73
Magazine Dijon

Hiver 2017-2018

 N°73
 
Accueil > Les numéros > N°73 > 10 > Grangier revendique son indépendance
10

Grangier revendique son indépendance

« Autour de Grangier » ?

Si vous en parlez à de vieux Dijonnais, ils vous répondront : « c’est le quartier de la Poste », d’autres : « c’est un parking ». Une place aussi, bien sûr, dont la réfection est en projet depuis 20 ans. C’est surtout le nom d’une association de commerçants qui ont su résister à la banalisation. Des indépendants qui ne manquent pas d’idées pour animer un quartier en pleine restructuration.


quartier Grangier à Dijon

Longtemps, on s’est contenté de passer par Grangier pour aller faire son marché, s’arrêter à la poste centrale ou filer à la gare en évitant la rue de la Liberté. Une traversée plaisante les jours de marché, ou aux heures d’ouverture des magasins. Moins le soir, quand la grisaille gagne du terrain sur la lumière.

Et puis il y a eu le tram et ses aménagements, qui n’ont pas aidé l’accès au quartier. Le futur plan de circulation, attendu depuis des mois, pourra-t-il rémédier aux erreurs du précédent (la rue du Temple a été sinistrée, et ça bloque toujours autant pour rejoindre Darcy). Ce n’est pas seulement pour se faire remarquer que certains sortent de leur boutique pour indiquer son chemin à l’automobiliste perdu à la sortie du parking. Bienheureux ceux qui ont su accéder à leur place de stationnement sans se tromper de voie. La mairie ayant laissé à un concessionnaire le soin de sauver ce parking mal pensé, mal foutu, mal équipé, on attend le dégel (des négociations) pour redonner un vrai sens à cette place. Les commerçants rencontrés « autour de Grangier » sont comme les autres, que nous rencontrons au fil des mois, et leurs doléances sont d’autant plus connues que l’association Shop in Dijon a ses locaux au cœur de la place. Ils ont donc de bonnes raisons d’espérer mieux de l’avenir, après avoir subi au fil des décennies, une suite de ratages successifs. La rénovation de la Poste n’est pour l’heure qu’un joli « trompe-l’œil », la façade faisant rêver mais l’envers du décor faisant planer un doute sur l’installation possible d’une galerie marchande ou d’un hôtel. La cour rénovée aurait pu accueillir, sous un velum, une vraie brasserie, qui n’aurait pas fait concurrence au Central, dont la rénovation cet hiver sera suivie avec intérêt par ses voisins. Étonnant quartier qui voit des adresses emblématiques comme Hermès ou Paula Coste cotoyer des boutiques comme celle de Jean Parrain, le fils caché du Père Weil, rue du Temple.
La librairie Grangier est devenue une des attractions culturelles du quartier, tout comme la librairie BD du passage Darcy, qu’on espère voir sauvé un jour grâce à l’installation de street-artistes ou d’artisans. Les illuminations de fin d’année permettent de donner un coup de projecteur non seulement sur la façade de la Poste, remarquablement mise en valeur, mais sur ce quartier attachant, avec ses commerçants qui se battent, comme partout, pour conserver vie et authenticité à un centre ville auquel on reste plus que jamais attaché. Même en hiver, puisque les déambulations entre place Darcy et place de la République passent forcément par ici et par une rue des Godrans qui devra, un jour ou l’autre, rejoindre « autour de Grangier » pour donner une vraie identité à tout le quartier. Et puis, continuons de rêver ! Après un sens de circulation repensé, que demandent les commerçants au père Noël : un marché dominical de producteurs sur la place, en toutes saisons, petit, gentil, avec des stands bio et bons à la fois. Et pour annoncer la cité de la gastronomie et cacher le béton, pourquoi ne pas planter des vignes ? Et installer une boutique de vente des vins des coteaux ici ? François Rebsamen cache dans son bureau un projet de rénovation de la place rêvé par l’artiste Bertrand Lavier mais irréalisable selon les experts, qui ont toujours le dernier mot. En attendant un miracle, toujours espéré en ces temps de fêtes, les commerçants vous offrent l’accès gratuit au parking. Le sourire lui aussi est gratuit. ■ GB

Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.