57
Magazine Dijon

Hiver 2013-2014

 N°57
 
Accueil > Les numéros > N°57 > 08 > Des Tops et des flops très subjectifs
08

Des Tops et des flops très subjectifs


mouton
David Zuddas reste au top des restos dijonnais : le meilleur rapport qualité-prix-inventivité, c’est toujours lui, à en croire le nombre de clients satisfaits à la sortie. David n’est pas encore prêt à prendre une retraite au soleil du Maroc (on rigolait, dans le dernier numéro, avec une rumeur lancée par certains de ses confrères, qui nous avaient même donné le prix de vente de son fond de commerce !) Il nous a fait moins rire quand on a su qu’on lui devait la création des tartines de Tartin’art, une nouvelle petite chaîne dont le premier maillon, dijonnais, a su apparemment conquérir une clientèle pas forcément portée sur la gastronomie. La communication avait été trop forte : on attendait un nouveau Pain Quotidien, avec des éclairs de génie !

Laissons leur le temps de se roder, l’équipe est sympa, et les horaires d’ouverture devraient faire rougir de honte certains commerçants. Si le centre ville veut se mettre au niveau de la Toison d’Or dans le combat centre contre centre dont notre copine La Musette vous parle plus loin, alors là on dit : Bingo ! Mais rassurons les petits boulangers, chez qui on va se fournir en casse-croûte originaux et savoureux, ils n’ont pas de souci à se faire s’ils font un effort eux aussi pour l’accueil, la fraîcheur des produits et l’originalité.

Le lundi c’est sommeil !

Que les restos de la Toison d’Or cartonnent, le lundi, on le comprend. Le lundi, à Dijon, c’est sommeil. Un mouroir, en dehors des périodes de fêtes : le centre ville dort. On peut tourner en rond place de la Libération, et dans les rues voisines, avant de trouver une table pour vous accueillir. Le dimanche, on n’en parle même pas.

Que les restos de la Toison d’Or cartonnent toute la semaine, c’est un signe. Pas un signe de désespoir pour le centre ancien, néanmoins, une fois l’effet nouveauté passé. Mais va falloir s’adapter à la nouvelle donne. Certains établissements s’en donnent déjà les moyens, autour des places Emile Zola et de la République, cette dernière ayant trouvé enfin ses marques avec l’arrivée du froid, de la Grande Roue et des premiers vins chauds. Franck Schmidt nous fait découvrir ses Flammekuche dans les pages qui suivent, et les bistrots qui entourent la place ont d’autres idées pour vous réchauffer le cœur et le ventre.
Si l’équipe de Little Italy a su conquérir les habitués de la Toison, reconduisant la formule maligne lancée dans le centre-ville, il faudra attendre un peu pour découvrir le restaurant L’Horloge ouvert en face par l’équipe du Grain de Sel, rue Chaudronnerie. Voisins dans le quartier Jean-Jacques, ils se retrouvent voisins à la Toison. L’idéal, aujourd’hui, c’est peut-être simplement d’avoir un pied dans chaque centre, ce qui demande un certain équilibre, ne serait-ce que financier !

■ GB


 
 

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP PUBLICITÉ : 03 80 73 01 15 ou 06 86 86 48 28 - contact@bing-bang-mag.com
BingBang magazine Dijon - Edité par EDIBANG : SARL au capital de 14 400 euros - 52, avenue de Stalingrad - 21000 DIJON - Tél : 03 80 73 01 15 - E-mail : 

Création sites internet Dijon : i-com - Photographic : Photographe publicitaire - Marielys Lorthios Photographe culinaire
Toute reproduction même partielle des articles et des photos interdite. Droits réservés.