71
Magazine Dijon

Été 2017

 N°71
 
Accueil > Les numéros > N°71 > 11 > Jean-Luc dit le Tché,
11

Jean-Luc dit le Tché, 2 avril 1972, au coin de la rue des Godrans et de la rue Bannelier


JDG en MAO
Bon sang que fait Liliane ? Elle me traîne à une surboum alors que j’ai une AG qui doit statuer sur le mot d’ordre de la grève surprise qui doit débuter demain en soutient aux ouvriers de Lip. Nos camarades, nos frères, les damnés de la terre, les forçats de la faim, pourquoi qu’elle m’entraîne avec ses copains fachos comme pas deux (tu parles un militaire et une pied-noir !), même pas syndiqués alors que la révolution est en route, et que les prolétaires de tous pays devraient s’unir, se regrouper sous la bannière rouge du grand Timonier notre camarade Mao Tsé Toung. Mao a dit « La révolution est comme une bicyclette soit elle avance soit elle tombe. ». Faut quand même que je finisse ma thèse de sociologie que j’ai commencée il y a 6 ans, mais la lutte avant tout !

Souvenirs d’en France, Dijon 70’

En plus j’ai pas fini de rédiger les tracts à distribuer aux camarades de chez Peugeot pour bien leur expliquer que les 200 familles et les trusts et le grand capital leur mangent la laine sur le dos. Faudra en plus que je passe à la cellule pour les ronéotyper ! Non si elle est pas là dans 5 minutes, tant pis pour ses copains, je file à l’AG, et je vote la motion de soutien, j’ai des priorités dans la vie, je veux pas attendre les années 80 pour voir le grand soir, je veux mettre tous les intellectuels au boulot dans les champs, je veux voir la bourgeoisie décimée par la grande armée populaire et prolétarienne, et voir pendu le dernier patron avec les tripes du dernier curé. Si y’a une chose de sûre c’est qu’au moins avec le grand peuple chinois, pas de révisionnisme possible, la véritable orthodoxie socialiste, autocritique, camp de redressement, révolution culturelle et grand bon en avant, avec ça on est sûr de trouver le socialisme dans ce pays pour les 20 siècles à venir, sans aucune compromission avec le monde capitaliste qui vendra la corde avec laquelle on le pendra.

Je me verrais bien commissaire politique, un vrai un pur !
Vive la révolution, à mort la bourgeoisie !


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.