55
Magazine Dijon

Eté 2013

 N°55
 
Accueil > Les numéros > N°55 > 05 > Ils voient des Ducs partout !
05

Ils voient des Ducs partout !

Partir sur les pas des ducs, tout un programme, qui devrait vous occuper si vous avez la sagesse de ne pas aller dépenser votre argent dans des contrées qui n’auront pas forcément plus de soleil, cet été. Du palais des ducs au château de Germolles, de Charolles à Châteauneuf-en-Auxois, de Beaune à Avallon, d’Époisses à La Rochepot, c’est bien simple... « Ils voient des ducs partout » !


sur-les-traces-des-ducs
Arrêtez-vous pour boire un verre en terrasse, place François Rude, face au Bareuzai, petit personnage rappelant les activités de nos ancêtres vendangeurs à travers les bas rosés de ceux qui devaient fouler le raisin (à l’époque où on (se) foulait encore !). C’est à la demande des bourgeois de Dijon, Beaune et Chalon que Philippe le Hardi interdit en 1395 le « très méchant et déloyal plant nommé gamay » au profit du pinot noir. Notre duc actuel, François le Hardi, a créé tout autant l’événement en faisant du jour au lendemain de sa ville la capitale du vin et de la table.
Avant de quitter Dijon pour prendre, au départ de l’Hôpital Général (la future cité du vin, etc, etc, vous l’avez compris, on en parle depuis des pages et des pages...) une route des vins que personne n’avait jamais pensé à signaler, curieusement, faites encore deux pauses. Jetez un œil gourmand, en passant rue Bossuet, à la vitrine de Mulot et Petitjean, une maison qui poursuit une tradition remontant à une certaine duchesse, comme vous le confiera Marie-Thé un peu plus loin (quel suspense !).
Lestés d’un de ces « pavés de santé » il ne vous reste plus qu’à filer tout droit sur Saint-Philibert, une des rares églises romanes de la ville. C’était la paroisse à la fois la plus civique et la plus remuante de Dijon, car ce quartier abritait la corporation des « culs bleus » (des vignerons !). Depuis les vignes ont fui Dijon, ne laissant qu’un clos perdu au milieu des grands ensembles de la Fontaine d’Ouche : les Marcs d’Or et une curiosité, le Domaine de la Cras, au dessus du lac Kir, but de promenade idéal après avoir marché des heures durant, entre bois et champs, dans la Combe à la Serpent. Profitez-en, à la rentrée, il va y avoir de drôles d’oiseaux dans ces vignes qui feront désormais partie intégrante de notre belle cité.

Triptyque, église de Ternant
Triptyque, église de Ternant (Nièvre)

Au coeur du pouvoir ducal, de Chenove à Germolles

Comme pour toutes les cours de l’époque, celle de Bourgogne était itinérante. On vous parle d’un temps précédent l’arrivée des Valois, qui passèrent peu d’années ici, trop occupés qu’ils étaient à surveiller leurs possessions du nord de l’Europe.
Aux portes de la ville (on vous laisse aller seuls visiter la chartreuse de Champmol, au fait !), à Chenove, se trouve une cuverie construite en 1404. Ses deux pressoirs monumentaux donnent une idée de l’important domaine viticole que les ducs y possédaient.

À Beaune, on vous a dégoté (voir pages suivantes) un guide hors pair, pour vous promener sur les traces du chancelier Rolin, qui a trouvé un moyen original de faire oublier ses turpitudes (avec cette bonne Guigone, ils ont quand même fondé l’Hôtel-Dieu) et des autres personnages célèbres dont elle connaît tous les secrets de famille (inutile de la faire parler du maire actuel, même sous la torture, elle n’avouera rien, ou alors, essayez de la passer dans la machine à cornichons de chez Fallot !)

Elle vous parlera seulement du pays (beaunois) et, peu chauvine, vous incitera à pousser jusqu’à Germolles, unique résidence des ducs ayant conservé une partie de son décor peint intérieur.

A Beaune, elle vous montrera l’hôtel des ducs, ancienne résidence des Capétiens dont on peut supposer qu’ils vivaient en respectant une certaine étiquette. Allusion fine à la grande expo du moment du Musée des Vins de Bourgogne, qui occupe ces lieux chargés d’histoire et d’émanations viticoles, dont vous parle ici Laure ménétrier...


Semur-en-Auxois 21
Semur-en-Auxois (Côte-d’Or)

Ils voient des Ducs partout ! (fin)

Pour la suite de la balade, on va vous laisser improviser en fonction des fêtes et festivals qui vont se succéder, du 7 juillet au 7 septembre, date de la rentrée des ducs. Comme vous ne pouvez pas manquer de le voir, la pub étant assez grosse, vous pourrez suivre, sur votre téléphone ou votre tablette, tous les évènements de l’été en Bourgogne.

Villes marchandes et bourgs castraux sont toujours là pour vous rappeler où battait le coeur de la Bourgogne des Ducs : portes fortifiées, tours d’horloges, halles médiévales, maisons à pans de bois, allez regarder d’un autre oeil Flavigny-sur-Ozerain, Chateauneuf-en-Auxois, Semur-en-Auxois, qu’on ne présente plus, Montréal, aussi, trop méconnue, à deux pas du Morvan. Dans l’Yonne, faites un détour par Noyers-sur-Serein, allez déjeuner au restaurant de la Vieille Tour ou à la maison Paillot, en face. Poussez jusqu’à Villeneuve-sur-Yonne et arrêtez-vous au retour à Saint-Julien-du-Sault (qui cache une des meilleures tables du pays : Les Bons Enfants !).

Pour vous accompagner, achetez le Routard Bourgogne, sur toute la partie Yonne-Morvan, notamment, vous allez trouver pas mal de petites adresses originales qui ne vous laisseront pas sur votre faim. Revenez par Vézelay, bourg monastique aux nombreuses maisons médiévales, pour découvrir notamment l’exposition d’été de la Fondation Zervos (« Accords faisandés », tlj sf lun-mar, 14h-18h30). Vous y repenserez en découvrant la BD de Didier Bontemps à la rentrée... Filez dans la Nièvre, Clamecy, Nevers ont des histoires de comtes à vous conter. Vous finirez par arriver sur Autun, une ville désormais plus connue pour ses chaises Tolix que pour son musée Rolin, un comble ! Poussez jusqu’à Bourbon-Lancy pour saluer le beffroi et son « beurdin » qui tire la langue aux passants (il n’aurait pas osé faire ça devant Philippe le Hardi, quoique, déjà...) et revenez par les petites routes jusqu’à Cluny, bourg monastique par excellence. Passez par Brancion, place forte devenue un site touristique incontournable, avant de faire une pause pour dîner à Tournus, capitale d’une région qui multiplie les étoilés, à la grande surprise du reste du monde, qui se demande quel est le sponsor de Michelin dans la région... Revenez tranquillou par Chalon (coup d’oeil au beffroi, à la cathédrale, etc, vous avez compris le topo) avant de revenir par la Bresse et visiter un Écomusée exceptionnel (et éclaté) qui multiplie les expos cet été.

Et on ne vous parle pas de tous ces châteaux féodaux que vous pourrez saluer en cours de route, d’Époisses à La Rochepot en passant par Éguilly (avec ses expos d’art contemporain)
Prenez les petites routes, allez à pied, en vélo, jouez la vie de château, ou profitez de la vie tout simplement, pendant les semaines à venir, avant qu’on se retrouve tous chez les Ducs, le 7 septembre !

■ GB

Château de Ratilly (89)


titre documents joints

Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.