46
Magazine Dijon

Printemps 2011

 N°46
 
Accueil > Les numéros > N°46 > 03 > Restaurants : Dijon ville exotique
03

Restaurant Dijon

Restaurants : Dijon ville exotique épices… et tout !


A Bamako, tu verras du pays, mon coco !

restaurant-a-bamako Dijon
A Bamako, depuis près de quatre ans, c’est un petit coin d’Afrique perdu du côté de chez Pasteur. Pas de risque sanitaire, rassurez-vous, Pasteur n’est ici qu’un nom de rue et ce resto, avec sa musique d’ambiance, ses plats du Mali, du Niger ou du Sénégal, est un refuge pour ceux qui sont perdus dans la jungle urbaine. Coumba, la cuisinière, a un rire contagieux, qui vous fait oublier vos soucis, et les siens, du coup. A midi, si vous êtes pressés, prenez le plat du jour et la bière du pays. Le soir, prenez votre temps et laissez-vous aller à choisir le menu

« Les dimanches à Bamako », servi, en toute logique, seulement en semaine. Un poulet yassa, ça change du poulet Gaston-Gérard et ça fait voyager à prix doux. Goûtez le mafé d’agneau ou la brochette de bœuf, sinon. On adore. GB
À Bamako : 41, rue Pasteur. Tél : 03-80-38-08-43. Tlj sf dim-lun.

La nouvelle vie du Marrakech dijonnais

restaurant-le-marrakech Dijon
J’étais ravi de retrouver Marrakech, cet automne, ses souks, sa folie urbaine, ses villas de rêve et ses serpents cauchemardesques, place Jemaa-El-Fna, mais j’ai été vraiment agréablement surpris de découvrir que mon vieux Marrakech, où j’avais traîné plus jeune, à l’ombre de l’église Saint-jean, avait été rendu à la vie et à la gastronomie. Elle est où, cette adresse de rêve ? Vous passez peut-être souvent devant sans la voir, rue Monge, au fond d’une cour qui devrait retrouver un peu de peps avec les beaux jours et la terrasse. Redouane et Yassin, les deux frères, le premier à l’accueil, le second en cuisine, sont de vrais pros et leur restaurant a ses fidèles. Les portions sont généreuses, les légumes et les viandes savoureux, goûtez à la harira maison, si la soirée s’annonce fraîche, au tajine kefta, avec ses boulettes de viande hachée aux épices, ou simplement au couscous fassi, avec raisins secs et oignons caramélisés. Plats entre 10,50 et 18 €, selon que vous craquez pour un couscous tout simple ou une pastilla. GB
Le Marrakech : 20, rue Monge, Dijon. Tél : 03-80-30-82-69. Tlj sf lun.

Indien vaut mieux que deux tu l’auras

(proverbe dijonnais)

restaurant-bollywood-lounge Dijon
« Cuisine du monde », « cuisine exotique »… Je n’ai jamais vraiment compris ce que cela voulait dire. Pourquoi la cuisine d’ailleurs mais confectionnée ici devrait-elle forcément se dissoudre dans cette catégorie indigeste ? Pour faire simple, j’ai donc pris l’habitude de ranger les restaurants en deux groupes : les bons et les mauvais. J’ai découvert le Taj Mahal un peu par hasard. Enfin presque. Une de mes amies est enceinte et a ce qu’on appelle des petites lubies : premier mois les knaki ball, deuxième trimestre la bouffe épicée ! Nous voilà donc parties pour un petit voyage culinaire en Inde… Endroit sympa, formules déjeuner réfléchies et raisonnables, nans au fromage à tomber par terre, plats à emporter, cuisine légèrement épicée et adition pas trop salée : c’est sûr, le Taj Mahal rentre dans ma première catégorie.
Le Taj Mahal : 8 rue Bouhier
(derrière la place de la Lib), Dijon.
Tél. : 03-80-30-54-61.

