71
Magazine Dijon

Été 2017

 N°71
 
Accueil > Les numéros > N°71 > 03 > Dijon. En été, toujours un plan B
03

par Patrice Chateau, adjoint à l’environnement

Dijon. En été, toujours un plan B

Envie de détox mais pas dispo pour une cure longue, coûteuse et surtout loin de Dijon ? Et si le meilleur moyen de retrouver la « zenitude » du corps et de l’esprit, au coeur de l’été c’était de rester dans la Cité des Ducs, tranquillement et sans stress budgétaire.


Dijon par Jean Matrot

Imaginez le triptyque ! Digne d’un tableau de Jean Matrot.

Cette année, à Dijon Plage, pour la baignade et le farniente c’est ambiance bord de mer. La Ville n’a pas lésiné. 100 tonnes de sables fin, 28 bungalows, 150 m linéaires de plancher, une quinzaine de palmiers : le décor est planté ! Sauf ouragan, il devrait rester en place.
Côté confort du baigneur c’est 113 transats, 37 parasols louables (ô combien) 1€ à la journée ! Avec un service impeccable par des plagistes courtois et détendus. Et les algues - même si elles ne sont pas dangereuses - n’ont qu’à bien se tenir … au plus loin de la zone de baignade grâce à l’action conjuguée du désenvasage, faucardage et barrage.
Côté sportif, c’est tennis, beach volley, aviron, water polo et canoë-kayak presque tous les jours de la semaine grâce aux implications des associations sportives dijonnaises.
Côté culture, la bibliothèque municipale fournit sur place de la lecture aux baigneurs lecteurs ou accompagnateurs lecteurs.

Si vous n’y trouvez pas votre compte, eh bien essayez LA solution al-ter-na-tive : le parc de la Colombière ! Là-bas mettez vous à l’abri du Temps, ou de de la canicule, pour une promenade romantique, classique à souhait, et appréciée des Dijonnais(es) depuis presque 350 ans : temple d’amour, ferme des animaux, parcours d’accrobranche, tour de rosalie, cette forêt urbaine est accueillante et paisible, c’est même « l’endroit où tout s’équilibre », ce n’est pas moi qui le dit c’est Henry James. Il est reconnu par le label Ecojardin, le guide vert Michelin et même classé aux Monuments Historiques, s’il vous plaît !

Oui, mais tout cela vous paraît encore trop urbain, vous avez besoin de vacances, vous ne supportez plus la moindre voiture, même à 500 mètres, et vous voulez être dé-pay-i-sé ! Alors pour vous, Dijon sort son joker où plutôt ses jokers : les parcs de la combe à la Serpent, de la combe Persil, de la combe Saint joseph et du fort de la Motte Giron forment un ensemble de plus de 400 ha.
Tranquillité assurée, biodiversité floristique et faunistique vous invitent au pique-nique… loin de la ville mais à portée de vélo ou d’autobus tout de même. Emportez à boire et à manger, il n’y a pas de commerce là-haut.
Ce n’est pas encore l’alpage, mais vous n’en êtes pas loin, vous prendrez de l’altitude (400m) et vous y croiserez même un troupeau de moutons « recrutés » pour l’entretien écologique des prairies ! Et la nuit le ciel étoilé s’offre à vous à l’infini.

La vie (et l’avis) de Chateau, Patrice de son prénom

Bourguignon depuis toujours et Dijonnais depuis un demi siècle, je suis assez fier aujourd’hui de promouvoir et d’entretenir le patrimoine végétal de la ville : 870 ha d’espaces verts ou naturels, 45 000 arbres, des parcs renommés, etc…

Patrice Chateau

Dijon plus verte que jamais !

Pour faire simple, la révolution par rapport à la fin du siècle dernier est tout autant sémantique que botanique ! Les « espaces verts » sont devenus des réservoirs de biodiversité, les « plates-bandes » ne sont plus « réservées ou interdites » mais ouvertes aux familles dijonnaises. Les bulbes, les graminées et les prairies urbaines sont venues remplacer le « fleurissement » traditionnel et surtout nous offrir un véritable renouveau végétal et esthétique !
La gestion différenciée, les fauches tardives et sélectives composent un nouveau paysage dans les jardins, favorisent la biodiversité et ravissent les botanistes et photographes en herbe ! Avec en plus-value un refuge pour nos abeilles dijonnaises qui viennent d’être récompensées par le prix du meilleur miel urbain de France ! Elles apprécient sans doute l’abandon définitif des pesticides dans l’ensemble de l’espace public dont la ville a la charge, parcs, jardins, voiries et cimetière.

Plusieurs nuances de vert

Notre tram lui, en cache une autre : la trame verte sur laquelle il glisse. Quant à nos pieds d’arbres, les Dijonnais-es eux-mêmes les adoptent et les personnalisent à leur gré avec l’aide du Jardin des Sciences comme des autres services de la Ville.
Et bien sûr ce n’est pas fini ! Nous allons faire fructifier notre héritage végétal et, qui sait, les Dijonnais feront peut-être un jour leur confiture !
Vous croyez que nous cédons comme les autres à la mode des villes branchées écolo ? Aucunement ! Ces choix révèlent de fait une nouvelle philosophie : l’homme ne domine plus la nature, il lui appartient. En sauvegardant ses sols, ses insectes pollinisateurs et la qualité des eaux, il se protège pour l’avenir. Pourquoi ? Parce qu’il aime la vie ! Oui les Dijonnais aiment la vie - en vert - et la mairie aussi * !
* Note de la rédaction : un petit message politiquement très correct, comme c’est l’été et qu’on a besoin que les esprits s’apaisent, on s’en félicite.


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.