49
Magazine Dijon

Début 2012

 N°49
 
Accueil > Les numéros > N°49 > 07 > Dijon… vole !
07

Dijon… vole ! Echappées belles vers Bordeaux, Nantes, Toulouse, avec Eastern Airways

Après une mauvaise expérience de voyage Dijon-Bordeaux via Lyon, mes copines et moi avons testé le départ direct de Dijon pour notre weekend bordelais. Là je dois dire : bravo.


vol-dijon

Départ dès potron minet, les copines et moi, maquillées, parfumées, dans ma mini voiture arrivons à 6h00 à Longvic. Première bonne surprise il y a encore de la place dans le parking et c’est gratuit. Yes, pourvu que ça dure ! À l’intérieur du mini aéroport, nous entamons une mini queue devant une mini porte d’embarquement. Ça va vite, très vite, à peine le temps de voir l’équipage. "Hello captain, would you please passer devant moi, je vous en prie..." Ah crotte c’est une femme moi qui me voyait déjà au bras d’un beau commandant de bord, tant pis. Vingt minutes plus tard, nous voilà au pied de l’avion, dix minutes pour s’installer, on ricane, on baisse la tête, non ce n’est pas si petit, c’est juste Rita qui est très grande. 6h45 les moteurs sont en route. Oh des hélices, ça faisait longtemps ! Oh un mini mignon stewart ! Il nous offre des bonbons, c’est chou. Rita me fait gentiment remarquer que l’on ne doit pas perturber le personnel de bord avant les démonstrations de sécurité. On décolle, c’est parti pour le défilé en gilet de sauvetage puis plus tard pour le mini plateau : une boisson et un petit gâteau. On ne voit pas le temps passé que déjà le commandant nous annonce la descente. Merci Eastern Airways, le voyage ressemble au détergent. Mini mais il fait son maximum. Bordeaux nous voilà, il fait beau, on a la journée devant nous.


Bordeaux

Sociétés secrètes
Savoir, oser, vouloir, garder le silence…
Immersion dans l’envers trouble de la société.

L’humanité a toujours été fascinée par les sociétés secrètes, leurs rites clandestins, savoirs occultes et cercles exclusifs. Elles existent depuis presque aussi longtemps que la société elle-même. Ce sont des confréries inoffensives aussi bien que des organisations puissantes, politiquement ambitieuses.
L’exposition aborde la question des sociétés secrètes à travers le prisme de l’art contemporain. Les aspects occultes du monde ont toujours intéressé les artistes qui s’approprient et détournent les mécanismes du secret. Cent trente œuvres, parmi lesquelles tableaux, photographies, sculptures, films, installations, documents et des pièces à conviction, ont été réunies représentant le travail de cinquante-deux artistes internationaux.
CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux du 9 novembre 2011 au 26 février 2012.
Entrepôt. 7, rue Ferrère, 33000 BordeauxIl y a deux départs pour Bordeaux six jours sur sept, un tôt le matin et l’autre en fin d’après midi. Idem pour le retour.
Si vous partez vers la Bretagne, Eastern Airways vous propose des vols en milieu de journée. Passer le weekend à Nantes, départ le vendredi à 11h00 et retour le dimanche à 17h00 est maintenant à la portée de nimporte quelle Bridget. Anne de Bretagne, tiens toi bien, nous arrivons !
www.easternairways.fr

Nantes

Le réel est inadmissible d’ailleurs il n’existe pas
Exposition du 3 décembre 2011 au 5 février 2012 Hangar à Bananes - Hab Galerie - Ile de Nantes

Bon voilà, vous êtes à Nantes, son port, ses hangars, ses usines, sa modernité et son passé négrier. C’est peut-être pour se délivrer de cette vieille histoire d’esclaves que les Nantais tournent le dos à leur vieux patrimoine et réhabilitent leurs docks. Après L.U. Lefèvre-Utile devenu Lieu Unique, Nantes a transformé son hangar à bananes en un immense terrain de jeux pour adultes : Salle d’exposition, nouvelles scènes, restaurants, bistrots… Et c’est ici que le réel n’existe pas, 1500 m2 d’illusion, de flou ou de rêve.
« L’art n’est pas ce qui, du point de vue de la vérité, doit nous restituer une réalité préexistante mais, au contraire, il peut nous apprendre à créer cette réalité, nous apprendre à y être alors que précisément notre condition fait que nous n’y sommes pas suffisamment. » Jean-Charles Vergne
D’abord revoir le dernier Jim Jarmusch avec son dandysme désabusé de anti-héros, sa tendance à montrer un quotidien étrange, décalé.
Ensuite admirer les toiles de Philippe Cognée, mises sous film plastique et repassées, donnant à l’image un devenir, flou, ouvert à tous les possibles.
Passer aux dessins, média de prédilection de Marc Bauer, des menus rien, des peaux mortes où s’écrivent des souvenirs. Après cette orgie d’images, j’irais boire un muscadet à la santé des nantais.

Toulouse

Vladimir Velickovic, "les versants du silence"
Les Abattoirs – 76 allée Charles de Fitte
Du 18 novembre 2011 au 29 janvier 2012


Il ne pouvait y avoir d’autres lieux pour exposer Vladimir Velickovic. Ses toiles sont aussi noires et sanglantes que les souvenirs de carcasses qui traînent en ces murs. Rares sont les œuvres que le regard oublie après s’y être confronté. Chargées d’une densité émotionnelle très forte, c’est de l’homme dont elles parlent. De nos destins misérables, de la mort et de la cruauté humaine, de la dualité des nuits humaines.

La Fondation Bemberg
Hôtel d’Assézat, place d’Assézat.

Héritier d’une famille qui fit fortune en Argentine, Georges Bemberg a constitué une collection d’œuvres absolument unique. À 19 ans, il fait l’acquisition d’une première gouache de Pissaro. Viendront ensuite quelques Vuillard, Signac, Renoir, Sisley, Caillebotte, Monet, Pissaro, Vlaminck, Toulouse-Lautrec, Picasso, et Rouault.
Le premier étage est aménagé comme une maison particulière. On y trouve une salle consacrée aux "védute" de Venise (Canaletto et Guardi), une galerie des portraits, 
une salle plus particulièrement réservée aux livres et aux bronzes. 

Le second étage, beaucoup plus contemporain, abrite les toiles modernes, avec une salle entièrement consacrée aux Nabis et Fauves. La Fondation Bemberg possède la plus grande collection privée de Bonnard.


Répondre à cet article

 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.