Waseem Raja, on l’a connu il y a plus de vingt ans, ouvrant fièrement son premier resto, Le Cachemire. C’est lui qui nous apprit, patiemment, gentiment, à nous passer de pain et de fourchette, nous invitant à découvrir le monde des épices, des parfums de l’Océan Indien. Couche-tard marié à une lève-tôt, Lion superbe toujours prêt à rebondir, il a su faire, en 4 ans, de son Bollywood Lounge, un lieu à part, rendez-vous de noctambules, de membres actifs de la CGPME et de mecs traînant de gros passifs. Un lieu riche en couleurs, où les clips vous invitent à vous lâcher. Souriez à la vie, laissez Waseem vous guider dans la découverte de la carte (goûtez les gambas massala ou l’alookema maison) et surtout des vins, son péché mignon. Buffet à prix tout doux le midi (12 €). C’est Bollywood Paradise, même si ici tout le monde n’est pas un ange…
Bollywood Lounge : 55 rue Condorcet (face au parking), Dijon.
Tél : 03-80-43-86-26.
www.bollywood-lounge.fr


Petit restaurant italien avec vie et non sans vue

restaurant-arp-caffe
La première fois que j’ai franchi la porte, j’ai retrouvé les parfums des vacances en famille en Italie de mon enfance ! La propriétaire se lève tôt le matin pour préparer ses plats et ses desserts maison, sans oublier les petits fours salés servis à l’apéritif, avec un bon vin italien. On peut déguster sur place, ou commander, en dehors des pizze, des pâtes artisanales servies à la commande, des pesto génovèse, des fromages servis avec une confiture bio, de la délicieuse charcuterie variée artisanale préparée par leur boucher de Catiglione Chiavarese. Leurs glaces maison sont préparées dans leur petit laboratoire, sur place, avec des produits frais. Desserts sublimes à déguster avec un verre de Limoncello. Et pour terminer un vrai expresso italiano. La ville devrait leur permettre d’agrandir leur superficie et d’avoir une belle terrasse dès les beaux jours. La rue Vauban peut bien accueillir un nouvel établissement offrant une bonne cuisine italienne à une clientèle locale et touristique de plus en plus à la recherche de produits frais et sains ! Patrick Bruno
Arp Caffe, 8 rue Vauban, Dijon. Tél. : 03-80-54-32-74. Tlj sf dim-lun.


Tran de père en fils : le traiteur qu’on nem

restaurant-chez-tran Dijon
Il aura fallu un nouvel an chinois fêté au cœur de la Toison d’Or pour que je remette les pieds dans ce centre commercial qui vient de fêter ses 20 ans mais que je n’avais pas revu depuis des lustres. Non, ne me regardez pas comme ça, je ne suis pas un Martien, je vis à Dijon, au centre-ville, mais j’attendrai le tram pour retourner là-bas, j’aime pas prendre la voiture pour faire des courses, je sature… Bon, revenons-en aux Tran et pas au tram, suivez un peu.

Une chaîne chinoise ? Mieux que ça… Je n’aurais pas d’excuse en disant que je ne connaissais pas leur local, place des Halles, j’avais déjà goûté aux différentes bouchées à la vapeur et aux plats cuisinés produits par eux. Leur cuisine est « une cuisine asiatique adaptée au palais européen », précise Julien Tran, qui a quitté l’univers de la Bourse et Paris pour soutenir son père et une entreprise familiale florissante, apparemment.
Pheng, depuis vingt ans, cuisine pour les Dijonnais, il y a du monde aujourd’hui à ses côtés, mais il bosse 12 heures par jour. Sa priorité :
la fraîcheur et l’hygiène (rien à voir avec un de mes cuistots chinois parisiens préférés qui, depuis quinze ans lave ses verres dans un baquet en plastique, au milieu des halles de la Madeleine !). Les produits sont cuisinés plusieurs fois par jour selon la demande et soumis régulièrement à des contrôles labo. Son fils est donc le bienvenu, il y a la comptabilité en plus à faire et des projets à mener à bien, dans un Dijon qui bouge. La rue de la Liberté, morte à la restauration depuis plusieurs décennies, va attirer des salons de thé, des gastros d’un genre nouveau. Et Julien Tran sera peut-être dans les premiers à s’y intéresser, réussissant à intégrer ses deux cultures. En attendant allez goûter aux nems vietnamiens, plusieurs fois décorés. Du nem d’or, certainement.
Chez Tran : 26 rue Odebert, près des halles . Tél : 03-80-30-49-60 et C Cial Toison d’Or. Tél : 03-80-70-10-25.


