61
Magazine Dijon

Hiver 2014 2015

 N°61
 
Accueil > Les numéros > N°61 > 04 > Épices et riz
04

Cuisines du monde

Épices et riz Carnet d’adresses dijonnais pour réaliser votre balade gourmande autour du monde... en 80 minutes !


Chez Vazquez épicerie à Dijon

Inutile de traîner les rayons de Grand Frais, ou de Métro, si vous avez la carte, pour dénicher l’ingrédient exotique essentiel à la réalisation d’un des plats proposés par Mon tour du Monde en cuisine. Sous les halles de Dijon et tout autour, Cynthia Benziane est partie vérifier si toute bonne ménagère de moins de 30 ans, comme elle, était susceptible de trouver son bonheur. En 80 minutes, montre en main, elle a trouvé de quoi préparer ses trois ou quatre plats du week-end.

Marion lui avait donné une première liste des endroits où elle avait pu trouver les ingrédients pour ses recettes, réalisées au fil des semaines. Aux Halles mêmes, plusieurs comptoirs que l’on connaît bien, et autour, quelques institutions comme Chez Bruno, que Marion aime beaucoup car il lui « déniche toujours des ingrédients hors saison » ! La styliste dijonnaise est allée aussi faire un tour au Marché du Bonheur, l’épicerie asiatique de la rue Bannelier et chez Tartin’art pour les buns à burger.

Cynthia vous propose donc ces quelques adresses qu’on aime beaucoup autour des halles, et d’autres qui devraient vous rappeler des souvenirs heureux. Si nous avons ajouté Grain de Cassis, c’est en clin d’œil à tous ceux qui auraient envie de faire chez eux de la cuisine mexicaine façon Uaxaca, à base de chocolat ou d’insectes grillés (!), puisqu’il faut de tout pour faire un monde, autour d’une table de cuisine, comme autour d’une table de conférence…

■ GB

épiceries Dijon

Le Roi Des Pâtes,

règne sur les Halles depuis 1926. Cette adresse familiale perdure depuis cinq générations. Un gage de qualité, tout comme le monde qui fait la queue sur le trottoir et devant le comptoir, les jours de marché. Ce qui laisse le temps de choisir dans cette petite boutique qui fait monter ingrédients et produits (3000 articles en tout !) jusqu’au plafond. En levant la tête bien haut, on aperçoit les pâtes Setaro de Naples. Mais pour obtenir la crème de la crème, on se penche sur le comptoir où tout est frais et au détail. On craque pour les cannoli à farcir soi-même qui font de délicieux desserts. On peut même se permettre de les farcir à la mortadelle fraîche que l’on trouve ici aussi, pourquoi pas, même si celle-ci se suffit à elle-même…

Le Comptoir Allemand

de Nico et Katja a trouvé sa place depuis un an à deux pas de la buvette, sous les Halles. Les nostalgiques des balades en Forêt Noire ou en Bavière viennent y faire le plein de jus de pommes pétillant (Apfelschorl), de bières bio, de spätzle fraîches, de Maultaschen (gros raviolis) ou de Fleischkäse (pâté de viande), de bretzel et de pains bios de toutes sortes… Tout cela en provenance d’une boucherie de Mannheim, d’une boulangerie de Nuremberg, de diverses brasseries autrichiennes… Les amateurs achètent là leur raifort qui, en sauce, accompagne parfaitement le saumon à Noël. Et pour les becs sucrés, grosses parts de gâteaux pour les quatre heures !

Casa Manolo

Toujours sous les Halles, on quitte l’Europe du Nord pour la Méditerranée. À la Casa Manolo, on vient chercher le Manchego, un fromage au lait de brebis difficile à trouver ailleurs et la Sobrasada de Majorque qui se décline en tarte, dans les pâtes ou en omelette. Au Panier d’Asie, San propose tous les ingrédients de base nécessaires pour concocter sauces, nouilles, riz, sushis, rouleaux de printemps. Du côté des produits secs, on trouvera farine de riz gluant, champignons noirs séchés, riz impérial parfumé (en sac), feuilles de brick. Pour ceux que ça intéresse, chou chinois, wasabi, petits piments rouges et autres ingrédients dont il ne faut pas abuser…

José Vazquez

dresse ses tables tôt le matin, au début de la rue Quentin. On fait la queue à toute heure devant la plus petite épicerie de France, la plus photographiée, aussi. Ça parle fort en espagnol, en français, les habitué(e)s échangent des nouvelles tout en jetant un œil sur les fruits, les légumes du moment, frais ou secs, ici, on est déjà ailleurs. À mettre dans son panier : le chorizo du Portugal, le jambon Serrano affiné 12 mois en provenance directe d’Espagne, du lomo embuchado, pour les connaisseurs, une belle pièce de queso manchego curado, fromage affiné 10 à 12 mois au goût puissant et pour l’apéro, des olives vertes, noires, parfumées. Et si vous aimez les sardines marinées, vous vous régalerez des sardinillas de José ! Pour les fêtes de fin d’année, il y a quelques douceurs à tester, on ne vous dit que ça...

La Dolce Vita

est juste en face et ça tombe bien, on rêvait d’une focaccia, autrement dit une fougasse à l’italienne. Florence et Dominique, le duo à la tête de cette petite épicerie italienne, ont toujours une nouveauté à nous faire découvrir. Tous les trois mois, ils se rendent en Italie et ils parcourent les routes en décapotable, cheveux au vent (non, là on exagère un peu), pour aller s’approvisionner à la source. Chez eux, on vient souvent déjeuner d’un plat du jour, à l’étage, et on repart avec un sac plein de produits. Petites olives di taggia, jambon Levoni garanti sans gluten, notre focaccia avait bon dos. Quant au basilic, ici ce n’est pas qu’un détail. Tout comme la mozzarella fraîche au lait de bufflonne ! Panettone pour Noël, à ne pas oublier, à la sortie.

Soyuz,

rue Pasteur est spécialisé dans les produits des pays de l’est et inaccessible aux non initiés, comme nous, sans l’aide du patron. Les étagères débordent de boîtes de conserves et de bocaux étiquetés tantôt en russe, tantôt en polonais. On finit par trouver le rayon des préparations pour soupes. Celle qui tient le plus au corps est sans aucun doute le bortch. Une recette russe, ukrainienne, polonaise… À vrai dire, de loin, ça n’ouvre pas l’appétit… On se dirige vers une base de bortch à laquelle nous pourrons ajouter les ingrédients frais que l’on préfère ou directement la préparation polonaise de Noël aux betteraves rouges. Et si toutefois, on change d’avis, il reste les Pierogi, plus appétissants. Pour cette recette de raviolis polonais, il n’y a qu’ici que vous trouverez le fromage blanc tant recherché : le Tvorog.

Chez Grain de Cassis,

la Bourgogne aussi a son lot d’exotisme. Stacie et Katia ont fait un tabac avec leurs insectes à grignoter sur le pouce, entre cinq et sept, à l’heure de l’apéro, mais on peut pousser moins loin l’exotisme. Au gré des couleurs, des bocaux, et des bouteilles, on se laisse porter vers les délices à la truffe. Il y a du choix à des prix très abordables. Sauce aux truffes, brisures de truffes noires ou encore du beurre de truffe que l’ont peut facilement mêler à la sélection de farfallines ou de tagliatelles colorées ou encore à une omelette maison. Ben oui, après toutes ces recettes étrangères, une petite omelette aux truffes, ça ne vous dirait pas ?

■ Cynthia Benzane


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.