61
Magazine Dijon

Hiver 2014 2015

 N°61
 
Accueil > Les numéros > N°61 > 08 > Et si Dijon devenait la capitale de l’art contemporain ?
08

Et si Dijon devenait la capitale de l’art contemporain ?

Ce n’est pas juste un vœu pieux : tout autorise à penser que c’est possible et que les prémices pourraient se faire jour en 2015. Que nous faut-il pour cela ? Cinq ingrédients paraissent indispensables pour une synergie des forces culturelles et ils sont tous réunis dans notre ville. Après la route des vins, le parcours de la Chouette, la Cité de la Gastronomie, nous pourrions proposer une autre vision de notre bonne ville : the Contemporary way of life in Dijon. Une espèce de visite guidée des lieux les plus “in” pour les touristes de passage, ébahis par tant de modernité et une image de ville dynamique qui s’engage à l’international, propulsée par nos acteurs locaux, les fameux cinq ingrédients dont nous sommes fiers.


Bâtiment du Consortium à Dijon

■ 1/ Un centre d’art contemporain

bâti par un architecte de renommée mondiale, on l’a !
Le Consortium a confié à Shigeru Ban la rénovation et l’extension de ses locaux et, depuis 2011, ce sont 4 000 m² d’exposition qui sont proposés aux artistes de renommée nationale et internationale.
Le Consortium est aussi un lieu de vie. En plus d’être un espace dédié aux expositions, c’est un plateau de rencontres au service des artistes et du public, un lieu ressource, une salle de spectacles avec un espace-bar, un lieu spécifique d’accueil et de médiation culturelle (visites gratuites commentées pour tout public, y compris scolaire). Enfin, Le Consortium collabore à des expositions en dehors de Dijon : Venise en 2013, Paris et Cluny cette année.
http://leconsortium.fr

■ 2 / Un FRAC (Fond Régional d’Art Contemporain) innovant, on l’a !

Le Frac Bourgogne a toujours été réputé pour sa collection bien choisie et a su avoir du nez pour acheter des œuvres d’artistes montants. Aujourd’hui, le FRAC fait vivre sa collection en l’exposant partout en Bourgogne, à commencer par la toute nouvelle antenne permanente de Chagny, mais aussi en transformant un bibliobus en “Bentô” pour sillonner les routes de l’Yonne. Dijon n’est évidemment pas oubliée et les œuvres sont présentes aux Bains du Nord, rue Quentin et l’été à Saint-Philibert. Et notre FRAC va plus loin encore avec une première française : le FRAC-LAB, un labo d’art contemporain dans une mallette destinée aux enfants. Les écoles, collèges, lycées et associations socio-culturelles peuvent déjà emprunter trois mallettes, en fonction de l’âge de leur public.
www.frac-bourgogne.org

■ 3 / Un musée prestigieux

et ouvert, on l’a !
Le musée des Beaux-Arts, tout beau tout neuf, n’a pas finit sa métamorphose. Il lui reste à exposer correctement la donation Grandville, couple de collectionneur de l’après-guerre qui a légué une collection superbe de 1000 tableaux de haute volée au musée, ainsi que les 230 œuvres majeures léguées à la ville de Dijon par le Consortium. En attendant, notre MBA n’est pas avare d’expositions temporaires et collabore le plus souvent possible avec les institutions contemporaines dijonnaises. Celle du moment, Le musée du silence de l’artiste Zhu Hong, ancienne élève de l’ENSA, est un petit bijou.
http://mba.dijon.fr

■ 4 / Une école nationale pour “fabriquer” les artistes de demain, on l’a !

L’ENSA, École Nationale Supérieure d’Art, a plus d’un artiste célèbre dans son sac ; des enseignants, Didier Marcel, Lydie Jean-Dit-Pannel, Germain Huby, Carlos Castillo ; des élèves célèbres, Yan Pei Ming, Lilian Bourgeat, Cécile Bart, Ida Tursic et Wilfried Mille… Et, bien sûr, de jeunes talents qui s’exposent déjà dans les nombreux musées, galeries et lieux alternatifs de Dijon. C’est aussi la proposition de conférences, films, toutes les semaines, ouvertes au public dijonnais.
www.ensa-dijon.fr

■ 5 / Des galeries et des ateliers, on les a !

Interface, la galerie Barnoud et les ateliers Vortex sont maintenant des “institutions” et présentent soit des artistes reconnus et installés, soit donnent leur chance aux jeunes par le biais de résidences. Rappel : Daniel Buhren expose en ce moment à Interface et Philippe Gronon à la galerie Barnoud.
Plus éparpillés, d’autres lieux accueillent ponctuellement l‘art contemporain : Alchimia, la Péniche Cancale, l’atheneum, tous les musées de la ville… Plus tous ceux que je pourrais oublier. N’hésitez pas à les signaler quand cet article sera en ligne ou sur notre page FB. 
www.interface-art.com
www.galerie-barnoud.com
www.lesateliersvortex.com

Que nous manque t-il alors pour un départ foudroyant en 2015 ?
Un peu de communication, un soupçon d’aménagements, une grosse louche de signalétique rigolote pour diriger les amateurs d’art, une bonne dose de couleurs dans le quartier du Consortium qui est un peu tristounet, un bon saupoudrage dans les medias internationaux et un “reviens-y” de Jean-Pierre Foucault. À vos fourneaux !


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.