34
Magazine Dijon

Avril 2008

 N°34
 
Accueil > Les numéros > N°34 > 10 > Florence Menu… vide son sac !
10

Texte : Patrick Lebas
Photo : BingBang

Florence Menu… vide son sac !

Son nom ne vous dit peut-être rien mais à 42 ans, Florence Menu s’est imposée comme une prêtresse de la com’ à Dijon. Un petit bout de femme qui s’évertue à mener de front une carrière, une belle carrière même, une vie de maman et de femme. Et quand on lui demande pourquoi est-ce plus dur pour une femme (question bête il est vrai) ?
Elle sort ses griffes et son registre de féministe convaincue.


Florence Menu, c’est un peu la femme Barbara Gould. Bien dans sa tête, bien dans sa peau, patron d’une belle boîte, super speed… bref, la femme du XXIe siècle. Super à l’aise dans ses baskets de super woman femme d’entreprise, épouse et maman, la Dijonnaise est à la tête d’une belle agence de com’, Temps Réel. La féministe est une chef d’entreprise (désolé le mot chef n’a pas de féminin Florence) qui a réussi.

Alors comment vous faites madame pour être tout ça à la fois ? « Les gens qui disent « elle a de la chance d’avoir le temps d’aller au théâtre » je réponds :
je n’ai pas plus de temps que les autres, je le prends c’est tout. La vie est courte, moi je m’amuse, j’aime les rencontres, les gens et donc la vie. » Elle est comme ça Florence, faut pas la chercher, elle a du répondant. Alors ne venez pas lui dire que Dijon est une ville trop petite qui ne bouge pas :
« Je déteste les dénigrements sur Dijon dans le genre : « y’a des bouchons ». ça me fait bien rire, que les dijonnais montent à Paris voir ce qui se passe. Les « y’a rien à faire : ce sont ceux-là qui ne mettent jamais les pieds ni à l’Auditorium ni à la Vapeur ni nul part d’ailleurs ! Les « y’a rien à voir : les mêmes qui ne savent même pas qu’on a un Centre d’art contemporain des plus cotés, l’Usine pour voir des expos incroyables… tous ceux qui n’ont comme référence que Paris. Et bien un mec comme Robert Cantarella avec qui j’ai eu un vrai plaisir à travailler quand il était à la tête du TDB dirige aujourd’hui un lieu unique au monde le 104 à paris, il y a aussi des gens de valeurs en province, bref tout ça m’agace ». Vous l’avez bien compris, Florence Menu n’a pas la langue dans sa poche. Toujours à 100.000 volts, un coup de gueule ou un coup de cœur, un projet (avec le centre des jeunes dirigeants), un combat (les personnes âgées, les handicapés). Militante toujours et ça lui va bien au teint.

Florence Menu vide son sac

Dans le sac de Florence MENU

  • Un paquet de cigarettes et au moins trois briquets.
  • Une photo de ses meilleurs amies.
  • 50 pièces qui se baladent au fond de son sac, des centimes d’euros, et puis des tickets de carte bancaire.
  • Une paire de « jolies » boucles d’oreilles qu’elle met tous les matins et qu’elle finit par enlever au bout de cinq minutes, parce que ça la « gratte ».
  • Un Nokia N70, elle est très fan de la marque suédoise, mais pas un truc trop compliqué.

Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.