rencontre avec de nouvelles formes de mise en scène ». Peut-être regrette-t-elle l’époque du Parvis, quand il était animé par toute une troupe de permanents dont elle faisait partie : c’est là qu’elle est « née au théâtre », engagée par Brigitte Pillot.

Possédant une vraie culture de théâtre, elle est restée une femme de bonne compagnie puisqu’elle a continué de travailler, toujours pour le public (on parle du théâtre du même nom) à Caen, Besançon. Voir jouer d’autres fauves en scène l’amuse-t-elle ? Ma question l’énerve, manifestement : « Non, ce que j’aime découvrir, ce sont de nouvelles formes d’écriture… La violence est de plus en plus forte, la beauté de plus en plus fragile… Pour digérer le monde, il faut l’exorciser » Qui sait ? À côté de sa drôle de famille, désormais célèbre, peut-être aimerait-elle se fondre de nouveau dans une autre, à condition de trouver le lieu : « les metteurs en scène ont des fidélités ». Des familles ? Des tribus, plutôt. Quelle tribu voudrait adopter Josée, pour nous permetttre de l’entendre non pas rugir sur scène, mais partager avec nous cet amour de l’écriture qui reste essentiel dans sa vie ?


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.