83
Magazine Dijon
 N°83
 
Accueil > Les numéros > N°83 > 03 > Des riverains au secours de Jean Jacques
03

En vert et contre tout

Des riverains au secours de Jean Jacques  Association des riverains du quartier Jean-Jacques Rousseau Dijon

Vert espérance


Association des riverains du quartier Jean-Jacques Rousseau Dijon

Une association de riverains née dans la tourmente du printemps. Des couples, des familles, des jeunes, des anciens qui aiment la mixité qui s’est établie ici, les commerces où l’on prend le temps de vous saluer. Des gens qui aimeraient voir le drapeau vert flotter sur des rues aménagées en sens unique, entre la République et le théâtre, pour faire place nette aux piétions et aux cyclistes, aux plantes et aux terrasses, sur fond de murs végétalisés ou peints.
Les nouveaux élus de la mairie ont du pain sur la planche avec ces drôles d’oiseaux à qui on a laissé la parole. Comme ils étaient masqués, Covid aidant, on n’a pas pu signer leur papier. ■ GB


La vie d’un quartier dijonnais pas tout à fait comme les autres,

où l’on rencontre parfois de drôles d’oiseaux…

L’association est née juste après le confinement durant lequel nous nous retrouvions tous les soirs à 20h. C’est à nos fenêtres en applaudissant les soignants, les ripeurs, les Uber que nous nous sommes connus pour la plupart. Nous avons fait des blind test musicaux et fêter des anniversaires : les 5 ans de Lou, les 49 ans de Pierre, les 17 ans de Félix et tous les autres. C’est fou le nombre de bébés nés entre mars et mai !
Déconfinés, nous nous sommes revus. Réunis pour parler de notre rue, de notre quartier, du simple bonheur de dormir les fenêtres ouvertes, de profiter du silence qu’une nuit est censée nous apporter et de se réveiller au chant d’un oiseau qui accompagne notre petit-déjeuner.
Et nous avons fait le triste constat que d’oiseau il n’y avait plus. Et de silence non plus. Mais depuis quand en fait ?
La dégradation de la qualité de vie d’un quartier est souvent immatérielle. On ne la voit pas quand on n’y vit pas. Et pourtant cela a commencé bien avant ce fameux déconfinement où la violence urbaine a explosé.
Notre quartier est le reflet d’une société où savoir-vivre et respect de l’autre se sont éteints. A cette image, il a bien changé. Nous qui affectionnons la vie frénétique d’un centre-ville l’avons choisi pour son dynamisme, ses commerces de proximité, ses écoles... Mais ce grouillement citadin s’est transformé en brouhaha urbain dans lequel excès en tous genres sont devenus quotidiens.

Rue Jean Jacques Rousseau,

entre l’incivilité du conducteur garé sur le trottoir et la conduite criminelle de chauffards à des vitesses hallucinantes de jour comme de nuit, un projet de réaménagement urbain est aujourd’hui indispensable.

En 2022, l’ancienne clinique Sainte Marthe va accueillir des centaines de familles dans notre quartier. Dijon se peuple. Sans aucun doute parce que notre ville est reconnue comme une métropole où il fait bon vivre. Dijon est félicitée, admirée, primée. Il va falloir désormais cesser de vendre son image à l’extérieur pour la sécuriser en son cœur, et auprès de tous ses habitants.
Notre association a pour objectif de défendre les intérêts des habitants, des commerçants et des usagers en veillant au respect de notre qualité de vie et de notre patrimoine. Nous sommes des lanceurs d’alertes qui, à défaut de pouvoir agir, posons des mots sur une réalité qui doit s’afficher.
Ni la Mairie, ni la Préfecture ne pourront apprendre à certains le respect d’autrui. Par contre, ensemble, ils se doivent de faire appliquer la législation sur des fléaux grandissants : la vente d’alcool la nuit, l’alcoolisme sur la voie publique et le bruit (celui des bouteilles comme celui des voitures. Avec en toile de fond les petits trafics qui commencent à s’afficher.
Le maintien de l’ordre public n’est pas de notre ressort, et aujourd’hui il y va de la sécurité des habitants.

■ Association AQJJR


Répondre à cet article

 
 

 RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.