75
Magazine Dijon

Été 2018

 N°75
 
Accueil > Les numéros > N°75 > 09 > Dieu existe
09

par Emilie Chapulliot

Dieu existe Il vient d’emménager à Meursault

Le Soufflot, le resto tombé du ciel On a hésité, on ne savait pas où le ranger. Dans la rubrique vin, pour sa carte hallucinante, du côté des bonnes tables, tant la cuisine nous a scotchés, en tête d’affiche, parce qu’ils le méritent. Sur un malentendu, on était à deux doigts de les mettre en couv’ ou en poster central, mais les Dijonnais, les Beaunois, les Dolois et les Bisontins nous auraient fait la gueule, alors on s’est retenu. Seul les Iconais (qui ne nous lisent d’ailleurs pas, à l’exception de ma grand-mère), auraient peut-être applaudi en voyant ces autochtones conquérir la Côte de Beaune.


Le Soufflot, le resto

Miracle n°1 : on peut réussir en Côte de Beaune sans être du coin

Ils sont d’un peu partout. Charles, Jérémy au pluriel (ils sont deux), Jessie, Gurgit et Nico ont d’abord sévi au Soufflot, à Irancy avant d’embarquer la tribu dans une autre aventure vineuse, à Meursault. Fin mars, ils ont fait leur premier tour de piste au Soufflot 2.0. Complet dès le premier soir, chapeau bas.

Miracle n° 2 : on peut prendre son pied à table pour moins de 50 €

Ne cherchez pas l’explication de texte, ici le menu se contente du minimum : Paris / Saumon / Bar / Canette / Fraise / Vanille. Inutile d’insister lourdement pour en savoir plus, Charles ne lâchera rien. La gougère qui débarque à table, suffit à vous réconforter. L’amuse-bouche (artichaut, langouste, bourrache) qui lui emboite le pas, laisse déjà présager un pur moment de bonheur. A tour de rôle, les membres de la tribu sortent de leur cuisine et déboulent avec leurs assiettes. Ils ont la banane et une pêche d’enfer. Franchement, ça fait plaisir à voir et à entendre. On avale la présentation du plat - nette claire et précise - pour mieux plonger son nez et sa fourchette dans l’assiette. Chaque plat est un tour de force.

Miracle n°3 : commander un Chambolle 1er cru sans tomber de sa chaise en voyant la note

Si les menus sont du genre minimalistes, la carte des vins, elle, est carrément XXL. Autour de la table, plus besoin de se battre pour avoir un droit de regard sur la sélection, ou pour empêcher votre vieux copain Romain de s’enflammer avec des canons hors de prix, chacun peut lire son avenir en bouteilles. Tous les domaines qu’on rêve d’avoir dans sa cave sont là. Entre les lignes, on espère secrètement trouver la voie de la raison (et s’éviter ainsi un rendez-vous désagréable avec son banquier). Inutile. Au Soufflot, les magiciens du goulot ont réussi à casser les tarifs ou plus exactement à sortir de leur poche, le prix juste (n’en déplaisent aux restaurateurs du coin qui nous assomment avec des prix exorbitants). Explication : ici, pas de coefficient appliqué à la louche sur les flacons, mais une petite majoration sur chaque canon. Résultat, on a envie de tout acheter. La Loire se déguste, à moins de 50 € avec Chidaine, Pinard, Cotat, Germain et la Taille aux Loups, la Bourgogne devient presque raisonnable (on se surprend à commander un Coche-Dury et un Leflaive sans trembler et le Chambolle-Musigny 1er cru Les Amoureuses du domaine Amiot-Servelle à 215 € nous fait déjà de l’oeil), la vallée de Rhône sort le grand jeu à prix cassés avec Reynaud, Graillot, Combier, Jamet, Gramenon, Gripa et Jolivet (entre autres), le Jura se fait discret mais sérieux et la Champagne nous remonte le moral avec de belles bulles qui ne feront ni mal à la tête ni au portefeuille. Alleluia !

Miracle n°4 : on peut faire tout ça avec le sourire (y compris le dimanche et le lundi)

Les bonnes ondes du Soufflot sont venues jusqu’à nous. (On vous le jure, personne n’a été payé pour écrire cet article). Pas de regard gêné, de cafouillages, de coups de gueule en cuisine, de retard à l’allumage, de raté en salle, d’oubli, de grogne, de fatigue, d’imprécision, d’embrouille ou de fausse note. Au Soufflot, tout roule avec une simplicité déconcertante. C’est sans doute ça, la force d’une tribu soudée en cuisine comme dans la vie : rien ne peut l’atteindre.
Le Soufflot - 8, route nationale 74 à Meursault - 03 80 22 83 65
Ouvert lundi et du jeudi au dimanche midi. Menu déjeuner : 4 plats / 32 € - Menu découverte : 6 plats / 40 € – 8 plats / 55 €


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.