Vanessa revient et cuisine comme un chef !

restaurant-causerie-des-mondes Dijon
Reprise réussie pour ce bar à thé qui aurait pu virer au bar à thym, avec sa reprise par Vanessa Laraque, partie ouvrir un petit resto au cœur d’Aix. Les Dijonnais, qui avaient aimé sa cuisine maison, le petit salon-biblitohèque qu’elle avait installé il y a quelques années entre rue du Bourg et rue Jules-Mercier, l’ont retrouvée avec plaisir. Pas de cuisine provençale, à midi, mais une cuisine du monde, de son monde, riche en épices et en parfums d’ailleurs. Bio et bon à la fois. On se régale avec le mijoté du jour ou le curry de légumes, coco, gingembre, citronnelle. Toutes les générations se retrouvent sinon, le reste de la journée, autour d’un des thés ou cafés qui ont fait la réputation du lieu. Un lieu qui ressemble désormais à cette drôle de fille, toujours en équilibre sur un fil, qui a su s’entourer joliment. Accueil chaleureux et terrasse qui devrait cartonner. Le samedi, pour le brunch (15 €), réservez. La Causerie des Mondes : 16, rue Vauban.
Tél. 03-80-49-96-59. Tlj sf dim-lun. Ouv 10h-19h.

Un Pharaon qui défie le temps !

restaurant-le-pharaon Dijon
Les années passent, il demeure, fidèle à sa légende. Cher vieux Pharaon, que l’on avait oublié, perdu au bout d’une rue Berbisey qu’on avait fini par croire elle-même perdue pour la restauration de qualité ; dans cette partie-là du moins, happée de plus en plus par le monde de la nuit. Un choix de menus très large, mais laissez-vous guider par vos envies du moment. Pour 22 €, vous serez servis sur un plateau, avec apéritif et dessert, ou vous aurez droit à une dégustation, façon idéale d’approcher la cuisine libanaise et égytienne, joliment représentée ici. Hoummous, babaganouche en entrée, l’écriture diffère, la qualité reste. Laissez-vous tenter par la moussaka du chef, ou le plat fétiche, le maloubet : il y a de l’aubergine partout, de la viande de bœuf mijotée ou hachée, des épices et des parfums comme là-bas. Il y a même des légumes farcis avec du riz et de la viande, et simplement des légumes, si vous êtes végétariens. Il y a beaucoup de travail sincère derrière tout ça, c’est important. L’accueil est réservé, faites de même, réservez, surtout le week-end. Terrasse aux beaux jours. GB
Le Pharaon : 116, rue Berbisey, Dijon. Tél : 03-80-30-11-36. Tlj sf dim-lun

Pas besoin d’aller à Buenos-Aires pour s’offrir un argentin !

restaurant-tangoloco Dijon
Elles sont drôles, les filles de chez nous, toujours parties à New-York, Buenos-Aires, Montréal ou Papeete pour voir une ou deux copines et faire trois-quatre achats. Avec Carla Garfied, que certains malheureux prennent pour ma moitié alors que cette dévoreuse écume désormais Paris pour combler ses faims de trimestre, on est tombé sur ce Tangoloco sans le faire exprès, à mi-chemin de nos domiciles respectifs, la Garf étant en retard, comme toujours. On retrouve en fait, vingt ans après, ce qui faisait le succès de l’ancien Coum chez Eux, dont les murs ont gardé la trace : un patron haut en couleurs, une cuisine bien enlevée (pas du morvandiaux, de l’argentin, mais c’est bio aussi), des prix qui grimpent vite à la carte mais devraient dégringoler le midi. Des empanadas pour se mettre en bouche, des brochettes de charolais ou d’espadon pour se caler, des desserts pas si fous que ça. Et pas mal d’animations pour accompagner le changement d’humeur d’une rue Jean-Jacques qui entend secouer son train-train quotidien à l’approche du tram-tram… GB. Tangoloco : 68 rue J.J. Rousseau, Dijon. Tél. 03-80-72-48-30

Avec ou sans Denise, restez forts (comme un turc)

On le sait peu, mais la cuisine Turque est l’une des plus variées du monde, influencée par leurs migrations en Asie centrale et en Europe, au cours desquelles ils ont ramené le meilleur de la gastronomie dans les cours ottomanes. Ils sont toujours très fâchés avec les Grecs, mais à Dijon en tout cas, la trêve est signée chez Akdeniz. Vous pourrez donc y déguster une moussaka absolument délicieuse, du vrai tarama mais aussi les vraies spécialités turques comme les böreks (feuilletés au fromage), les corbaçi (soupes) et tout ce dont vous pouvez rêver en grillades. On se croirait dans une cantine du grand bazar d’Istambul, le service est sympathique et une formule à 12 € à midi tout à fait honorable. Et ça change des kebabs, autre spécialité locale. CG
Akdeniz 47 Rue Jeannin, 21000 Dijon Tél : 03 80 65 48 00


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.